Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

Équateur : Moreno quitte la capitale et accuse Maduro et Correa d'être à l'origine des troubles

 

Devant la grogne populaire contre la hausse spectaculaire du prix des carburants, le président équatorien a quitté la capitale avec son gouvernement pour la ville de Guayaquil. Il a accusé Nicolas Maduro et Rafael Correa d'avoir fomenté ces troubles.

 

Le président de l'Equateur Lenin Moreno, cible d'un mouvement de protestation de grande envergure, a quitté Quito, la capitale du pays, le 7 octobre, accompagné de tout son gouvernement dont il a déplacé le siège à Guayaquil, la deuxième ville du pays située au sud-ouest de l'Equateur. Depuis cette cité portuaire, il a accusé le président vénézuélien Nicolas Maduro et son prédécesseur Rafael Correa d'être derrière ces troubles.

 

 

LIRE LA SUITE :

 

source: France 24 sur Youtube

DÉCLARATION DU PARTI COMMUNISTE DE L'ÉQUATEUR

(traduction automatique)

 

Le 7 octobre 2019

 

Avant le décret présidentiel d'application immédiate et de réforme économique évoqué le 1er octobre 2019, le Parti communiste équatorien exprime son rejet absolu du contenu réactionnaire et antipopulaire du décret qui vise à soumettre au peuple équatorien la grave crise économique à laquelle traverse le pays à la suite de la livraison de revenus fiscaux et économiques aux employeurs et aux oligarchies nationales.

Avec la pire impudence, le président Moreno commence ses décisions économiques avec la supposée contribution spéciale d'hommes d'affaires sur une période de trois ans, d'une valeur de 300 millions de dollars, en partant du principe que cette valeur irait à la sécurité, à l'éducation et à la santé. Personne ne peut demander une explication sur le non-respect de cette proposition car il ne serait plus dans la présidence ou serait renvoyé, annulé, de même que les près de 5 000 millions de dollars qui avaient été tolérés en faveur de l'employeur il y a quelques mois. Il en va de même pour la valeur ajoutée dont la taxe est également supprimée.

 

L'élimination de la subvention aux carburants entraîne une augmentation de la valeur de l'essence et du diesel, ce qui augmentera objectivement tous les produits, en particulier ceux de première nécessité, qui sont transportés quotidiennement sur les routes et fermés dans notre pays. Une grande partie des véhicules appartiennent à des commerçants de taille moyenne et petite à qui leur revenu sera préjudiciable et les valeurs augmentées seront à la charge des consommateurs. Étant cette décision d'application immédiate, c'est-à-dire que la ville commencera à payer à partir du 3 octobre, contrairement aux hommes d'affaires qui auront 3 ans et peut-être beaucoup plus. Il se termine par des taxes sur les hommes d’affaires et regorge de privilèges pour le secteur privé tels que le paiement anticipé des impôts.

 

Dans ces conditions, personne ne peut, en réalité, devenir entrepreneur, comme l'affirme ironiquement le président.

 

Les liens sont un masque pour dissimuler l'agression économique contre les travailleurs et la population en général.

 

La menace des réformes du travail est un fait réel entre les mains de l'employeur et de la majorité corrompue de l'Assemblée nationale. Les droits qui sont censés être volés par ce gouvernement d'entreprise diminuent dans la pratique le salaire minimum vital, réduisent les vacances à 15 jours et falsifient le fait que les mesures créeront de nouvelles sources de travail alors qu'ils ont mis en pratique des centaines de milliers de chômeurs, travailleurs des secteurs public et privé.

 

Les droits des travailleurs mis à pied, les salaires, les indemnités et autres droits ne sont pas pris en charge par les autorités du travail et permettent aux employeurs de faire honte de manière flagrante à leurs anciens employés et anciens travailleurs.

 

Les ordres du plan économique du FMI sont exécutés à un taux faible par le gouvernement de Moreno et ses ministres au détriment de la ville entière.

 

Le Parti communiste équatorien appelle les travailleurs, les paysans, les peuples autochtones, les artisans et le peuple en général à descendre dans les rues pour mettre un terme à la sinistre main de l'impérialisme et des dispositions pénales du Fonds monétaire international (FMI) soutenant le secteur des transports qui ont paralysé leurs travaux afin de mettre un terme à la montée en puissance des carburants et des dérivés qui augmenteront objectivement la vie quotidienne des Équatoriens, en produisant des pénuries alimentaires et tout le nécessaire pour la subsistance de la famille.

 

À LA DÉFENSE DU PEUPLE ÉQUATORIEN

À la grève générale

Winston Alarcón Elizalde

Secrétaire général du CC de la PCE.

Pedro Caicedo Torres.

Secrétaire d'organisation PCE

Président du CCC du CC du PCE

 

SOURCE:

 

Scènes insurrectionnelles en Équateur : Le parlement attaqué par les manifestants

 

Après les manifestations de la fin de la semaine dernière qui ont paralysé le pays, la contestation est montée d’un cran en début de semaine avec l’entrée en mouvement des organisations indigènes. Ce 8 octobre, le parlement a été attaqué par les manifestants.

LIRE LA SUITE :

Commenter cet article