Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

Nous (Sabrina Ali Benali, Christophe Prudhomme, Llorens Marie, Kierzeck Gerald, Julia Devigne) exigeons des soins assurant la sécurité et la dignité de tous !

Nous, personnels de santé de toutes professions confondues et sur tout le territoire appelons à une pétition conjointe réunissant les revendications de tous les domaines du soin  : Nos vies et la sécurité des patients ne doit pas être prise en otage par les contraintes budgétaires. Nous devons, personnels et usagers faire front commun pour faire basculer le rapport de force.

Nos Vies d’abord

Notre pays fait face à une grave crise sanitaire.

Nous, professionnels de santé, de concert avec les institutions, les syndicats et les usagers, alertons depuis des années sur les dangers liés aux contraintes budgétaires imposées à tous les secteurs de la santé.

Les constats sont sans appel, les drames ne font plus exception. Des dizaines des nôtres se sont suicidés. Ce sont autant de familles, de proches et de collègues brisés. Dépression, anxiété, pathologies liées au stress, addictions, les enquêtes sur notre propre santé sont alarmantes .

Partout sur le territoire, nous avons le sentiment de devenir des robots à la chaîne, n’ayant plus le temps de soigner nos patients humainement. Il faut que vous le sachiez, nous n’avons plus les moyens de prendre correctement soin de vous.

Des patients décèdent en salle d’attente des Urgences. En l’absence de prise en charge rapide, la mortalité y augmente de près de 40% pour les malades graves. Pour obtenir un rendez-vous avec un médecin de ville ou en centre médico-psychologique, pour être pris en charge aux urgences, pour être hospitalisé, les temps d’attente deviennent aberrants et dangereux.

Les temps de toilettes sont comptés, on bouscule nos aînés. Le temps manque pour accompagner les patients alités aux toilettes. Les plus vulnérables sont doublement punis, n'ayant d’autre choix que de « faire sur eux ». C’est insupportable.

En psychiatrie, le recours à la contention et aux chambres d’isolement est devenu trop fréquent faute de soignants disponibles et de temps humain pour apaiser les situations de tension.

Notre métier perd son sens et son humanité, car nous sommes soumis aux injonctions contradictoires de « prendre soin » tout en étant « rentables, rapides, flexibles». La rentabilité est devenue le maître mot partout, censée légitimer des pratiques indignes. La technique remplace l’éthique. Chaque lit, chaque service, chaque maternité, chaque hélicoptère, chaque ligne de SAMU considérés comme non rentables sont menacés.

Combien coûtent les vies humaines ? C’est la question que nous posons. En vingt ans, 100 000 lits ont été fermés alors même que la population augmente et vieillit ; la moitié des maternités du pays également .

Devons-nous accepter que l’argent ait pris le pas sur l’humain ? Les vies sauvées et le respect de la dignité ne sont pas affaires de marché et de coûts financiers.

Il est temps de s’opposer aux choix budgétaires technocratiques, de décider de notre avenir et des investissements pertinents à faire pour mieux soigner, et de construire une véritable démocratie sanitaire. Nous, professionnels de santé de tous les secteurs, avons besoin de vous et appelons ce jour à la mobilisation citoyenne massive, car la dégradation de notre système de soin nous met toutes et tous en danger, professionnels comme patients.

Le Collectif - Nos Vies d’Abord

A l’initiative du collectif : (par ordre alphabétique)

Ali Benali Sabrina, médecin remplaçante en permanence de soins; Bellhasen Mathieu, médecin psychiatre; Bellhasen Loriane, médecin psychiatre; Devianne Julia, Interne en Neurologie; Dougha Abdel, aide-soignant aux Urgences; Falla Lionel, adjoint administratif HAD APHP; Gauthier Maxime, urgentiste Lariboisière; Guy Jérémy, infirmier réanimation pédiatrique; Kierzeck Gérald, médecin Urgentiste; Kelfaoui Karim, médecin remplaçant ; Lyzbinski Laurent, infirmier aux urgences ; Llorens Marie, Infirmière aux urgences; Müllner Joaquim, médecin psychiatre, Prudhomme Christophe, médecin Urgentiste; Christophe, citoyen

Personnalités appelant à soutenir la Tribune:

Arrabal Fernando, écrivain poète, cinéaste - Beaulieu Baptiste, médecin, chroniqueur sur France Inter - Célarié Clémentine, actrice et chanteuse - Cotta Jacques, journaliste, réalisateur et écrivain - Dardot Pierre, philosophe - De Lagasnerie- Geoffroy, philosophe et sociologue - Denvers Cyril, réalisateur - Eribon Didier, philosophe - Ferroni Nicole, humoriste et chroniqueuse sur France Inter; Gaccio Bruno, comédien - Gori Roland, Professeur émérite de psychologie et psychopathologie clinique - Heracles Philippe, président Cherche Midi Editions - HK, groupe HK et les Saltimbanques, musicien - Huster Francis, acteur, metteur en scène, réalisateur et scénariste - Kaplan Leslie, écrivain - Larrere Mathilde, historienne - Le Bolloch' Yvan, comédien - Louis Edouard, écrivain - Pelloux Patrick, médecin urgentiste, auteur - Perret Gilles, réalisateur documentariste - Porcher Thomas, économiste; Pierru Frédéric, docteur en science politique, sociologue, chargé de recherche au CNRS;

LIRE LA SUITE :

Commenter cet article

M
Fille d’infirmière et moi même atteint de handicap, je me sens très concernée pour cette cause qui nous concerne tous. Sauvons nos hôpitaux
Répondre