Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel El Diablo

FSC-FSM

Déclaration du Front Syndical de Classe

 

VALLS II : le MEDEF à la barre !

 

« Hors de question » de changer de politique, répètent Valls et Hollande, droits dans leurs bottes et repris en chœur par tous les médias aux ordres.


Le remaniement ministériel consécutif à l'éviction de Montebourg et de deux autres ministres confirme cette volonté non seulement de ne rien changer à la politique menée, malgré ses résultats catastrophiques, mais de l'aggraver.


Et ils annoncent clairement la couleur comme jamais : chasse ouverte aux droits conquis !


Objectif à marche forcée : le modèle allemand avec ses 5 millions de mini-jobs à 3 euros de l'heure !


Au menu donc, puisqu’on ne changera pas, l’accélération de la politique menée depuis 2012 qui poursuivait celle de Sarkozy-Fillon qui succédait elle-même à celles des gouvernements Fillon-Villepin-Chirac : chômage de masse, flexi-précarité, salaires en berne, étranglement des services publics, désossage de la Sécu, casse de la santé publique, des pensions, des conventions collectives, et politique étrangère de guerres impérialistes ouvertes ou dissimulées et de soutien à toutes les forces réactionnaires et coloniales du monde,….


Depuis plus de 20 ans maintenant, le peuple et les travailleurs trinquent, au nom d’une même politique euro-formatée, des mêmes « diagnostics partagés » et des mêmes problèmes qui s’aggravent à mesure qu’on prétend les résoudre : compétitivité, déficits,… Mais si les travailleurs trinquent, d’autres sablent le champagne régulièrement.


Pour les grands capitalistes et les gros actionnaires, tout ceci une vraie réussite : enrichissement fabuleux, destruction des acquis que le petit peuple avait réussi à imposer par le rapport de forces, subvention publique des profits privés, casse des cadres politiques de souveraineté populaire… Hors de question de changer vous dit-on : durant le deuxième trimestre de cette année « de crise », la rémunération des actionnaires des entreprises du CAC 40 a augmenté de 30 % avec 40,7 milliards de dollars distribués pour le seul premier semestre 2014.


Pourtant, s’ils se croient obligés de réaffirmer que le changement est « hors de question », c’est que, malgré tous les brouillages, toutes les manipulations, tous les mensonges, les pièges et les diversions, ils savent que le mécontentement bouillonne. Ils savent qu’au niveau national et international, les peuples essaient de résister comme ils peuvent au talon de fer qui les écrase. Ils savent qu’il continuera à y avoir des luttes et des espoirs de changement.

 

 

Alors comme à leur habitude en temps de crise, ils ne se contentent plus de soutenir et soudoyer ceux qui, comme à la direction de la CFDT, accompagnent et justifient les régressions par le « dialogue social entre partenaires sociaux ». Ils en sont comme dans les années 30 au soutien actif des partis d’extrême-droite (de Marine Le Pen sur toutes les ondes aux néo-nazis au pouvoir en Ukraine, en Hongrie ou dans les pays Baltes), l’UE jouant un rôle décisif dans la guerre livrée par le capital aux peuples : elle fournit la matrice de toutes les régressions sociales et organise la privation des peuples de leurs droits et de leur souveraineté (voir aujourd’hui par exemple ses négociations secrètes avec le capital nord-américain).


Ce système à bout de souffle, ces quelques milliers de personnes qui mettent le peuple à genoux pour leurs intérêts égoïstes, ne renonceront pas à leur pouvoir et à leurs privilèges. Pour eux, il est effectivement hors de question qu’ils changent de politique à moins qu’on leur impose… ou qu’on les démettent.

 

Malheureusement, du côté des directions syndicales et plus largement des organisations progressistes, on ne voit ni l’analyse ni la volonté d’agir contre cette guerre de classe menée contre les travailleurs de manière conséquente. Il faut en particulier en finir avec les illusions sur le dialogue et la concertation comme sur l'Europe sociale.


Ne pouvant compter que sur eux-mêmes, les travailleurs ont besoin que leurs organisations les aident à éclairer les enjeux réels, surmontent les divisions pour travailler inlassablement à l’unité vraie en bas à l'opposé du " syndicalisme rassemblé". En visant la construction d'un mouvement d'ensemble bloquant les contre-réformes et permettant la contre-offensive du monde du travail.


 En pleine crise des années 1930, le Front Populaire sut ouvrir une parenthèse de progrès à partir de la base et de sa volonté unitaire. Certes, les conditions ont changé depuis 1936, 1945 ou 1968. Mais le moteur demeure : la lutte des classes et la nécessité de la mener consciemment. Il est nécessaire de s’inspirer de ces grandes victoires du mouvement ouvrier, pour construire le rapport de force capable de vaincre. Aujourd’hui comme hier, le peuple va devoir entrer en résistance sous peine de tout perdre. Travailleurs du public et du privé, jeunes et retraités, chômeurs et précarisés, préparons la riposte en soutenant toutes les luttes et en construisant leurs convergence dans un grand « tous ensemble en même temps » pour gagner.


Le Front Syndical de Classe

Le 30 août 2014


source: FSC

Commenter cet article