Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

Manifestation lycéenne contre Parcoursup et la sélection à l'université : jeudi 7 juin 2018

À PARIS : rendez-vous à 12 h 00 Place Saint-Michel

Nous, lycéen·ne·s, appelons à manifester massivement contre Parcoursup et la sélection à l'université le Jeudi 07 Juin.

On nous avait dit qu'APB, le précédent système permettant de s'inscrire à l'Université, était défaillant, qu'il fallait changer radicalement. On nous avait dit qu'avec Parcoursup, tout serait différent. Pourtant, au soir des résultats, nous étions 400 000 jeunes sur le carreau. Avec un budget par étudiant en recul depuis de nombreuses années, et un baby-boom des années 2000 dans lequel aucun investissement n'a été fait pour permettre notre accueil, comment s'étonner ? Le résultat : plusieurs centaines de milliers de jeunes n'ont toujours pas reçu de proposition d'affectation.

Le gouvernement n'arrête pas de nous répéter que le système va « se ventiler », que tout le monde aura une proposition. Mme Vidal, ministre de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche, brasse de l'air ! Nous voyons bien qu'en réalité l'étau se resserre. Dans les lycées de banlieue, certaines classes n'ont eu aucune proposition d'affectation ! Des jeunes avec des dossiers scolaires excellents sont rejetés hors de l'Université en raison de leur lycée d'origine. Sommes-nous de trop ? Comme si en banlieue, nous n'avions pas le droit de décider notre avenir, et qu'il fallait au mieux s'accommoder d'un choix de filières subi, au pire être exclu.e.s de l'enseignement supérieur. Trop d'entre nous ont d'ailleurs déjà baissé les bras, en acceptant une filière non-voulue de peur d'être recalé.e.s. D'autres ferons le choix de s'endetter pour se payer des écoles privées, grandes gagnantes de cette loterie sociale.

Alors que notre savoir est la meilleure ressource de notre pays, M. Macron tire vers le bas l'ensemble de notre système éducatif en sélectionnant aussi brutalement. Tant d'entre nous sont démotivé.e.s : on se demande à quoi sert le baccalauréat, après avoir vu les résultats de Parcoursup. Le gouvernement s'en prend à une valeur fondamentale : celle du droit à décider de notre avenir. En assignant tout le monde à résidence scolaire, en nous empêchant de choisir, ce gouvernement détruit notre possibilité de nous découvrir, de nous émanciper et de devenir excellents dans un domaine, car passionné·e·s. Il s'en prend aussi à notre liberté d'expression : lorsque nous nous mobilisons, la seule réponse que l'on nous apporte, c'est la répression. On n'arrête pas de nous enseigner les valeurs de la démocratie. Le gouvernement s'en réclame. Et pourtant, quand on fait entendre une voix différente, on nous réprime violemment, comme à Arago ou des mineur.e.s ont dû subir des gardes à vues prolongées et humiliantes.

Alors, parce que nous voulons défendre notre droit à décider de notre avenir, parce que nous sommes solidaires de nos ami·e·s sur le carreau, nous nous mobiliserons le 07 Juin. Vous, parents d'élèves, professeurs, ne nous regardez pas, rejoignez-nous ! Pour le retrait de la loi ORE et un investissement à hauteur des besoins dans l'enseignement supérieur, contre la sélection à l'Université.

Vous ne déciderez ni de notre place dans la société, ni à notre place !

CONTACT: stopparcoursup@gmail.com

LIEN SUR FACEBOOK :

Commenter cet article