Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

 

Publié par Michel LeDiablo

QUAND L'HISTOIRE EST INVOQUÉE POUR TENTER DE JUSTIFIER LE REMODELAGE DES ÉTATS AU PROFIT DE L'IMPÉRIALISME...

L'exemple de l'Ukraine

 

jean-levy1par Jean LÉVY

 

Les évènements d'Ukraine conduisent à se poser la question : les nations, telles qu'elles apparaissent dans leurs frontières aujourd'hui, peuvent-elles se revendiquer de l'héritage d'une histoire éternelle pour justifier à jamais leur indépendance dans les limites actuellement reconnues ?

C'est sur cette base de raisonnement que les médias français, en écho au pouvoir politique, justifient l'indépendance de l'Ukraine, "libérée de la mainmise russe" depuis l'éclatement de l'Union soviétique.

Et d'évoquer l'Ukraine indépendante au Moyen-âge, comme référence...

 

Histoire parallèle de la Russie et de la France

 

Or, la formation des empires, et ultérieurement des nations,  n'a été qu'une construction permanente, souvent fruit des guerres et des traités.  

Si les arguments mis en avant en France, par les tenant de la construction européenne pour justifier "l'indépendance" historique de l'Ukraine vis-à-vis de la Russie, étaient repris en ce qui concerne notre propre pays, Lille et la Flandre, Strasbourg et l'Alsace, Besançon et la Franche-Comté, Perpignan et le Roussillon, pourraient être revendiqués par les successeurs du Saint-Empire Romain Germanique, ces villes et ces provinces n'étant françaises que depuis le XVIIème siècle, depuis Louis XIV, à la suite de la guerre de Trente-Ans.

 


Les habitants de Dôle, dans le Jura ont encore en mémoire le sac de la ville par les troupes royales le 14 février 1668, date où Kiev et l'Ukraine étaient depuis longtemps une ville sainte d'une province de l'empire russe.


Que ditait-on aujourd'hui si la Franche-Comté se déclarait germanique ?

 

 


La France, de la Renaissance au siècle de Louis XIV

France-renaissance-louis14.jpg

La formation de l'Empire russe et l'Ukraine

empire-russe-ukraine.jpg

cliquez pour agrandir

Carte de l'Empire tsariste en 1905

empire-russe-1905.jpg

cliquez pour agrandir

L'Ukraine déjà morcelée au profit de la Pologne

à la suite de l'intervention militaire des Etats impérialistes en 1918-1923

ukraine-morcelee.jpg

cliquez pour agrandir

 

Aussi, les tentatives de désagrégation des nations qui se sont constituées au cours de l'histoire sont le fait de l'impérialisme qui veut démanteler les Etats qui ne se plient pas aux canons du "marché libre et non faussé", qui refusent les lois de la concurrence, qui n'acceptent pas d'être les nouvelles colonies de l'Union européenne et des Etats-Unis.

 

Ces dernières ont réussi dans les années 90 à faire éclater l'Union soviétique, puis la République fédérative de Yougoslavie, au nom de "la souveraineté" des  peuples qui composaient ces nations,  cette même souveraineté jugée notion périmée pour celles qui composent l'Union européenne...

 

Réussiront-ils encore cette fois en ce qui concerne l'Ukraine ?

 

Jean Lévy

sur son blog

 

 

Commenter cet article