Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel LeDiablo

manif-alcatel-lucent.jpg

Quelque 1500 salariés d’Alcatel-Lucent se sont rassemblés à l’appel de l’intersyndicale CFDT, CFE-CGC et CGT le mardi 15 octobre 2013 à Paris près de l’esplanade des Invalides, en présence des secrétaires généraux de la CGT et de la CFDT Thierry Lepaon et Laurent Berger pour manifester contre le plan annoncé la semaine dernière par le groupe visant à supprimer 900 postes en France et 10000 dans le monde.

 

"Je suis venu apporter la solidarité et dire que les suppressions d’emploi ne sont pas acceptables", a déclaré Thierry Lepaon. "Il va falloir que le gouvernement entende les salariés" et "trouver des solutions pour que les salariés gardent leur emploi", a-t-il insisté tandis que Laurent Berger demande que "le gouvernement et Alcatel mettent tout en œuvre pour baisser les suppressions de postes".

En savoir plus sur les raisons des plans de licenciements successifs ! La succession de plans de licenciements chez alcatel-lucent ? Les effets durables de la…

CGT-Alcatel-Lucent.jpg

Déclaration de la Fédération des Travailleurs

de la Métallurgie CGT

Lu sur le site CGT d'Alcatel Lucent

6ème plan chez Alcatel-Lucent : Toujours la même logique ! Les mêmes mesures ! Pour les mêmes conséquences ?

 

La situation du groupe Alcatel-Lucent est aujourd’hui dans un état critique. Ce sont d’abord, et avant tout, les choix industriels et sociaux pris par les directions successives d’Alcatel-Lucent, associés aux orientations économiques européennes et gouvernementales, qui ont mis l’entreprise à genoux.

 

 

Une nouvelle équipe dirigeante a été mise en place. On pouvait imaginer qu’elle tienne compte des résultats produits par les 5 précédents plans, qu’elle prenne une autre direction.

 

Eh bien non ! Ce sont les mêmes arguments et les mêmes mesures qui nous sont servis. « Il faut nous recentrer sur notre coeur de métier » est-il dit, comme si ce coeur n’était pas déjà très atteint et très malade depuis 1998, lorsque l’ancien PDG M TCHURUCK avait inventé le concept « d’entreprise sans usine ». Dans la poursuite de cette logique la direction justifie cette nouvelle restructuration. « Notre métier n’est pas de fabriquer et d’assembler les produits que nous concevons et donc nous continuons de sortir les sites de production du groupe », nous explique-ton. Autrement dit, je vous coupe une jambe pour que vous couriez plus vite !

 

 

De plus, cette direction choisit de réduire le groupe à trois activités « d’avenir ». C’est-à-dire d’amputer Alcatel-Lucent des activités « traditionnelles », celles qui ont fait la renommée du groupe, celles pour lesquelles les salariés ont donné leur temps, leur expertise, leur savoir-faire. On retrouve là une antienne patronale et maintenant, malheureusement, gouvernementale, à savoir « c’en est fini de la vieille industrie, vive les projets d’avenir, les projets innovants ».

 

 

Or c’est une erreur profonde. Cela fragilise l’entreprise en réduisant le portefeuille de produits. L’avenir ne peut se construire qu’à partir de l’existant. Il faut donc tout faire pour conserver les savoir-faire, les capacités humaines et productives, particulièrement dans une industrie technologiquement en évolution permanente.

 

 

Les laboratoires de R&D, les lieux de production doivent être proches pour faciliter les échanges au sein de la chaîne de valeur, sous une même chaine de commandement, pour garantir la qualité et la disponibilité des produits. Les produits d’avenir ne naitront pas sur des friches, les salariés veulent continuer à chercher, travailler, produire. Ils ont des propositions et ont besoin de visibilité à long terme.

 

 

Alors oui, Alcatel-Lucent est en danger. Mais faire partir 1800 salariés du groupe (900 suppressions de postes plus 900 postes externalisés) c’est un choix stratégique irresponsable et contraire aux nécessités du moment.

 

 

Oui, nous voulons sauver l’entreprise, c’est-à-dire sauver tous les emplois. Nous en appelons aux pouvoirs publics : créer les conditions d’un financement, d’une recapitalisation du groupe en imposant des contreparties d’emplois en France et en Europe, de participation des représentants des salariés aux organes de décisions du groupe. Au lieu de financer la casse des atouts du groupe, il faut donner la priorité à l’investissement dans la production, l’embauche, la recherche.

 

 

La CGT fait des propositions sur le financement des activités industrielles qui dégagent les entreprises de la contrainte des marchés financiers et de leur taux de rentabilité toujours plus exorbitant.

 

 

La CGT a, depuis plus de 15 ans, porté des projets de développement industriel, de nouveaux produits, de diversification, dans le groupe. Les salariés sont les mieux placés pour savoir comment relancer l’entreprise. Il faut les écouter !

 

 

Les besoins à couvrir en France et en Europe, les impératifs de sécurité et d’indépendance nationale de nos réseaux télécom justifient qu’Alcatel –Lucent se positionne en tant que grand équipementier qui investit et développe l’emploi dans notre pays comme en Europe. Alcatel s’est construit à partir des financements et investissements publics dans les télécommunications en France, en industrialisant les résultats de la recherche publique. Les pouvoirs publics ont toutes les raisons d’intervenir sur ce dossier et d’agir rapidement et concrètement.

 

 

La CGT, avec les salariés mobilisés contre le plan annoncé, est disponible pour travailler les mesures à court et à long terme, pour sauver notre industrie des télécom en France. La mobilisation unitaire du 15 octobre dans le groupe va peser dans ce sens.

 

Source : UL CGT Dieppe

Commenter cet article