Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

L’ÉLECTRICITÉ n’est pas une affaire d’épicier ! (CGT)

Plusieurs enseignes de grande distribution ont pour projet de fournir de l’électricité aux particuliers dans un marché en pleine expansion.

 

Ainsi, après le groupe Casino, c’est l’enseigne E. Leclerc qui vient d’annoncer qu’elle se lance à son tour dans la course. Le principe se veut séduisant : permettre au consommateur de faire des économies conséquentes en lui reversant une partie des factures... en bons d’achats utilisables chez Leclerc !

 

La Fédération CGT Mines - Énergie s’est indignée, dans un communiqué, contre « cette offre soit-disant alléchante » qui permet surtout à E. Leclerc de mettre en place « une véritable économie circulaire (...) qui oblige l’usager à consommer chez elle ! » Et « faire croire aux consommateurs qu’ils feront des économies sur leur facture tout en maintenant une qualité de fourniture d’énergie et une qualité de service public est illusoire : un prix bas pour tous n’est obtenu que lorsque le secteur est organisé et structuré en dehors d’une logique marchande », insiste la CGT.

 

SOURCE:

Le 25 juillet 2018

 

L’énergie n’est pas une marchandise ! La grande distribution ne doit pas vendre de l’électricité... !

 

Les semaines passent et le flot de nouveaux fournisseurs d’électricité et de gaz ne tarit pas. A croire que ce marché doit être juteux tant la concurrence fait rage. Après Cdiscount, filiale du groupe Casino, une autre grande enseigne de distribution vient d’annoncer cette semaine une offre soi-disant « alléchante » permettant de substantielles économies en cash back, générant des bons de réduction.

 

Voilà une véritable économie circulaire en perspective pour cette enseigne qui oblige l’usager à consommer chez elle !

 

Une magnifique société de consommation qui de la vente d’électricité va permettre d’acheter un kilo de pommes de terre en retour de bons d’achat... Le modèle d’une belle libéralisation de l’énergie prôné par l’Europe et appliqué par les gouvernements successifs que voilà !

 

Il n’en est rien sauf une véritable opération de communication et de séduction faisant croire aux usagers un gain de pouvoir d’achat.

 

Cette belle société de consommation va-t-elle réellement permettre aux 13 millions de personnes en précarité énergétique d’acheter ses kilowatts et les fournitures scolaires des enfants en bons d’achat en même temps !

 

Pour la FNME CGT, cette comédie a trop duré ! Faire croire aux consommateurs qu’ils feront des économies sur leur facture tout en maintenant une qualité de fourniture d’énergie et une qualité de servicepublic est illusoire. Un prix bas pour tous n’est obtenu que lorsque le secteur est organisé et structuré en dehors d’une logique marchande.

 

La fermeture des moyens de production classiques pilotables nous entraîne dans une raréfaction énergétique avec une flambée annoncée des prix lors des pics de consommation. Les bons d’achat E. Leclerc vont valoir de l’or...

 

Pour qu’il y ait des fournisseurs, il faut qu’il y ait des producteurs, or ceux ci sont de plus en plus mal en point à l’échelle européenne.

 

Les producteurs qui utilisent des énergies renouvelables ne doivent leur survie que dans un système d’assistanat grâce au rachat obligatoire de leur production d’électricité et ne peuvent garantir la fourniture de l’énergie à tout instant. Depuis 2010, ce sont 38,4 milliards d’euros payés par les usagers pour soutenir l’électricité photovoltaïque et 40,7 milliards d’euros pour soutenir l’éolien et ce pour répondre à 15% de la consommation totale.

 

Le consommateur final paie de plus en plus la facture, la Contribution au Service Public de l’Electricité (CSPE) ayant flambé de 40% en quelques années et l’ensemble des taxes représentant plus du tiers de lafacture énergétique. Il est grand temps de stopper ce marché de dupes !

 

La FNME CGT porte des préconisations pour un Service Public de l’énergie, permettant une véritable réponse aux besoins de la population tant économique que technique.

 

La première mesure phare que le gouvernement devrait engager pour le pouvoir d’achat des Français, serait de passer à une TVA à 5,5% sur l’électricité et le gaz, énergies de première nécessité. Faire ce choix, c’est permettre aux français d’économiser 15% sur leurs factures.

 

La seconde, l’arrêt de la libéralisation du secteur avant que l’électricité et le gaz ne soient fournis par la grande distribution et des marchands de tapis low cost.

 

L’énergie n’est pas une marchandise, c’est un bien commun qui répond à l’intérêt général.

 

 

Commenter cet article