Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

cuba-no-blocus.jpg

Le rejet du blocus nord-américain contre Cuba a battu tous les records de vote à l'Assemblée générale des Nations-Unies.

Au total, 188 pays ont exigé la fin de la politique criminelle des États-Unis et le respect de la souveraineté des nations.


Lors du vote, organisé le 13 novembre dernier, seuls deux pays membres de l'ONU ont voté du côté des nord-américains et du blocus que la puissance impérialiste maintient et aggrave depuis plus de 50 ans : Israël et Palau. Les îles Marshall et la Micronésie se sont abstenues.


Tout aussi important que l'issue du vote, le fait que près d'une vingtaine de représentants se soient manifestés contre le blocus à la tribune de l'assemblée, soulignant non seulement son injustice mais aussi la violation que cela représente de la Charte des nations unies et du droit international.

 

En ouvrant le débat, le ministre des Affaires étrangères de Cuba, Bruno Parrilla, a qualifié le blocus commercial et financier de « mesure de guerre froide » et de « politiques inhumaines, anachroniques et en échec ».

 

Pour Bruno Parrilla, il n'existe aucune raison qui légitime le blocus, a-t-il défendu, rappelant qu'il s'agit « d'une arme d'une minorité de plus en plus exiguë, isolée, violente et arrogante qui en tire des avantages électoraux, en méprisant les rappels à l'ordre de la majorité et la détermination des cubains à décider de son sort ».

 

Dans un défi direct lancé au tout juste président des États-Unis, le responsable des relations extérieures de Cuba a encore souligné qu' « Obama a l'opportunité de lancer une nouvelle politique vis-à-vis de Cuba, différente de celle de ses dix prédécesseurs », et a manifesté la disposition du gouvernement de la Havane à entamer la normalisation de ses relations avec les États-Unis, il a réitéré la proposition de mise en place d'un agenda de dialogue bi-latéral sur une base de réciprocité et d'égalité.

 

Le lendemain, confronté au vote, un porte-parole de la Maison blanche a répété que « notre politique serait maintenue ».

 

Cuba estime que les pertes matérielles provoquées par le blocus s'élèvent à 1 000 milliard de dollars, ce qui s'ajoutent aux préjudices incalculables dans la vie de générations de cubains, de multiples actes de terrorisme et des actions de sabotage.

 

Le blocus fut imposé en février 1962 par le président d'alors J.F.Kennedy, aggravant les sanctions appliquées par les États-Unis depuis le triomphe de la révolution cubaine, en 1959.

 

La première fois qu'un texte de condamnation du blocus fut porté à l'Assemblée générale de l'ONU, en 1992, a reçu le vote positif de 59 pays, avec trois votes contre et 71 abstentions. A chacune des initiatives qui se sont succédées (celle du 13 novembre était la 21ème), le soutien à Cuba et à son peuple n'a cessé de croître, jusqu'à devenir une exigence portée par l'immense majorité des nations.

 

Source : Avante, organe du PC Portugais

Traduction JC

 

Lu sur le blog "Solidarité Internatioanle PCF"

Commenter cet article