Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Information

1-Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos et/ou vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que  les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2-Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3- Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

ElDiablo

Adresse pour me contacter:

igrek@live.fr

POUR SUIVRE CE BLOG

CLIQUEZ CI-DESSUS

à gauche

dans le bandeau noir

Archives

Publié par Diablo

Le coup d'Etat du 13 mai 1958

 

Il va porter au pouvoir le général Charles de Gaulle et établir la Constitution monarchique qui nous régente encore actuellement.

 


Le 2 janvier 1956, l'Assemblée nationale dispose de 310 députés de gauche (151 PCF, 89 SFIO, 70 Radicaux) sur 550. Les électeurs ont voté à 56% pour une politique de progrès social et pour la paix en Algérie. Mais Guy Mollet (SFIO, le PS de l'époque) forme un gouvernement sans les communistes. Dans les années suivantes, pas plus de politique de progrès social que de paix en algérie.



A la fin de l'année 1957, SFIO, FO, CFTC et la droite se prononcent pour le Marché commun, l'ancêtre de notre UE. Et la SFIO continue à interdire à ses adhérents de se syndiquer à la CGT. le 8 février 1958, sous prétexte de détruire une base du FLN algérien, l'aviation française bombarde une localité tunisienne. Bilan: 69 personnes tuées dont 21 enfants.

 


Guy Mollet démissionne et le MRP Pierre Pflimin lui succède comme chef du gouvernement avec les voix socialistes et de la droite. Il évoque alors la possibilité d'une solution négociée en Algérie, ce pays en guerre qui entraîne dans les combats et la mort plusieurs milliers d'appelés du contingent, tout en réduisant nos finances publiques.

 


A Alger, le 13 mai 1958, une manifestation tourne à l'émeute contre la France. Avec la complicité des chefs militaires, un "Comité de salut public" s'installe dans la capitale algérienne, à caractère insurrectionnel. Le général Massu le dirige.

1958-alger.jpg

En Corse, des troupes putschistes venues d'Algérie débarquent. On parle de blindés et de parachutistes qui vont envahir Paris.

 


La crise est grave. Le général de Gaulle, homme de la droite et du grand capital, est lui "en réserve de la République". Or, il possède des hommes sûrs en place à Alger dans le coup d'Etat, comme avec Chaban-Delmas, gaulliste de la première heure et ministre de la Défense.

 


Le 15 mai 1958, depuis Alger, le général Salan, l'un des responsables du Comité de salut public et futur chef de l'OAS, en appelle à de Gaulle pour sauver la France. Le même jour, ce dernier se déclare "prêt à assumer les pouvoirs de la République".

 


Malgré l'énorme manifestation parisienne du 25 mai 1958, à l'appel du PCF de quelques socialistes et de la CGT, le chef du gouvernement va démissionner. Il deviendra ministre d'Etat du général de Gaulle.

1958-republique

René Coty, président de la République, proclame qu'il quittera ses fonctions si le général de Gaulle n'est pas désigné chef du gouvernement. Guy Mollet et la SFIO se rallient au général.

 


Le 1er juin 1958, Charles de Gaulle devient président du Conseil: 329 députés pour et contre 224. Toute la droite et la SFIO entrent au gouvernement. Le 4 juin, le Parlement est mis en congé. la IVe République française est morte.

 


Par référendum, la Ve Constitution est adoptée. Le futur chef de l'Etat va devenir le maître supprême dont tout dépend.

 


Le 21 décembre 1958, le général de Gaulle, élu par un collège restreint de 80 000 grands électeurs, devient le premier président de la 5e République.

 

1958-degaulle.jpg


Jean-François Copé, actuel boss de l'UMP, en appelle à un coup d'état pour sauver la France. Il connaît, lui, parfaitement son histoire.

 

 Source: Le blog de Roger Colombier  

Commenter cet article