Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

Une première depuis vingt-ans dans la troisième ville des Etats-unis:

 

25 000 enseignants en grève à Chicago pour lutter contre la dévalorisation du métier d'enseignant


 

« On a subi offense après offense. Trop c'est trop »,c'est en ces termes que la présidente du Syndicat des enseignants de Chicago (CTU) a justifié au journal local, Chicago Tribune, l'arrêt de travail du personnel de la ville.

 

Les enseignants du primaire et du secondaire luttent contre les réformes avancées par le maire de Chicago : augmentation du temps de travail, réforme du système d'évaluation des professeurs et précarisation de l'emploi.

 

Il faut rappeler qu'aux États-Unis, l'éducation est décentralisée, prise en charge par les États fédérés et les municipalités. Une loi fédérale en 2011 a notamment permis aux maires des grandes villes de modifier le temps de travail scolaire.

 

Ce sont 25 000 enseignants syndiqués qui ont décidé d'entamer une grève ce lundi pour lutter contre ce projet, défendre la stabilité de l'emploi, et réclamer une augmentation de salaire de 30% en échange de l'augmentation du temps de travail désiré par l’État.

 

Au cœur de la grève, la volonté du maire de Chicago d'introduire une nouvelle dose de rémunération au mérite. Non contents d'être évalués par les parents, leur chef d'établissement, les professeurs seraient désormais rémunérés en fonction des résultats de leurs élèves aux résultats nationaux.

 

Dans une ville où dominent les quartiers difficiles, où 80% des élèves bénéficient des aides à la cantine faute de revenus familiaux suffisants, il s'agit d'une part d'une baisse de salaire déguisée, et d'autre part d'une façon de culpabiliser les professeurs pour des problèmes dont la société américaine est responsable.

 

Les chefs d'établissement se verraient par ailleurs renforcés dans leurs prérogatives vis-à-vis du corps professoral. L'autonomie des établissements, déjà en vigueur, autorise ainsi les proviseurs à licencier leurs enseignants sans le moindre motif valable.

 

La grève touche 144 établissements scolaires de la ville, maternelles, écoles, collèges et lycées laissant 400 000 élèves sans cours, dans ce qui est la troisième ville et le troisième district éducatif des États-Unis.

 

Il s'agit de la première grève enseignante à Chicago depuis vingt-cing ans, une grève qui avait alors duré 19 jours. Dans les années 1970 et 1980, les grèves étaient monnaie courante dans le secteur. Chicago avait connu en deux décennies huit mouvements de grèves, et des luttes tous les deux ans sur les salaires et les conditions de travail.

 

La grève prend, à deux mois de l'élection présidentielle américaine, une tournure politique. Le maire de Chicago, Rahm Emanuel, est en effet une des figures montantes du Parti démocrate et un des proches de Barack Obama.

 

Le candidat républicain Mitt Romney a déjà exprimé son opposition catégorique au mouvement de grève tandis que le candidat démocrate continue à soutenir son poulain, dans une ville et un État de tradition démocrate.

 

En plein cœur du centre de commandement du système capitaliste, la grève historique des enseignants de Chicago est un signe positif de la possibilité de résister, même dans les conditions les plus difficiles qui soient.

 

 

Article AC

 

Source : "Solidarité Internationale PCF"

Commenter cet article