Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par Michel El Diablo

Une manifestation de l'opposition de droite en Équateur

Une manifestation de l'opposition de droite en Équateur

Récemment, les médias ont mis l'accent de façon réitérée sur ce qu'ils appellent "la crise politique en Equateur", mentionnant une série de protestations que la droite de ce pays a réalisée suite à l'initiative du président Correa de présenter un projet de loi sur les successions qui cherche à réduire la concentration des grands capitaux en peu de mains, ce qui aiderait à combattre les niveaux de pauvreté extrême puisque plus de 90% de la richesse nationale se trouve concentrée en seulement 2% des familles équatoriennes.

Maintenant, bien au-delà de cela, quelles sont les vraies raisons pour lesquelles le président équatorien est attaqué? Depuis 2007, Rafael Correa a assumé la présidence de la République sous la bannière de la Révolution Citoyenne qui a produit une croissance économique évidente et une réduction significative des inégalités. Cela a eu pour conséquence de hauts niveaux de stabilité politique éloignant du système politique la vision néo-libérale et l'ingérence étrangère, pour la remplacer par le respect de la souveraineté et de l'autodétermination qui sont des facteurs déterminants dans ce gouvernement.

Correa a rompu avec la vague néo-libérale qui a attaqué la région latino-américaine dans les années 90 où a prévalu ce qu'on appelle la faillite du système financier avec la perte de la monnaie nationale. En plus, il faut rappeler l'instabilité politique provoquée par des présidents de droite qui furent destitués comme Abdala Bucaram (1997), Jamil Mahuad (2000), et Lucio Gutierrez, (2005). Le président Correa est arrivé avec son drapeau constituant comme une lueur d'espoir pour ce peuple soumis à la débâcle économique et à l'ingouvernabilité causée par des présidents qui, comme dans beaucoup de pays d'Amérique Latine, continuaient à appliquer les orientations du Fonds Monétaire International.

Le président Correa, prenant pour référence le processus bolivarien mis en place par Hugo Chavez, prend le drapeau constituant pour promouvoir le rôle déterminant de l'Etat, la rupture avec les Traités de Libre Commerce et l'élan donné à des politiques sociales envers ceux qui ont historiquement été exclus, ouvrir les crédits aux micro-entrepreneurs et faciliter l'accès au logement à taux préférentiels. Il est important de savoir que depuis l'arrivée à la présidence de Rafael Correa, ont été promulguées des lois qui, dans leur majorité, ont apporté des bénéfices à la population, qui garantissent les droits de l'homme, en plus d'être garantes de l'organisation efficace de l'Etat et promotrices de la participation et de la pluralité en revendiquant le concept de démocratie participative foulé aux pieds par les gouvernements néo-libéraux.

Certains indicateurs parlent des avancées de la Révolution Citoyenne: la diminution de la pauvreté, selon les chiffres officiels publiés par Telesur, de 37,5% à 22,5%, de l'extrême pauvreté de 16,5% à 8,5%, de la pauvreté urbaine de 24,3% à 16,4%, de la pauvreté rurale de 61,3% à 35,3%, la réduction des inégalités de 42%à 22%. Entre 2007 et 2010, 10 482 bourses ont été accordées à des étudiants et plus de 1000 millions de dollars ont été consacrés à de nouvelles universités. Le PIB de l'Equateur a augmenté en moyenne de 4,3% entre 2007 et 2014, en plus de conserver une inflation faible une inflation annuelle de 3,67% en 2014 face aux 2,70% de 2013. Le salaire de base, avant la Révolution Citoyenne, était de 160 dollars et aujourd'hui, il est de 370 dollars (source Telesur, chiffres basés sur ceux de l'Institut National de Statistiques et de Recensement, INEC) entre autres indicateurs.

Pour défendre sa souveraineté et son autodétermination, le président Correa a décidé, en 2008, de ne pas renouveler l'accord par lequel les Etats-Unis "utilisaient depuis 1999 le port de pêche de Manta (sud-est) pour intercepter les vols du trafic de drogues", réaffirmant par cette politique la défense de la souveraineté et de l'intégration régionale. Rafael Correa a dénoncé, à plusieurs occasions, ce qui se passait en réalité sur la base de Manta et l'avocate Eva Golinger écrivit dans son article intitulé "Equateur: un autre coup made in USA": "Le Pentagone réalise des missions d'espionnage, de renseignement et de reconnaissance dans toute la région. Manta garantissait un large spectre depuis la Commando Sud dans l'état de Floride aux Etats-Unis jusqu'à leurs bases d'opérations à en Comalapa, au Salvador, à Aruba et à Curazao, et jusqu'à leur présence militaire en Equateur et en Colombie”.

En plus de cette décision, le président équatorien a commencé à se rapprocher des présidents progressistes de la région et a ouvert son éventail de relations vers le monde multipolaire avec le rapprochement avec l'Iran, la Russie, la Chine et d'autres pays qui ne sont pas subordonnés à l'hégémonie états-unienne.

Tout cela a eu pour conséquence qu'en 2010, un coup d'Etat a été tenté contre son gouvernement constitutionnel qui, s'abritant derrière une protestation des corps de police qui, en demandant des avantages, voulurent le traquer en l'agressant avec des gaz lacrymogènes et en le séquestrant dans un hôpital proche de la zone de protestation. Le président dénonça la tentative de coup d'Etat en même temps que les policiers prenaient le siège de l'Assemblée Nationale et il y avait une forte répression contre les sympathisants du président qui demandaient sa libération.

Une autre raison pour laquelle le président Rafael Correa, est attaqué est l'importance qu'il a eue comme président pro tempore de la CELAC. Depuis cet organisme, il a impulsé les politiques intégrationnistes et souveraines de notre région, affichant clairement que la CELAC est un espace libre d'hégémonies où la pensée progressiste doit avoir pour but principal la réduction des asymétries et où le bien-être des peuples a été la finalité essentielle. Le dernier Sommet CELAC-UE a été un succès pour notre région. Là, le président équatorien a déclaré clairement que "la nouvelle forme de coopération dont ont besoin l'Amérique Latine et les Caraïbes, une région (...) de recettes moyennes en général (...) puisque ce n'est pas de la petite école, du chemin vicinal, du système d'eau potable pour une communauté indigène. C'est, de façon basique, le soutien pour créer une masse critique de talent humain". Le président Correa est la voix forte de la CELAC, qui lève le drapeau bolivarien dans ces endroits en revendiquant les peuples les plus nécessiteux et exigeant des solutions réelles à la pauvreté, soulignant que "la pauvreté n'est pas le fruit du manque de ressources mais des inégalités entre les classes".

Il est évident que l'ingérence étrangère et les intentions néo-colonialistes se reflètent dans les protestations planifiées par la droite équatorienne dans le but de continuer à attaquer les gouvernements qui ont des leaders progressistes dans notre région, le président Correa étant l'idéologue par excellence de la Révolution Citoyenne qui cherche le plus grand bien-être possible pour son peuple en défendant avec force sa souveraineté et osn autodétermination.

Par Aidiana Martínez (Cubadebate)

Traduction Françoise Lopez

 

source en espagnol:

http://www.cubadebate.cu/?p=591661#.VYPZHVw4YRE

10 CLÉS POUR CONNAITRE LE PROJET DE LOI

SUR LES SUCCESSIONS

Le site du SRI met à la disposition des citoyens une calculatrice pour connaître l'impôt à payer en cas d'héritage.

La proposition d'un nouvel impôt sur les successions impulsée par l'exécutif et qui sera soumis au vote des députés cherche à redistribuer la richesse et n'affectera pas la classe moyenne ni les pauvres mais les plus riches, a assuré le président Rafael Correa. La commission de Régime Economique du corps législatif équatorien qui analyse le projet de Loi sur les Successions a annoncé vendredi qu'elle éliminera une des 2 tables de calcul de l'impôt proposées - celle qui contient les pourcentages les plus élevés - destinée à des héritages "indirects".

1. La table qui restera en définitive pour tous - aussi bien pour les héritages directs (enfants, parents, grands-parents) que pour les autres - sera celle qui établit un impôt de 2,5% pour les héritages compris entre 35 400 et 70 800 dollars et qui augmente progressivement selon une échelle établie qui varie selon le plafond et le plancher de chaque échelon.

2. Le second créneau imposé sera celui qui comprend des héritages entre 70 800 et 141 600 avec un pourcentage de 7,5%. Le suivant concerne les héritages compris entre 141 600 et 283 200 avec un taux de 17,5%, le suivant concerne les héritages compris entre 283 200 et 566 400 avec un taux de 32,5%. Et le dernier concenre les héritages supérieurs à 566 400 avec un taux de 47,5%.

3. L a table éliminée envisageait un impôt pouvant aller jusqu'à 77,5% pour les héritages supérieurs à 849 600 sur l'excédent appliqué au minimum de cet échelon (849 600).

4. "La Loi cherche la distribution de la richesse et non les recettes fiscales", affirme Correa.

5.- Ce dont le conjoint hérite ne s'appelle pas succession mais société conjugale et n'est pas soumis à l'impôt.

6. L'impôt sur les successions n'a pas pour but de faire des recettes, son but est la redistribution de la richesse.

7. La loi sur les successions affectera moins de 2% de la population totale.

8. Le projet établit des réductions cumulatives, ce qui se traduit dans le fait que la base de personnes exemptées s'élargit et dépendra du fait qu'il est mineur ou handicapé.

9. Le calcul des impôts n'est pas fait depuis 1927, quand les normes qui les régissent dans le pays sont entrées en vigueur.

10. Cette loi contient des mécanismes pour éviter l'évasion fiscale des successions.

"La proposition de Loi sur les Successions n'affectera pas les petits patrimoines familiaux ou de l'économie populaire et solidaire mais cherche à démocratiser la propriété en Equateur". Rafael Correa

Telesur

Traduction Françoise Lopez

 

Source en espagnol:

http://www.telesurtv.net/news/Lo-que-no-sabias-del-proyecto-de-Ley-de-Herencia-de-Ecuador-20150613-0047.html.

 

 

SOURCE:

Au centre de la photo, le président Rafael Correa

Au centre de la photo, le président Rafael Correa

Commenter cet article