Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

Voter, ce n’est pas abdiquer ; ce n’est pas nommer un maitre pour une période courte ou longue, ce n’est pas renoncer à sa propre souveraineté. Celui que vous nommez sera simplement votre mandataire, le candidat que vous élirez ne sera pas votre supérieur. Vous ne devez pas nommer des hommes qui sont au-dessus des lois, mais des hommes qui doivent être révocables s’ils ne respectent pas le mandat pour lequel vous les avez élus.

 

Voter, ce n’est pas  être dupe ; c’est savoir que les hommes élus sont tout comme vous des hommes qui ne peuvent  tout savoir et  tout comprendre. C’est pourquoi en raison même de l’immensité de la tâche, il ne faut pas que le peuple s’en retourne à ses occupations le lendemain des élections. L’histoire nous enseigne que le pouvoir a toujours corrompu, « le parlotage » a toujours abêti, et que si on n’y prend garde, la médiocrité prévaut fatalement. Le peuple doit en être le garde fou.

 

Le véritable combat commence le lendemain de l’élection quel qu’en soit le résultat. Et souvenez-vous, ce qui fait les bonnes réformes c’est quand la classe populaire montre les dents, et les grandes avancées sociales, notamment en 36, ont été arrachées par la lutte, et non par la volonté d’un gouvernement, fût-il de gauche.

 

Si vous pensez que «voter ne sert à rien» ou que vous pensez qu’ils sont «tous pareils, tous pourris»,  ne vous en faites pas, ceux qui contrôlent la société n’oublient jamais d’aller voter. Et même s’ils sont élus avec seulement peu de voix ils s’en moquent, car ensuite ils gouvernent et mettent en place des politiques pour défendre leurs intérêts. Et vous retournerez travailler pour eux.

 

Voter ce n’est pas trahir ses idéaux. Pour cela, il faut que la politique ne soit pas un métier, il faut que la rémunération d’un président soit celle du salaire moyen des français  et que son mandat soit limité dans le temps, pour qu’il ne rêve pas d’une trop longue carrière. Aujourd’hui, le candidat voit les comptes de la nation, et  demain, c’est à vous qu’il devra des comptes. Il doit donner des ordres aux actionnaires et aux rentiers. L’ouvrier doit être son modèle, et il doit mépriser la faveur des patrons. Le fougueux  banquier doit apprendre à courber l’échine lorsque le président élu par le peuple le convoque à son bureau. Il doit purifier l’atmosphère de ces corps législatifs où l’air est malsain à respirer, la politique ne doit pas se faire dans des antichambres et il doit consulter le peuple plutôt que les  mandataires d’un milieu où la consanguinité avec le monde des affaires est omniprésente.

 

Votez n’est qu’une étape, car dès le lendemain c’est dans la rue que vous devez être, pour dire que vous n’êtes pas dupe si c’est le candidat de la bourgeoisie qui l’a emporté, ou pour rappeler à votre candidat élu ses promesses et lui montrer que vous serez vigilant. Le pouvoir est l’affaire de tous et non d’un seul homme ! Voter, n’est pas la fin, mais le commencement !

 

N’abdiquez donc pas, votez, mais sans remettre vos destinées à des hommes qui échappent à tout contrôle et à des traîtres futurs. Une fois  l’élection passée, il vous faut contrôler votre destinée, et pour cela la première chose que doit faire votre candidat, c’est de changer les lois et la constitution, afin qu’un vrai contrôle sur l’assemblée et l’Elysée soit les garants de votre liberté ! Les occasions ne manquent pas aux hommes de bon vouloir. Rejeter sur les autres la responsabilité de sa conduite, se laver les mains des élections c’est manquer de vaillance.

Je vous salue de tout cœur, camarades.

Ecrit par Matignon RECLUS en écho à un texte que mon aïeul Elisée RECLUS avait écrit le 26 septembre 1885 dans une lettre adressée à Jean GRAVE

Source: "Conscience Citoyenne Responsable"

Commenter cet article

caroleone 12/04/2012 16:53


Bonsoir Diablo,


 


Alors là, ça c'est un texte génial, je le reprendrais certainement demain à mon avis.


La descendance d'Elysée Reclus qui s'exprime en se servant d'un texte de son illustre aïeul, qui disons-le était anarchiste et tellement avant-gardiste dans de nombreux domaines !!


J'adore Elie et Elysée Reclus que je connais particulièrement en ce qui concerne la géopolitique et l'étude des peuples indigènes !!


Merci pour ce bon moment.


 


Amicalement


 


caroleone

cotty 12/04/2012 14:29


Honneur à Mr Reclus communard dont une rue de ma ville porte le nom en oubliant qu'il fut communard! c'est ainsi que l'on assassine la mémoire.Salutations fraternelles de mitry-Mory.