Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel El Diablo

À propos de L'EUROPE SOCIALE... [Collectif communiste Polex]

Cet article a été publié en juillet 2013 dans notre numéro 105 de PARLONS CLAIR en réponse à la tribune de Paul Boccara et consorts publié dans l'Humanité. Sa lecture montre qu'il n'a pas pris une ride du fait que le texte de Boccara et consorts sert encore aujourd'hui de bible à la direction du PCF.
 

Republié en avril 2015

Lorsque qu'on a affaire à un texte de ce type, à mon avis , la première question a se poser c'est de savoir quelle conception de la crise est sous jacente.

première remarque d'après nos auteurs la crise serait celle de l'euro qui ne serait pas terminé loin s'en faut et le responsable serait la spéculation effrèné.

deuxième remarque le capitalisme mode de production dominant en europe et dans le monde est remarquablement absent ainsi que, c'est son corollaire, l'exploitation capitaliste ! Et je n'évoque même pas la luttes des classes qui comme chacun le sait n'a rien a faire dans cette histoire.

troisième remarque Hollande s'est renié qui avait promis de renégocier le traité Merkozy, de réorienter la BCE de s'attaquer à la finance et de défendre la croissance. On en conclut que ,toujours du point de vue de nos auteurs, il s'agit là de trois points décisifs; auxquels il faut ajouter la lutte pour une autre utilisation de l'euro, qui pourrait contribuer parait il, de façon décisive, non seulement à une autre croissance de progrès social dans l' Union européenne, mais à un changement fondamental sur le plan monétaire, économique et social dans le monde et qui permettrait de combattre le dominateur commun américain.

Une paille nous voici avec la révolution par l'euro! Voilà qui rapelle furieusement la recette miracle du professeur tournesol !

Il faudrait s'appuyer "sur l' échec de la construction actuelle de l' euro non pour régresser par rapport aux besoins de changements et de solidarité entre Européens, mais pour un nouveau type de croissance et de développement". Autrement dit il suffirait d'une autre politique monétaire pour développer un nouveau type de croissance et de développement sur lequel nos auteurs restent étrangement discret en se limitant à de grande généralités!

Cerise sur le gateau les négociations qui viennent de s'ouvrir entre l'union européenne et les USA pour un marché commun transatlantique sont remarquablement absente du propos de nos auteurs ainsi que leurs implications culturelles politiques et juridiques soigneusement laisser de coté par les tenants de la pensée unique. (voir analyse de Jacques Nikonoff )

Par ailleurs il faut bien noter que leur propos déforme sciemment celui de ceux qui veulent sortir de l'euro en oubliant qu' ils veulent non seulement en finir avec l'Union Européenne mais aussi se donner les moyens de sortir de la crise. Ce qui suppose d'enclencher un processus révolutionnaire ce qui ne viendrait pas à l'esprit de nos économistes distingués.

Enfin dernier absent le rapport de force actuel en europe. 
En effet ne serait ce que pour modifier les objectifs et le fonctionnement de la BCE il faudrait l'accord et la coopération active de la grande majorité des pays de l'union européenne ce qui implique un changement radical dans tous les domaines politique économique et social dans l'union européenne. En limitant le champ des luttes a la seule lutte contre l'austérité en europe, en ignorant le problème de la réindustrialisation et de la dette (il n'est pas question pour eux de l'annuler) sans ouvrir de perspectives au plan national c'est condamner ces luttes à l'échec. EN bref la thèse sous jacente c'est que le changement sera européen ou ne sera pas. C'est laisser la place aux nationalismes bornés.

On peut être surpris de voir Paul Boccara, qui a contribué - il y a une quarantaine d'année - a ce que nombre de communistes, dont je suis, comprennent que la loi de la baisse tendancielle du taux de profit et le mécanisme de la surracumulation-dévalorisatoin du capital sont au coeur des crises du capitalisme, faire aujourd'hui complètement abstraction de cette réalité en lui substituant le concept de financiarisation et en privilégiant la spéculation comme facteur essentiel de la crise. C'est hélas un fait!

Je vous invite a lire la réponse de Jean-Claude Danglot et Jacques Nikonoff ici ainsi que l'article de Robert Malclès. Pour lire la tribune de Paul Boccara et Consorts. Voir aussi ÉTUDE SUR LE PARTENARIAT TRANSATLANTIQUE de Jacques Nikonoff.

 

Jean-Louis BERTRAND

 

 

Source :

Commenter cet article