Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Information

1-Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos et/ou vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que  les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2-Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3- Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

ElDiablo

Adresse pour me contacter:

igrek@live.fr

POUR SUIVRE CE BLOG

CLIQUEZ CI-DESSUS

à gauche

dans le bandeau noir

Publié par El Diablo

photo d'illustration (source: france info)

photo d'illustration (source: france info)

Grâce à la CGT, on connaît mieux le contenu des discussions préparatoires sur les ordonnances. Maladroitement, le gouvernement a demandé aux partenaires sociaux de les garder secrètes. Il n'en fallait pas plus pour pousser à la confidence.

Officiellement, le gouvernement renouvelle la vie politique et les vieilles pratiques d'appareil. La traduction dans les faits laisse quand même un peu à désirer! Par exemple, sur la prochaine loi travail, le directeur de cabinet de la ministre explique à ses invités que s'ils divulguent le contenu des discussions à l'extérieur, ils seront soumis à un rationnement de l'information.

Oui, mais alors comment font-ils pour obtenir un mandat de leurs adhérents sur le contenu des discussions ? Sauf à expliquer, bien entendu, que les instances habituelles n'ont pas à être consultées sur les positions prises en réunion, ce qui ne paraît pas très démocratique.

Voilà qui s'appelle une logique bureaucratique !

Le calcul discret du gouvernement

Mais pourquoi le gouvernement souhaite-t-il tant de discrétion ? D'abord pour une raison tactique !

En effet, certaines des propositions avancées sont tout à fait explosives, comme la possibilité d'ajouter des motifs de licenciement par accord d'entreprise. Tout laisse à penser que le gouvernement préfère se garder la possibilité de revenir en arrière en cas de blocage trop important. Or, il n'est jamais commode de faire machine arrière dans une négociation sous les yeux du public.

Le rapport de force commence.

SOURCE:

Commenter cet article