Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Diablo

Les luttes en cours pour l’emploi et contre les fermetures d’entreprises posent en grand la responsabilité du pouvoir politique. Que peuvent faire un gouvernement et des élus locaux quand une multinationale décide de fermer un site ?

 

Rien si on écoute le PS et l’UMP ! Rien à part baisser les salaires pour rendre les entreprises françaises plus compétitives. Appliqué aux Fralib par exemple cela voudrait dire s’aligner sur la Pologne où le salaire moyen dans l’usine UNILEVER de Katowice est de 500 euros !

 

Vraiment enthousiasmant comme perspective.

 

Le Front de Gauche parle d’interdiction des licenciements boursiers et de droits nouveaux des travailleurs. La CGT parle « d’état stratège ». Mais cela répond-il aux demandes des salariés en lutte qui dans des formes parfois différentes posent tous la question de la propriété des entreprises ? Quand un licenciement d’une multinationale est boursier ou ne l’est pas ? On peut faire confiance aux capitalistes internationaux pour trouver des parades à ce type de législation si elle venait à être votée.

 

A Florange ce sont 30 000 personnes ont signé une pétition pour la nationalisation de l’usine et cela va plus loin que la notion d’interdiction des licenciements.

 

Encore qu’il faut s’entendre sur l’emploi du mot en lui-même.

 

S’il s’agit de verser de l’argent public à un groupe privé qui s’est accaparé une entreprise, ce n’est qu’un changement d’actionnaire qui en soit ne garantit aucun droit nouveau aux salariés ni une appropriation sociale par le peuple.

 

Si par contre on considère qu’il faut que les grandes entreprises rendent ce qu’elles ont pris au monde du travail, si on considère que la production de richesses est un bien commun qui doit donc être socialisé, alors dans ce cas-là on parle de nationalisation au sens où la CGT en 1906 la définissait dans sa charte d’Amiens : « l’expropriation capitaliste ».

 

C’est bien cela qui était au cœur de  l’intervention des Fralib au dernier congrès de la CGT. C’est bien cette notion que nous reprenons aujourd’hui à travers la pétition que nous lançons comme le RCC (Rassemblement des Cercles Communistes).

 

Oui PSA, Good Year, Fralib, Florange, Virgin…et tant d’autres entreprises le prouvent par leurs plans de casse, il faut que les salariés reprennent en mains leur moyens de commerce ou d’industrie. C’est une question de justice mais aussi d’efficacité sociale et économique ?

 

Utopique ? Impossible diront certains ? D’abord les mots ne nous font pas peur nous qui avons en tête la célèbre phrase du Che : « Soyons réalistes, exigeons l’impossible ».

 

Mais aussi l’actualité, avec l’interview d’Evo Morales que nous reprenons, nous montre qu’il y a des voies non pas à suivre aveuglément comme des modèles, mais dont on pourrait s’inspirer. Au passage soulignons que dans cet entretien Evo parle aussi de son revenu et de l’honnêteté des hommes politiques : on devrait envoyer ce texte à Cahuzac et Guérini…on ne sait jamais ! Concernant ce dernier le comble est sans doute atteint avec ce vote du Conseil Général prenant en charge ses frais de procédure et que d’aucuns tentent de justifier lamentablement !! Il est d’ailleurs heureux de voir que  la réaction citoyenne prenne de l’ampleur face à ce scandale.

 

Pour en revenir aux nationalisations et à ce que pourrait faire le gouvernement actuel, disons que s’il « se contentait » de reprendre 82% des multinationales tout en élargissant les droits des travailleurs dans l’ensemble des entreprises cela serait un bon début !

 

A nous de l’y contraindre. La pétition en est un des modestes mais utiles moyens alors diffusons-là faisons là signer.

 

tout-est-a-nous.jpg

Pour signer la pétition rendez-vous sur le site ROUGE MIDI

Commenter cet article