Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par Michel El Diablo

Hollande, Gattaz (photo d'illustration)

Hollande, Gattaz (photo d'illustration)

Le capital frappe très fort. En témoigne la « lettre ouverte » à Hollande signée par les patrons de 150 monopoles, le MEDEF, les associations de défense des PME.
Sans surprise, Hollande en a fixé les travaux pratiques en présentant ses vœux au Conseil Économique et Social. Il a commencé son allocution par la référence à l’état d’urgence avec sa restriction drastique des libertés publiques et sa
criminalisation du mouvement social avec les peines de prison infligées à 8 syndicalistes de Goodyear défendant leur emploi !
Cela dit, il a offert de nouveaux cadeaux financiers aux entreprises et supprimé des droits individuels et collectifs pour les travailleurs. Il a rappelé les « efforts » du gouvernement accomplis depuis 3 ans pour améliorer la compétitivité,
augmenter les marges des entreprises, réduire les « déficits publics ».
Hollande dresse ainsi un bilan positif du Pacte avec « sa dynamique économique avec plus d’agilité », clin d’œil au patronat qui réclamait un contrat de travail « agile ».
Il se félicite de
la baisse du « coût » du travail, inférieur à celui de l’Allemagne dit-il. Les résultats de cette politique sont connus avec 650 000 chômeurs de plus en 3 ans. Il prévient « la gestion des acquis est une cause perdue », « Il faut plus de liberté pour les entreprises et de mobilité pour les salariés ». Le plan annoncé de « lutte contre le chômage » se monte à 2 milliards, 1 milliard d’aides financières aux entreprises, 1 milliard pris sur les économies budgétaires d’État, qui seront prises dans les budgets sociaux. L’ensemble des mesures annoncées constitue une attaque majeure contre le pouvoir d’achat, la protection sociale et les droits des travailleurs. « Il s’agit de redéfinir le modèle économique et social » précise Hollande. Le but est clair : satisfaire uniquement les exigences du capital pour faire payer la crise du capitalisme par ses victimes : les travailleurs.

 

Transfert de l’argent public dans les poches du capital
Le CICE a apporté 34 milliards aux entreprises, il est maintenu. En 2017 Hollande annonce la baisse définitive des cotisations patronales ce qui constitue une attaque majeure sur le financement et la pérennité de la Sécurité Sociale. Une prime de 2 000 euros sera accordée aux TPE-PME pour toute embauche d’un salarié payé entre 1 et 1,3 le SMIC. C’est de l’argent public offert au patronat et un encouragement aux patrons à payer des bas salaires.
Dans le but de
camoufler le chômage réel, Hollande veut la formation par alternance de 500 000 chômeurs avec les aides de l’État. Les besoins seront évalués par les entreprises et les branches dans chaque région. Il y va de son couplet anti-chômeur. Beaucoup d’emplois seraient disponibles mais ne trouveraient pas de salariés ! « En France la durée d’indemnisation des chômeurs est trop longue». Il veut changer cela ! La cour des comptes acquiesce, elle reprend les objectifs du MEDEF et appelle impérativement à baisser le montant des allocations chômage !
 

Attaques contre les droits des travailleurs
Concernant l’emploi, Hollande reprend les objectifs de la « lettre ouverte » patronale. « La rupture du contrat figurera dans le contrat de travail avec ses motifs connus à l’avance par le salarié ». C’est le contrat « agile » voulu par le MEDEF pour automatiser les licenciements en cas de difficultés de l’entreprise ! Hollande reprend les mesures Macron retoquées par le Conseil Constitutionnel sur le plafonnement des indemnités prud’homales de licenciement. Il précise  qu’ « il  faut adapter le droit du travail aux réalités de l’entreprise ». Les règles en matière de temps de travail seront négociées dans chaque entreprise ou branche. « L’accord collectif prime sur le contrat de travail et la loi ». Celle des 35h. en particulier. Cette Mesure antisociale qui facilitera le licenciement de ceux qui se défendent sur les bases de leur contrat. « La renégociation est nécessaire pour l’assurance-chômage en raison de ses déficits », ajoute Hollande alors que près de la moitié des chômeurs ne sont pas indemnisés !
 

Stopper l’offensive du capital et du gouvernement
Toute l’architecture du projet Hollande repose sur le « partenariat social » afin que la collaboration de classe accompagne les diktats patronaux.
Ne nous laissons pas faire !
Unis nous sommes une force considérable, par nos luttes et grèves nous pouvons arracher au patronat les sommes spoliées et satisfaire nos revendications urgentes emplois, salaires, défense des droits, lutte contre la répression anti-syndicale !
Agissons pour la nationalisation sans indemnisation des grands groupes et leur gestion démocratique.

 

SOURCE:

 

 

Commenter cet article