Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Information

1-Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos et/ou vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que  les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2-Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3- Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

ElDiablo

Adresse pour me contacter:

igrek@live.fr

POUR SUIVRE CE BLOG

CLIQUEZ CI-DESSUS

à gauche

dans le bandeau noir

Archives

Publié par El Diablo

photo d'illustration (source: Marianne)

photo d'illustration (source: Marianne)

Jean-Luc Mélenchon sait très bien qu'il est le seul, à gauche, à pouvoir reprendre au Front national les électeurs populaires abandonnés…

Beaucoup d'observateurs se demandent s'il ne cherche qu'à se faire plaisir ou s'il y croit vraiment. Lui aussi. Jean-Luc Mélenchon voit bien que l'état de la gauche lui ouvre cette fois-ci une vraie possibilité de renverser le cours des choses. D'être acteur plus que témoin. A condition de le vouloir. Sur la forme, il n'a pas hésité : en refusant de se soumettre à la primaire, ce partisan d'une fumeuse VIe République a réhabilité la pratique gaulliste de la Ve en se présentant au-dessus des partis, bazardant le Front de gauche et méprisant les débris du Parti communiste qui ont fini par se soumettre à sa décision.
Mais, sur le fond, son objectif de «fédérer le peuple» semble plus difficile. Surtout depuis qu'il y en a plusieurs et que les ouvriers préfèrent le Front national. Il n'a pas oublié son humiliant échec de Hénin-Beaumont où il était allé défier Marine Le Pen. Le peuple a ignoré sa logorrhée antifasciste. Même le Nord est devenu une société multiculturelle fracturée qu'on ne rassure pas avec la promesse d'un Smic à 1.500 euros.

Il sait très bien qu'il est le seul, à gauche, à pouvoir reprendre au Front national ces électeurs populaires abandonnés. Il sait aussi comment. Il l'a montré depuis cet été en faisant de gros efforts en ce sens. Mais il a mesuré à chaque fois ce qu'il lui en coûtait. Sa sortie sur le «travailleur détaché qui vole son pain au travailleur qui se trouve sur place» lui a valu deux pages de Libération l'accusant de nager en «mots troubles». Quand il a osé dire qu'il n'était pas «pour la liberté d'installation» et «le déménagement permanent du monde, ni pour les marchandises ni pour les êtres humains», raillant «ceux pour qui il est normal que tout le monde puisse s'établir où il veut, quand il veut», le porte-parole des Verts a dénoncé «une course à l'échalote avec le FN».

(...)

LA SUITE DE L'ARTICLE EN LIEN CI-DESSOUS:

SOURCE:

Commenter cet article

morvan 12/12/2016 06:41

Ah, que l'Art, de quelque domaine qu'il soit, semble facile si l'on en croit Le Critique.....