Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Information

1-Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos et/ou vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que  les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2-Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3- Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

ElDiablo

Adresse pour me contacter:

igrek@live.fr

POUR SUIVRE CE BLOG

CLIQUEZ CI-DESSUS

à gauche

dans le bandeau noir

Archives

Publié par Diablo

Bayrou, à propos de l’accusation d’utilisation d’armes chimiques par Damas : « J’ai la preuve qu’il n’y a pas de preuves »

François Bayrou était l’invité de l’agaçant Christophe Barbier sur I-Télé, ce mercredi 4 septembre, pour évoquer le conflit en Syrie, et les positions françaises, anglaises et américaines. Il a réfuté la nécessité d’effectuer des bombardements punitifs. Le leader du Modem a également fustigé l’ambition du gouvernement français de renverser le régime de Bachar Al-Assad, et dénoncé le projet fou du gouvernement américain, qui garde en ligne de mire l’Iran derrière la Syrie. Extrait de cet échange tendu, sur ce sujet grave :

 

François Bayrou : Les preuves : tous ceux qui ont participé à la réunion de Matignon – en tout cas beaucoup de ceux qui ont participé à la réunion – sont sortis avec le sentiment qu’il n’y avait pas de preuves.

 

Christophe Barbier : Les armes sont là !

 

 

F.B. : Non mais, qu’il y ait des armes, sans aucun doute ! Qui s’en est servi ? Toutes les manipulations sont possibles dans une guerre de cet ordre. Et j’ai, si j’ose dire, la preuve qu’il n’y a pas de preuves : c’est que s’il y avait eu des preuves entre les mains des services secrets très puissants de la Grande-Bretagne et des Etats-Unis, David Cameron, le premier ministre britannique, les aurait données devant la chambre des communes. Or, ce que David Cameron a dit, c’est qu’il a été obligé d’avouer qu’il n’avait pas les preuves.


Source : Cercle des Volontaires

Commenter cet article