Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

Le CHÔMAGE et les JEUNES

On nous le répète sans cesse lorsque surgit le sujet de la crise économique: les jeunes sont en première ligne, faisant les frais d’une logique de précarisation toujours accrue. Un rapport de l’Observatoire des inégalités, repris dans la presse dominante depuis Atlantico jusqu’à l’Humanité, souligne le fait que les Français de moins de 30 ans “restent les premiers frappés par la misère”. Qu’une telle étude soit reprise en choeur par tous les médias dominants ne saurait manquer de surprendre quiconque a pris le réflexe d’adopter vis-à-vis de ces sources une méfiance critique, justifiée par les mensonges à répétition proférés par exemple sur les guerres impérialistes de l’Occident. Il nous faut donc ici dégager de ce discours dominant ce qui est source de confusion et ce qu’il y a d’objectif dans les analyses.

 

Dans les faits, il est clair que la situation des “jeunes” est très peu engageante aujourd’hui. La précarisation des étudiants ou jeunes travailleurs devient de plus en plus évidente. Les statistiques de l’Observatoire sont ici assez utiles pour être mentionnées. En utilisant le seuil de pauvreté officiel (moins de 850 euros par mois), on obtient des données effrayantes. Plus d’un enfant sur dix vit sous le seuil de pauvreté. 19,8% des moins de 18 ans sont officiellement pauvres. Un tableau somme toute fort peu réjouissant, mais l’Humanité ne désespère pas, voyez plutôt: on pourrait penser qu’un recul de la pauvreté s’amorcerait, à condition que les politiques fiscales et sociales cessent de jouer contre les transferts sociaux. Pour Mouloud, Delaporte et I.D (auteurs pour l’Huma des articles consacrés à l’étude de l’Observatoire), on a besoin d’un “redémarrage de l’activité et de l’emploi, mais surtout que cette croissance soit mieux partagée”. Car il y a croissance économique, et le creusement de la pauvreté - le nombre d’allocataires du RSA repart à la hausse en 2018 après quelques trimestres de baisse - n’est pas dû à une logique inhérente au capitalisme mais à de simples “choix politiques” mal orientés ! 

 

Il est tout à fait clair que la jeunesse Française souffre des logiques néolibérales à l’oeuvre, au même titre que l’ensemble de la population. Ce constat évident de prime abord doit être nuancé comme qui suit:

 

- la jeunesse n’échappe pas à la division en classes sociales, le jeune de Grigny ayant statistiquement plus de chances de pâtir de la précarisation que le jeune de Neuilly

 

- parler de la misère des jeunes évite de parler de la misère du prolétariat, c’est-à-dire de l’immense majorité.

 

Il nous faut ici adresser d’emblée un remerciement à Bernard Friot, dont nous allons reprendre une des éclairantes analyses. Les discours sur le chômage et la misère des jeunes nous sont répétés partout, à longueur de temps, avec des effets délétères. On voudrait nous faire croire qu’il est de plus en plus difficile de trouver du travail - et c’est vrai - principalement, ou particulièrement lorsqu’on a moins d’un certain âge. Il s’agit là d’une grossière déformation de la réalité. On nous serine que 25% des 15-24 ans sont au chômage, ce qui est tout à fait aberrant pour deux raisons au moins: devrait-on travailler dès 15 ans ? Et la nuance cruciale est que 25% des jeunes ACTIFS sont au chômage ! Cela signifie que 25% des 15-24 ans situés sur le marché du travail sont en situation de recherche d’emploi, donc on n’inclut pas les étudiants, lycéens ou autres jeunes n’étant pas entrés sur le marché du travail. Le taux de chômage des jeunes, et non le poids du chômage (qui est le taux de chômage rapporté à la catégorie des actifs) est en réalité autour de 9%, soit quasi identique à ce que l’on observe chez les 25-49 ans. Ce poids du chômage de 25% s’explique tout simplement par le fait que les personnes concernées, les “jeunes actifs”, sont ceux dont la situation scolaire est la plus faible, les travailleurs les moins qualifiés et donc les plus vulnérables.

 

La fonction objective de ce discours dominant sur la misère particulière des jeunes est d’éclipser la misère générale des prolétaires, avec un corollaire qui est celui d’une pression sur les salaires. En effet le “jeune”, cet être mystérieux reconnaissable à sa passion pour le rappeur Nekfeu, s’il est convaincu que le marché du travail ne lui réserve que des malheurs et des errances dans les couloirs malodorants de pôle emploi, sera bien plus prompt à accepter des mesures telles que le Contrat Première Embauche (CPE), le service civique, le contrat de génération… On pourrait dresser une très longue liste des tentatives réussies ou non de mettre en place des emplois au rabais, avec un salaire et une protection sociale réduits à peau de chagrin. Ajoutez à cela l’ubérisation, cette dynamique de précarisation passant par les statuts de travailleur indépendant qui font de l’employé son “propre patron” corvéable à merci, vous obtenez le tableau d’un étau qui se resserre sur les salaires, d’un côté sur les “jeunes” qui voient les salaires à l’embauche fondre comme neige au soleil, les emplois stables et rémunérateurs devenir des chimères, de l’autres les “vieux” qui subissent des attaques contre les retraites et des fins de carrière intenables en termes de salaire.

 

Tentant de diviser toujours plus le prolétariat, le capital adopte aujourd’hui des stratégies dont la cohérence est aveuglante, dont la logique du tous contre tous, jeunes contre vieux, immigrés contre gaulois, etc devient chaque jour un peu plus manifeste. Les deux mâchoires du discours dominant se referment sur le camp du travail dans son ensemble, pour compresser à l’infini le “coût du travail”, jusqu’au moment où l’on comprend la supercherie. Alors s’ouvre une nouvelle ère révolutionnaire que plus rien ne peut arrêter.

 

Thibaud

 

SOURCE:

 

Commenter cet article