Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel LeDiablo

LU SUR LE BLOG "A GAUCHE POUR DE VRAI":

Lettre ouverte à Pierre Laurent, 

secrétaire national du PCF et sénateur de Paris

-------

Cher Pierre, cher camarade,



Nous nous connaissons. Tu nous a accordé une interview lors du dernier congrès du Parti Communiste Français auquel j’ai été invité en qualité de camarade du Front de Gauche et responsable de ce blog, A gauche pour de vrai! Tes réponses à mes questions, l’ambiance d’unité qui y régnait me remplissaient d’un incroyable espoir. Tu entendais, à l’époque, t’opposer par tous les moyens au gouvernement afin qu’il ne mette pas en place l’Accord National interprofessionnel. Tu déclarais, et avec toi tous les camarades présents, faire du Front de Gauche cette force de rassemblement du progrès et de la justice sociale, cette force d’opposition au libéralisme et au capitalisme financier, cette force qui donnerait l’espoir et affirmerait qu’une autre politique est possible, qu’une autre politique est désormais indispensable que celle menée depuis plus de 11 ans maintenant. De tout cela il n’y a même pas quelques mois, 8 pour être tout à fait précis. Mais nous étions, alors, encore loin des élection municipales. Nous sentions bien, tous, au sein du Front de Gauche, qu’elles constitueraient une épreuve de taille pour notre jeune rassemblement politique. Nous pensions même pouvoir les enjamber, pour ne pas dire les ignorer, afin de vite, très vite, passer aux élections européennes sans encombre et dans l’unité. Seulement voilà. La réalité politique, économique et sociale de ces derniers mois nous a ramené sur terre, nous a rappelé le principe de réalité.




La république est une et indivisible, quels que soient ces étages d’organisations. Il n’y a pas d’un côté l’état et l’assemblée nationale et de l’autre la commune et son conseil municipal. Il y a la république qui s’interpénètre en permanence, souvent dans une respiration haletante. Un ministre de l’intérieur, du sommet de l’état, déclare qu’une population est impossible à intégrer sur notre territoire national et aussitôt des maires font part de leurs expériences et initiatives locales. Ici pour expliquer comment ils chassent ou entendent chasser cette population, là pour expliquer qu’il est possible de les intégrer à la république. A l’assemblée, les députés socialistes seuls, absolument seuls, décident de rallonger la durée de cotisation des retraites. Les députés communistes votent contre ce dispositif qui vise en réalité à faire reculer « mécaniquement » l’âge de départ à la retraite et donc à faire baisser le niveau des pensions.Et tu sais que cette misère programmée arrivera dans le bureau des maires, fera l’assaut des permanences des conseillers municipaux pour demander aide et secours. Tout comme tu vois chaque jour comment la politique de rigueur et d’austérité, maintenant inscrite au sommet de notre constitution sous la forme d’une loi organique et qui se nomme la règle d’or budgétaire, empêche l’état et ses ministres d’agir contre le saccage de notre industrie, saccage orchestré de toute pièce par un libéralisme financier qui fait la loi aussi bien à Paris qu’à Bruxelles, siège du parlement européen dont tu es le président du PGE. Et tu vois alors comment à Aulnay sous Bois comme dans tant d’autres villes ou villages, les maires et les conseillers municipaux se prennent en pleine figure le désastre des plans sociaux, et se retrouvent à l’arrivée seuls pour les gérer, seuls à tenter de canaliser une colère proportionnelle à la misère engendrée par ce libéralisme de l’offre. Tout comme tu te souviens avec quelle mépris François Hollande, Président de la république d’aujourd’hui, premier secrétaire du parti socialiste d’hier, a repoussé d’un revers de main cette loi d’amnistie des syndicalistes qui ont lutté pour leur survie dans le monde du travail. Voilà donc quelques principes de réalité qui nous ont rappelé à toutes et tous que l’on n’enjambe pas une élection municipale aussi facilement que cela, par simple commodité. Car la République est une et indivisible.

 



Oui, il est indispensable d’avoir des élus en République. Mais le moteur d’une élection ne peut pas être le conservatisme, y compris de ses positions. Le moteur d’une élection ne peut être que et uniquement la recherche du progrès, de la nouveauté. Or, à gauche, le progrès et la nouveauté se situent au Front de Gauche, pas au parti socialiste. Le parti socialiste a des pratiques électorales d’un autre âge. Des pratiques qui empêchent le renouvellement, qui favorisent le cumul des mandats, qui ambitionnent la disparition du Front de Gauche et du Parti Communiste Français. Je ne prendrais qu’un seul exemple. Un exemple que je connais trop bien, celui de la Seine Saint Denis, pour y vivre et pour avoir, un temps significatif, militer au sein du PS local. A Saint Denis, un jeune député, Mathieu Hanotin, aussi vice président du conseil général, veut devenir également maire. Et pour y parvenir il n’hésite à dire que « les communistes ont fait leur temps« . Dans tout le département les socialistes lancent l’offensive contre le Front de Gauche et le Parti Communiste. En réalité, le PS, y compris à Paris, lorsqu’il cherche une alliance avec le Parti Communiste, il cherche une caution sociale, une caution de gauche. Déjà ils sont nombreux, du côté de Solférino, à faire la publicité d’une telle alliance qui ferait rougir une rose en berne. Et ce même PS parisien approuve le « Grand Paris » car il sait, qu’à termes, il lui donnera toutes les cartes du jeu politique de la région parisienne. Le PS joue avec les élections et les instrumentalise, mais le PS ne fait plus de politique et encore moins à gauche.




Sa marotte électorale, au Parti Socialiste, depuis le 21 avril 2002 pour gagner le jeu, tu la connais aussi bien que moi. Faire barrage à l’extrême droite. Comme tu peux le voir, cela fonctionne admirablement, n’est-ce pas? La gauche a passé 10 ans dans l’opposition, puis, une fois les socialistes à la tête de l’état, de l’assemblée nationale, du Sénat, des régions, de la plupart des départements, de la plupart des grandes villes, très souvent au détriment et en affrontant le Front de Gauche et le Parti Communiste, lesélecteurs de gauche le fuient comme il fuient toutes celles et ceux qui s’y sont collés. Mécaniquement l’abstention progresse en même temps que progresse le désespoir, en même temps qu’augmente le pourcentage électoral du Front National. Cela s’appelle jouer avec le feu et à la fin, celles et ceux qui auront jouer se brûleront, peut-être même à en mourir politiquement. 


Car le seul moyen de lutter contre le Front National n’est pas de faire des règles d’or, de pousser à l’ANI qui fabrique du chômeur sans droit de défense ou encore de vidéo surveiller les populations à l’initiative des maires, autant d’actes et de décisions qui valident le discours d’un F Haine d’extrême droite.



Avec le Front de Gauche, il est temps de siffler la fin de la parti. Mettre fin à ce jeu du PS qui ne poursuit qu’un seul objectif: vendre des postes pour détruire toute opposition à la politique libérale de l’offre et ses déclinaisons locales. Comment savoir de quel côté du jeu tu souhaites véritablement être? En répondant à quelques questions simples:

 

=>Es-tu pour ou contre le désengagement de l’état dans le financement des collectivités locales? Si oui allie toi avec le PS, si non préserve ce diamant précieux qu’est le Front de Gauche.


=>Es-tu pour ou contre la gestion publique des services publics ou préfères tu la généralisation des délégations inhérentes à l’austérité et aux baisses des dotations? Si tu penches pour la première solution préserve ce diamant qu’est le Front de Gauche. Si tu optes pour la seconde, ce dont je doute te connaissant, fais alliance avec le PS,


=>Es-tu pour l’affirmation, à l’échelle européenne, d’un Front de Gauche uni et rassemblé au sein de la capitale de notre pays afin de mieux préparer les élections européennes si importantes, ou préfères tu envoyer, en leader du Parti de la Gauche Européenne que tu es un message flou, mou, supposant un tas de loups et d’assumer dans la foulée un désastre à ces élections? Je ne doute pas que tu veuilles éviter un désastre. Alors préserve, s’il te plait, ce diamant qu’est le Front de Gauche.



Mais peut-être que la stratégie d’alliance à géométrie variable que tu sembles préconiser dissimule un problème autrement plus sérieux. A gauche pour de vrai! je n’ai pas pour habitude d’éluder la moindre question, la moindre suspicion. Oui Jean-Luc Mélenchon parle fort, avec fougue et passion. Oui, il a du caractère. Et oui tu as du caractère. Mais cela dit, entre toi et moi, entre vous deux et nous tous, n’est-il pas préférable d’avoir deux grands caractères, et pourquoi pas trois, quatre ou même cinq pour porter la voix de celles et ceux qui n’en ont pas?  A moins que cette stratégie d’alliance à géométrie variable que tu préconises ne dissimulent autre chose de bien plus sérieux et de bien plus grave en réalité, et cela malgré toi. Les conseillers municipaux sont les « hauts électeurs » de la Ve République. Le Sénat est l’autre chambre parlementaire de la Ve République. Et tu es sénateur depuis 2010. Et si la véritable cause de la stratégie d’alliance, à géométrie trop variable pour être comprise du citoyen de base, que tu préconises n’était ni le barrage à l’extrême droite, ni même le renforcement d’une gauche alibi dans les exécutifs locaux. Et si la cause était tout simplement cette Ve République, véritable fabrique à élus, cette république pousse au crime de la manœuvre tactique? A Evry, la ville de Valls, les militants communistes se sont prononcés et ils ont choisi l’unité du Front de Gauche. Alors vite, la 6e République sociale, écologique et solidaire, qu’on en finisse avec le désespoir et que les citoyens reprennent le pouvoir!



Amitiés d’un militant du Front de Gauche. Mais pour combien de temps encore…


Sydné93


Vous avez aimé? Partagez.


hollande-laurent.jpg

Commenter cet article

lerondeau 10/10/2013 19:38


Comment choisis-tu les militants que tu publies?


 


Je t'ai proposé il y a quelques temps des slams "renversants" mais tu ne m'as toujours pasq répondu


Salut et fraternité

Michel LeDiablo 11/10/2013 00:54



Bonsoir,


Il est possible que j'ai zappé certains messages vu le nombre reçu chaque jour, je ne peux pas tout publier.


Avec mes excuses


Salut et fraternité


Diablo