Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Diablo

1ermai-jour-des-exploites.jpg

Le 1er mai tire son origine des combats du mouvement ouvrier pour obtenir la journée de huit heures. En 1890, l’événement est célébré dans la plupart des pays par un jour chômé. La fête internationale des travailleurs et des travailleuses devrait traditionnellement être marquée par l’orgueil et la joie de battre le pavé entouré de camarades, de familles et de citoyens venus de tous les horizons, les drapeaux rouges flottant au vent des revendications. L’importance du travail dans la réalisation de l’homme n’est plus à démontrer, au point que l’alinéa 5 du préambule de la Constitution du 27 octobre 1946, repris intégralement dans la Constitution du 4 octobre 1958, affirme que « chacun a le devoir de travailler et le droit d’obtenir un emploi ».

 

Sans travail, on meurt… ou on est condamné à vivre en marge de la société comme ces parias contraints de se démener quotidiennement pour joindre les deux bouts et espérer passer la nuit sans encombre. Mais la fête a aujourd’hui un goût bien amer parce que le travail est en train de disparaître de notre pays. Notre économie est aux prises avec une crise que nous n’avons pas créée. Des centaines de milliers de travailleurs ont été jetés sur le carreau, perdant tout espoir dans le présent et l’avenir. Ou alors, quand ils ont la chance d’en avoir un, ils accumulent les CDD les uns après les autres. Il leur arrive parfois de jongler avec les stages non rémunérés, un diplôme souvent en poche mais le portefeuille désespérément vide.

 

La destruction des emplois n’a cessé d’augmenter ces vingt dernières années du fait de politiques irresponsables. La ploutocratie n’a qu’une ambition : renforcer sa position dominante en s’attaquant aux droits des travailleurs avec les résultats qu’on connaît : précarité, chômage, diminution des salaires, restriction des droits syndicaux, etc. Ce 1er mai 2013 aura certes été une fête, mais une fête de réflexion et de luttes. De réflexion pour analyser les raisons qui ont conduit à la tragédie actuelle, et de luttes parce que les travailleurs, s’ils ne retrouvent pas la volonté de se battre, risquent de passer à la moulinette patronale. Les capitalistes tentent en effet d’utiliser la récession pour décupler l’exploitation, en espérant que cela relancera les profits. Le pire de la crise n’est probablement pas derrière nous…

 

Capitaine Martin

 

Source : Résistance.fr 

 

Commenter cet article