Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

Dans les kiosques cette semaine

 

Publié par El Diablo

Il y a 79 ans : le PACTE germano-soviétique

Le pacte germano-soviétique (ou Pacte Molotov-Ribbentrop) est un traité de non-agression entre l'URSS et l'Allemagne, comportant des closes territoriales et économiques . Une clause secrète prévoit le partage de la Pologne en zones d'influence allemande et soviétique, la limite passant par les fleuves Narew, Vistule et San. Le pacte fut signé le 23 août 1939 au Kremlin.

Approche historique:

Grâce à  certains ouvrages, rédigés entre autres par des soviétiques, mais aussi par des auteurs contemporains, on peut penser que l'Allemagne nazie aurait eu la possibilité d'occuper tout le territoire polonais, et éventuellement d'obtenir un droit de passage sur les pays baltes et la Finlande. Un assaut contre l'Union Soviétique aurait alors permis la prise de Moscou et de Léningrad en quelques semaines, l'Europe serait alors tombée beaucoup plus aisément entre les mains des pays fascistes.

Les négociations avec la France et le Royaume Uni pour pousser la Pologne à accepter l'aide soviétique fut un échec, embourbée par la diplomatie française. De plus, en 1937 l'URSS, ruinée par la Révolution (non pas que la Révolution ait ruiné la Russie mais plutôt que les combats que durent mener les bolchéviks contre la bourgeoisie et les féodaux furent assez éprouvants), par des conditions climatiques défavorables et par les guerres contre les blancs et les forces françaises et anglaises, avec une armée affaiblie par les troubles politiques est très loin de disposer d'un arsenal suffisament puissant pour repousser Hitler. Dans l'éventualité d'une guerre avec l'Allemagne, l'aide française et anglaise aurait été probablement inexistante, comme l'a montré l'absence de réaction à la remilitarisation de la Rhénanie et à l'invasion de la Pologne par l'Allemagne. Les craintes de Staline furent confirmées par la conférence de Munich, qui vit l'annexion de la Tchécoslovaquie, démocratie bourgeoise, forte d'un potentiel industriel et militaire non négligeable. Seuls 75 députés votent contre les accords de Munich. Parce que le PCF dénonça Munich, certains hommes politiques voulurent l'interdire. N'oublions pas non plus qu'en 1920 la Pologne annexa une petite partie de la Russie, à  l'aide de militaires français comme Weygand. C'est exactement cette partie de la Pologne qui sera reprise par la Russie soviétique.

Le 23 août 1939 Staline annonce au politburo son intention de signer un pacte de non-agression avec l'Allemagne. Trois jours plus tard le pacte est signé au Kremlin, pour une durée de dix ans, par les ministres des affaires étrangères Joachim von Ribbentrop (Allemagne) et  Molotov (URSS).

« Les hautes parties contractantes s'engagent à s'abstenir de tout acte de violence, de toute agression, de toute attaque l'une contre l'autre, soit individuellement, soit conjointement avec d'autres puissances ».

Le pacte permit donc à l'URSS de gagner du temps pour construire une armée puissante en convertissant rapidement l'industrie lourde en une industrie de guerre et d'améliorer sa position stratégique sur l'Allemagne nazie. Staline profita du front unique pour attaquer la Finlande, annexer les pays baltes et envahir la Roumanie. De plus, on peut penser que la chute rapide de la France, considérée jusqu'alors comme la première puissance militaire, fut totalement inattendue, et qu'une résistance puissante aurait permis d'améliorer encore les dispositifs militaires, mais aussi de combattre une Allemagne d'avantage affaiblie.

Des lectures sur le sujet:

-Lettre ouverte à Léon Blum, par André Marty, publié dans les cahiers du bolchevisme second semestre 39 - Janvier 40. Position du PCF entre septembre 39 et janvier 40

-Un article de D. Ramez, On reste perplexe.

-Le livre de Gacon (and co.) La vérité sur 1939.

-Les fils de la Nuit d'Ouzoulias, pour la version PCF des années 70.

-Travail d'Annie Lacroix-Riz (par exemple son article publié dans le Monde Diplomatique). -Notamment deux ouvrages : Le Choix de la défaite : les élites françaises dans les années 1930, Paris, Armand Collin, 2006, 671 p. De Munich à Vichy, l'assassinat de la 3e République, 1938-1940, Paris, Armand Collin, 2008, 408 p.

-Paul Marie de la Gorce, 39-45 une guerre inconnue.

source : « encyclomarx »

 

 

Il y a 79 ans : le PACTE germano-soviétique

Commenter cet article