Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par Michel El Diablo

Ce dimanche 5 juillet 2015 en GRÈCE sera-t-il une DATE HISTORIQUE ou un COUP d'ÉPÉ dans L'EAU ?

Dans l'absolu ce que dit le KKE peut se comprendre sauf que ce n'est pas lui qui a gagné les élections et le mandat de SYRIZA n'est pas la sortie de l'euro et de l'UE (on peut le regretter mais c'est ainsi) - Le peuple grec doit faire son expérience et le rôle du KKE devrait être, me semble t-il, de l'accompagner utilement dans sa réflexion pour espérer modifier à terme le rapport de forces...A moins qu'il rêve du "grand soir"...C'est son droit. EL DIABLO

 

Nous portons à votre connaissance le point de vue du Cercle Ouvrier du Bassin Minier Ouest du Pas-de-Calais soutenant la position du PC Grec (KKE) qui milite pour le boycott du référendum du 5 juillet 2015 :

Après des mois de bataille face à la troïka impérialiste, le gouvernement Tsipras s’en remet au peuple grec, en proposant un référendum sur la question suivante : « Acceptez-vous le projet d'accord soumis par la Commission européenne, la Banque centrale européenne et le Fonds monétaire international lors de l'Eurogroupe du 25 juin 2015 et composé de deux parties, qui constitue leur proposition unifiée ? »

Le gouvernement grec et sa majorité parlementaire Syriza-Anel, appellent à voter « NON » avec l’argument que ce vote NON sera un instrument de pression sur les négociations en cours, du moins qui étaient en cours puisque l’Eurogroupe a décidé de les suspendre en attendant le résultat de cette consultation populaire… et ce à la demande du gouvernement allemand qui espère que la Grèce sortira de la zone euro afin de l’épurer d’un mauvais élément qui refuse de payer ses créanciers, du moins les exigences des créanciers.

En effet, Alexis Tsipras et son ministre de l’économie Yanis Varoufakis (qui a étudié dans les universités anglo-saxonnes) ne refusent pas de payer la dette créée par la bourgeoisie et la classe moyenne aisée grecques, ils refusent les frais inhérents imposés par la BCE et le FMI, donc par la commission européenne et les USA, donc par l’Allemagne et les USA, donc par Goldman-Sachs, la véritable banque mondiale qui réitère dans sa stratégie du chaos pour imposer l’ultralibéralisme.

Le gouvernement grec redoute avant tout, mais sans le dire, une situation à la chilienne de 1974 qui provoqua la mort d’Allende avec un retournement de l’armée et de la police, complétement noyautées par l’extrême-droite, comme ce fût le cas en Grèce en 1967 avec le coup d’état des Colonels sur fond d’anticommunisme. Cette hypothétique ultime solution de l’impérialisme ne doit pas être mise de côté, notamment quand 130 milliards sont en jeu.

La gauche (PCF-PG-CGT) de la "drauche" française (PS-PRG-EELV-CFDT) appelle à soutenir le gouvernement grec pour infléchir la position extrêmement ferme de l’Eurogroupe, et à manifester dans la rue leur soutien au NON grec et à la coalition Syriza-Anel (l’équivalent d’une coalition impossible, quoi que, entre le FdG et l’UDI) … ce qui sous-entend qu’autant la gauche de la gauche, que la drauche, que la droite veulent sauverla construction soit-elle impérialiste, antisociale et liberticide… de l’Europe.

Mais dans le même temps, le KKE, le Parti Communiste de Grèce, et le PAME, front syndical lié au KKE et à la FSM, appellent à boycotter ce référendum considéré comme un marché de dupes pour tromper les travailleurs grecs qui devront encore une fois se serrer la ceinture tant financièrement que socialement pour rembourser les dépenses de l’Etat bourgeois.

Le KKE n’a pas une position du NI-NI mais une position du NON-NON, car le 27 juin au Parlement grec. Il s’est exprimé ainsi : « Non au projet d’accord de l'UE-BCE-FMI et à celui du gouvernement grec », « désengagement de l’UE, abrogation du mémorandum et de toutes ses lois d’application »… il a une position claire et précise sur la question nationale, donc sur le maintien de la souveraineté de la Grèce dans la cacophonie mondiale des impérialismes dominants.

On voit bien qu’une guerre de classes est engagée sur trois fronts entre les ultralibéraux, les réformistes (PPE-PGE-CES) et les véritables communistes (KKE-PCP-FSM-RCC-PRCF…), mais qu’il n’y a qu’une seule barricade où d’un côté les libéraux et réformistes sont alliés malgré leurs divergences sur la nature de cette construction européenne, pour affronter les patriotes communistes opposés à l’Europe impérialiste… la situation ukrainienne avait montré le même schéma tordu sur fond d’opposition à la Russie, tout comme sur la situation en Syrie voire même au Venezuela… « Plutôt l’Europe impérialiste que le retour de l’URSS »

Il est clair que le spectre d’un retour au socialisme réel dans un pays redevenu souverain au cœur de L’impérialisme européen, hante le capitalisme qui redoute encore le soviétisme et la socialisation des moyens de productions et d’échange qui passe par la sortie de l’Europe et de sa monnaie… d’ailleurs les manifestants pro euro à Athènes avait brandit il y a quelques jours « non au stalinisme »…, c’est bien une guerre idéologique sur fond de crise systémique du capitalisme qui est en jeu mais elle est masquée…

Nous apportons toute notre solidarité internationaliste et notre complet soutien politique au KKE, au PAME, et à la classe ouvrière patriote de Grèce dans cette lutte indispensable pour la souveraineté du peuple de Grèce livrée aux charognards impérialistes et à la dictature de la finance.

 

Cercle Ouvrier du Bassin Minier Ouest du Pas-de-Calais

Le 2 juillet 2015

 

SOURCE:

Commenter cet article