Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel LeDiablo

ukraine-carte

pc-ukraine1.jpg

L'accord d'association Union Européenne/Ukraine est un premier pas dans l'intégration de l'Ukraine à l'UE. Tous les partis bourgeois d'Ukraine sont pour, le gouvernement finasse sous pression russe. Seuls, les communistes mènent une campagne de masse contre l'intégration européenne.

 



Plus de 3,5 millions de signatures selon le secrétaire-général du PC ukrainien (KPU) Petro Simonenko, 4 millions pour les députés Alexander Golub et Olga Borita : la campagne de pétition du KPU pour un référendum sur l'intégration européenne est un succès massif.

 



Le PC ukrainien seul contre l'intégration européenne

 

Du côté des partis bourgeois, derrière les fausses divisions, c'est l'Union sacrée pour l'Europe. Le Parti des régions de Janukovitch, les ex-orangistes du bloc européiste de Ioulia Timochenko, les petits partis d'oppositions soutenus par l'UE sont tous pour l'Accord d'association UE/Europe.

 




Seul le Parti communiste d'Ukraine (KPU) a fermement dénoncé cet accord d'Association avec l'UE comme une « trahison des intérêts nationaux », et exigé un référendum (« seule planche de salut pour l'Ukraine ») pour que le peuple puisse exprimer son rejet de l'UE.

 




Depuis les élections de 2012, le KPU peut compter sur la présence de 32 députés communistes à la Rada (le parlement ukrainien), sur lesquels s'étaient portés près de 3 millions de voix.

 



Si, désormais, le gouvernement de Janukovitch, catalogué comme pro-russe – en réalité pro-oligarques d'Ukraine ou de Russie – a « suspendu » les négociations, c'est sur pression russe sans doute, mais aussi face à la pression populaire croissante dans le pays.

 



Car, selon la Constitution ukrainienne, toute pétition récoltant plus de 3 millions de signatures peut faire objet d'un référendum. « Mais le gouvernement a peur d'un référendum, peur de son propre peuple », souligne le secrétaire-général du Parti communiste Petro Simonenko.

 





L'Union Européenne, une union du grand capital : « ils veulent notre marché, nos matières premières, notre main d’œuvre »

 

Depuis des mois, les militants communistes alertent la population sur les dangers de l'Accord d'association UE/Ukraine, et plus largement l'intégration européenne, brisant le mur d'incompréhension entretenu par le gouvernement sur les implications de cet accord.

 



L'analyse de classe de l'accord est assez claire. Pour le KPU, l'UE est une union du grand capital européen, et l'Accord d'association est une tentative de mettre la main sur l'immense marché ukrainien, ses matières premières abondantes et sur une main d’œuvre peu onéreuse.

 



L'accord d'Association est le premier pas vers l'intégration dans l'UE. Et le député communiste Alexandr Golub rappelle le sort réservé aux voisins bulgares et roumains, où règnent corruption et misère depuis l'intégration.

 



L'accord est semblable, souligne de son côté la députée Olga Borita, aux accords passés avec les pays africains, légitimant l'ingérence de l'UE dans les affaires intérieures, les politiques de libéralisation-privatisation, et in fine le pillage économique du pays.

 




Si on suit l'analyse de A.Golub, l'accord est dans les intérêts de l'UE :

 



« l'UE va gagner de nouveaux marchés, qui ne pourront pas rivaliser avec ceux de l'UE en termes de qualités et de prix. L'UE gagnera un accès aux matières premières et aux travailleurs ukrainiens, bien éduqués et relativement peu chers ».

 



Du côté ukrainien : « Seules quelques familles en Ukraine, celles qui contrôlent le commerce des matières premières, en profiteront »,fait remarquer Golub, tandis que plusieurs secteurs industriels seront démantelés, pas assez compétitifs, transformant l'Ukraine en un pays sous-développé.

 




Destruction de l'appareil productif national et chômage de masse, libéralisation-privatisation et hausse des tarifs (de l'énergie surtout) donc appauvrissement général et dépendance extérieure :les communistes ukrainiens dénoncent l'UE telle qu'elle est pour convaincre la population.

 



Les positions des communistes gagnent du terrain : union douanière avec les pays d'ex-URSS, rupture avec le cap néo-libéral

 



Selon les derniers sondages, si le pays est profondément divisé – quasiment à 50/50, selon une fracture nettement ouest (pro-européen)/est (contre l'UE) – les positions des communistes, le rejet de l'intégration européenne gagnent du terrain, grâce à son travail de masse.

 



Quelle alternative proposent les communistes ukrainiens ?

 




Sur le plan des accords internationaux, les communistes ukrainiens privilégient les accords économiques avec les anciens pays d'URSS, dans le respect de l'indépendance de chacun des pays.

 




Dénonçant la collusion de l'UE avec les intérêts géopolitiques des Etats-unis, le KPU souligne la volonté de l'OTAN d'encercler la Russie et d'instrumentaliser l'Ukraine pour la mettre en première ligne de l'affrontement entre grandes puissances.

 



Le KPU prône – dans le respect de la souveraineté du pays et des intérêts des travailleurs ukrainiens – l'intégration de l'Ukraine dans l'Union douanière Russie-Ukraine-Biélorussie.

 



Il réaffirme également, sur le plan interne, son « programme anti-crise » reposant sur la nationalisation des grandes entreprises, la fixation d'un tarif maximum pour les services publics ou encore le refus des projets de « libéralisation-privatisation » du système de retraites ou de santé.

 




C'est ce programme de rupture avec les intérêts du capital, de rejet de l'intégration européenne, porté par un travail de masse qui a permis aux communistes de réaliser en 2012 leur meilleur score depuis 2002 : 13,4 % et 2,6 millions de voix (contre 5,4 % et 1,3 millions de voix en 2007).

 

Solidarité avec la lutte de nos camarades ukrainiens contre l'UE. La meilleure des solidarités est encore de mener la lutte chez nous contre l'UE, d'abord dans la rue. Mais les élections européennes de 2014 doivent aussi un moment de dire non à l'Union européenne du Capital !


source: Article AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

Commenter cet article

Jean-Pierre Combe 27/11/2013 09:49


Au bout de votre lien, Je lis que 20759472 citoyennes et citoyens d'Ukraine ont voté en 2012, mais cela ne répond pas à ma question: combien de citoyennes et de citoyens étaient en âge de voter
(inscrits et éventuekllement non-inscrits)?

Michel LeDiablo 27/11/2013 21:48



Malheureusement je n'ai pas d'info à ce sujet


salut fraternel


Diablo



Jean-Pierre Combe 26/11/2013 18:00


Combien y a-t-il de citoyennes et de citoyens en âge de voter en Ukraine?

Michel LeDiablo 26/11/2013 23:10



Voir le lien 


Salut et fraternité


Diablo