Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

pour agrandir le texte, liens ci-dessous:
pour agrandir le texte, liens ci-dessous:

pour agrandir le texte, liens ci-dessous:

La presse financière déclare Renault

« champion de la rentabilité »

C’est le titre d’un article du journal « Les Échos » du 12 décembre 2016. Chiffres à l’appui il en explique les raisons : « la chasse aux coûts ». Par cela il ne faut pas entendre la disparition des dividendes versés aux actionnaires. Au contraire. Pour un capitaliste les coûts sont les salaires (directs et socialisés), l’emploi, les conditions de travail.

Renault-comme Peugeot- est un maître dans ces domaines. Jugez- en.

Avec le blocage des salaires le pourcentage de la masse salariale sur le chiffre d’affaires est de 11-12% alors que chez Volkswagen il est de 17%. A cela s’ajoutent les délocalisations systématiques de la production vers les pays à bas salaires, Roumanie, Slovénie, Espagne, Maroc mais aussi de la recherche et développement.

Ce qui amène aux suppressions permanentes d’emplois en France. 7800 de plus entre 2013 et 2016. Et pour ceux qui restent, journée de travail à rallonge, heures supplémentaires obligatoires, recours massif au travail précaire, surexploitation des ouvriers.

Ce qui augmente la rentabilité qui est aujourd’hui de 5% contre 1 à 3% il y a dix ans. Un économiste du cabinet américain Barclay s’extasie : « On est à des niveaux historiques. Jamais on n’avait vu de tels ratios chez les Français » (Volkswagen n’enregistre qu’un ratio de 2%).

Cette exploitation, cet abandon de l’intérêt national pour l’emploi, se traduit par des profits et des dividendes en hausse tous les ans, y compris pour l’Etat détenteur de 20% du capital. Pour le premier semestre 2016 cela se traduit par un profit en hausse de 1501 millions.

Bien entendu Renault profite à plein de toutes les aides gouvernementales en matière d’allégement fiscaux et sociaux

Mais cela n’est pas encore suffisant.

La direction Renault et les syndicats viennent de terminer les discussions sur un nouvel accord 2017-2019 qui aggrave encore plus cette politique.

Que contient-il ?

Embauche de 3600 CDI d’ici à 2019, ce qui, compte tenu des départs dit naturels, se traduira par une nouvelle baisse des emplois Renault.

Suppression de 4500 d’intérimaires.

Contingent d’heures supplémentaires porté de 175 à 210 heures par an.

Travail obligatoire jusqu’à une heure de plus par jour en équipe du soir, avec un maximum de 50 journées par ouvrier et par an, ainsi que d’autres contraintes pour les salariés.

Le but : porter la production, de 62 véhicules par salarié et par an, à 90 véhicules par salarié et par an.

Plutôt que d’embaucher des effectifs Renault pour faire face aux objectifs de production, cela va se traduire par une augmentation brutale de la surexploitation des ouvriers. Les heures sup sont bien le moyen d’augmenter le profit tiré de l’exploitation des producteurs, au détriment de leur santé, de leur l’espérance de vie. (1)

Face à une telle attaque contre les salariés, quelle position des syndicats ?

La CGT rejette l’accord.

La CFDT, FO et le CGC, déjà signataires du précédent accord, le trouvent « équitable » et vont le signer, ils se comportent en auxiliaires du patronat, chargés de faire accepter ses exigences aux salariés.

Cette situation confirme que pour permettre des investissements industriels nécessaires au développement économique et social, au service des travailleurs et du peuple, il est indispensable d’arracher à la multinationale capitaliste Renault comme à toutes les autres multinationales françaises les richesses créées par les travailleurs.

(1) Les statistiques indiquent toujours une espérance de vie de 7 ans inférieure pour les ouvriers par rapport aux cadres ou professions libérales.

SOURCE :

 

Commenter cet article