Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

petroplus01.jpg

Depuis 1970, 50% des raffineries françaises ont fermé. En 1970 notre pays en comptait 23. Aujourd’hui, il n’en compte plus que 12, bientôt 11 si Petit-Couronne devait disparaitre à son tour.
En 2007, le PDG de TOTAL Christophe de Margerie affirmait sa volonté de réduire la capacité de raffinage du groupe de 500.000 barils par jour entre 2007 et 2011. En 2010 il fermait la raffinerie de Dunkerque alors que le groupe annonçait qu’il allait investir 15 milliards d’euros au Nigéria au cours des 4 prochaines années dans l’exploration, production infiniment plus rentable que le raffinage. Aujourd’hui TOTAL investit dans l’eldorado gazier australien. Il s’associe au japonais Impex pour lancer un projet pharaonique au large de l’Australie : 26 milliards d’euros dont 24% pour Total.
PETROLUS, industriel suisse met ses sociétés de raffinerie en faillite. Il annonce la fermeture du site de Petit Couronne (Seine-Maritime) de 550 salariés. Ce site appelé PETROPLUS était avant son acquisition, la propriété de la Royal Deutsch autrement dit de la SHELL Française un des majors internationaux du pétrole qui s’est désengagé totalement du raffinage en France en 2008 au nom de la prétendue surcapacité.
Il n’y a pas de surcapacité. Pour nombre de personne, parler de raffinage, c’est parler de carburants. Ce qui n’est pas faux, mais ce n’est pas l’essentiel, le raffinage c’est surtout de multiples matières premières nécessaires pour les industries, pétrochimie, chimie, plasturgie, caoutchouc, industrie pharmaceutique, cosmétique, textile etc… dont on a besoin non seulement aujourd’hui mais pour l’avenir et qu’il faut développer. Des centaines de milliers d’emplois dépendent de ces industries qui toutes dépendent du pétrole. Si l’on ferme les raffineries c’est l’ensemble de ces industries qui suivront.
C’est un véritable gâchis qui se multiplierait si cette stratégie devait se poursuivre.
TOTAL est l’exemple typique de ces grands groupes capitalistes multinationaux dont le seul moteur est la recherche permanente du profit maximum. L’intérêt national, le développement industriel du pays, ils n’en ont que faire !
Pour le gouvernement, peu importe où sont transformés ces produits. Pour lui, rien ne changera puisqu’il remplit allègrement ses caisses avec les taxes sur les produits pétroliers. La TIPP à elle seule lui rapporte 25 milliards par an sans compter la TVA.
Qui a permis les fermetures de sites, les délocalisations et donc la désindustrialisation ?
La réponse est sans ambigüité, ce sont les gouvernements successifs, qu’ils soient de droite ou de gauche qui ont accepté ces stratégies au nom de la rentabilité capitaliste.
Les slogans du candidat Sarkozy non encore déclaré, de Hollande et ses comparses et des autres candidats sur les « relocalisations » sont des promesses gratuites qui ne seront pas suivie de faits. Pourquoi ? Simplement, parce que tous les candidats refusent de s’opposer au capitalisme et entendent bien gérer pour son seul profit.
Aborder sérieusement la question de la réindustrialisation voire des relocalisations demande un changement de logique, de s’attaquer au capitalisme.
 

 

 

Source : « site communistes »

Commenter cet article