Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel LeDiablo

Germinal-zola

Suite à "l’affaire" Sephora, qui aura vu l’enseigne appartenant au groupe LVMH être condamnée à fermer après 21h son magasin des Champs-Elysées, Castorama et Leroy Merlin ont été eux aussi contraints de fermer leurs magasins de la région parisienne le dimanche.



Il va sans dire que les ultralibéraux, ainsi que les médias dans leur grande majorité qui sont de cette pensée, font une propagande énorme contre cette décision.



"Des emplois en danger, des gens vont gagner moins d’argent", voici les arguments qu’ils utilisent pour nous faire croire qu’il défendent le bien des salariés avant tout.


On croit rêver.



Et bien sur on nous dit que les salariés son demandeurs pour travailler le dimanche ou la nuit. Mais lorsqu’on sait que ce "volontariat" se décide surtout à l’embauche, et qu’il est par conséquent un volontariat plus ou moins forcé, on comprend vite qu’il y a grosse manipulation.



Et puis c’est une belle opportunité pour augmenter son salaire ajoute-t-on.



Mais là encore, est-ce que l’on ne prend pas le problème à l’envers ?



En effet si les salariés étaient rétribués correctement afin de pouvoir vivre de leur travail, ils seraient surement beaucoup moins nombreux à être volontaire, à ne pas se sentir obligés d’accepter tout et n’importe quoi.



Si des patrons ne souhaitaient pas que leurs millions deviennent des milliards, les salariés pourraient avoir une vie de famille décente.



Car que va-t-il se passer si le travail du dimanche est généralisé ?



Notre société qui est déjà bien malade ne va-t-elle pas l’être encore un peu plus ?



Imaginez un couple dont le mari travaille la semaine et qui est au repos le dimanche, et sa femme qui se verra dorénavant obligé de travailler le dimanche.



Que va-t-il se passer ?



On ne se voit plus, on ne se parle plus, les enfants n’ont plus de vie de famille.


Combien de divorces en plus ?


Et pour ces enfants qui seront laissés à l’abandon le week-end , combien vont venir gonfler les chiffres de la délinquance ?


Combien d’associations sportives et culturelles seront privées de certains bénévoles si cette aberration se généralise ?


Dans une société ou l’on ne se parle plus, ou l’on ne prend plus le temps de se poser, comment peut-on vouloir supprimer l’un des derniers moments de repos total où chacun peut faire ce que bon lui semble ?


Ne prend-on pas le risque de détériorer encore un peu plus ce monde qui voit ses repères abandonnés ?


Les salariés ont pendant de nombreuses décennies acquis des droits, des améliorations de leur condition de vie et de leur salaire, et aujourd’hui il faudrait faire le chemin inverse.


Au non de quoi, et surtout pour qui ?


Les actionnaires, Bernard Arnault le patron d’LVMH, la plus grande fortune d’Europe.


En voulant travailler la nuit ou le dimanche, c’est pour ces exploiteurs que les salariés se battent et non pour eux.


S’ils voulaient vraiment être solidaires, ils réclameraient un salaire décent qui ferait qu’ils ne seraient plus obligés de travailler la nuit ou le dimanche.


Un peu de courage, au nom de vos ancêtres qui se sont battus pour vous, ou sinon, d’ici quelques décennies vous travaillerez 7/7, 10 ou 12 heures par jour, sans congés payés, et il n’y aura plus de Zola ou de Dickens pour vous plaindre, car vous serez les premiers responsable de cette dégradation sociale.


D’ailleurs vous n’auriez plus de temps pour les lire. Vous verrez également votre niveau culturel reculer, plus le temps de faire de longues études etc….


Et puis à la retraite, fatigué par le fait que vous l’aurez plus tard, mais aussi en ayant eu des conditions de travail plus difficiles, vous serez trop usé pour en profiter dignement.


Il restera juste quelques vieux grincheux avec un peu de mémoire qui vous en voudront d’avoir gâché un si bel héritage d’acquis sociaux pour avoir été les collabos de l’ultralibéralisme.

Fatizo


Source:


http://www.agoravox.fr/
 

Commenter cet article