Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

Meurtre d'Éric Masson : la gauche se divise sur la marche des policiers prévue mercredi à Paris

Les directions socialistes et communistes s'y rendront. Les Insoumis dénoncent « une instrumentalisation politique » et les écologistes sont divisés.

La gauche et les écologistes sont nettement divisés sur la participation à la manifestation des policiers, mercredi 19 mai en milieu de journée, à proximité de l'Assemblée nationale. Un rassemblement de protestation sur les conditions de travail au sein de la police mais aussi un hommage au policier Éric Masson, tué il y a deux semaines à Avignon. Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a prévu de faire une apparition à cette manifestation pour «saluer» ses troupes. Alors que de nombreux élus du RN seront aussi sur place, les organisations syndicales ont dénoncé par avance toute tentative de « récupération » et souligné que les politiques n'auront aucun accès à la tribune.

Les directions communistes et socialistes sont décidées à y venir. Les députés Insoumis en revanche ont acté mardi matin en réunion de groupe leur choix de ne pas s'y rendre. Même tendance au sein de la direction des écologistes, qui attend sa réunion hebdomadaire en bureau exécutif, mardi après-midi, pour l'annoncer. Chez EELV cependant, le député européen Yannick Jadot, candidat à la candidature pour la présidentielle, a de son côté décidé de venir lui aussi participer au mouvement.

LIRE LA SUITE :

Fabien ROUSSEL (PCF) : « Il faut redonner des moyens à la police comme à tous les services publics »

La France Insoumise : « Pourquoi nous n’irons pas à la manifestation des organisations policières du 19 mai 2021 ».

Sous couvert d’hommage aux policiers tués récemment dans l’exercice de leurs fonctions, une marche revendicative est organisée ce 19 mai 2021 devant l’Assemblée nationale. 

Le groupe parlementaire de la France insoumise s’est toujours associé aux hommages républicains rendus à celles et ceux qui ont payé de leur vie leur engagement pour le pays. Nous refusons de participer à l’instrumentalisation politique de celles et ceux qui, fonctionnaires de la police nationale ou militaires de la gendarmerie nationale, sont morts lâchement assassinés par des criminels. Nous avions également demandé une commission d'enquête sur les moyens de prévenir les suicides dans la police sans recevoir de soutien dans cette lutte ni des députés macronistes ni des organisations policières. Pourtant l'an dernier, quatre fois plus de policiers sont morts de suicide qu'en opération.

La mobilisation policière du 19 mai n'est nullement une marche d'hommage aux policiers assassinés, c’est une manifestation pour un cahier de revendications corporatives comme le montre les tracts des organisations policières. Nous, les député.e.s de la France insoumise, ne participerons pas parce que nous ne partageons pas les revendications sur la base desquelles les organisations policières appellent à manifester.

En effet, cette manifestation réclame le durcissement des peines contre ceux qui s’en prennent aux policiers. Pourtant, le code pénal actuel prévoit déjà que le meurtre d’un fonctionnaire de police peut être puni de la réclusion criminelle à perpétuité. Quoi de plus ? En bas de l’échelle des délits, l’outrage à l’égard d’un agent dépositaire de l’autorité publique s’accompagne d’une peine pouvant aller jusqu’à 1 an de prison et 15000 euros d’amende. Pire, les organisations policières réclament la suppression de tous les dispositifs qui concourent à la prévention de la récidivide. Tout cela ressemble à une opération d’intimidation de la Justice.

Le code pénal n’a pas pour but d’empêcher les infractions mais de les réprimer. Et elles le sont durement. Nous ne cotiserons pas à l’ambiance générale de surenchère sécuritaire. Le ministre de l’Intérieur et le garde des Sceaux ont déjà annoncé une série de mesures dans la continuité de la loi sécurité globale contre laquelle nous nous sommes vivement opposée, ainsi que des milliers de manifestants dans le pays.

Le duo Gérald Darmanin et Marine Le Pen donnent le sens de cette manifestation en décidant de s’y rendre. Il est de plus intolérable qu'un ministre d'Etat participe à une manifestation de pression sur l'Assemblée nationale au mépris de la séparation des pouvoirs. Raison de plus pour nous de ne pas y aller. 

Nous voulons réformer la police nationale de la cave au grenier et ne cesserons pas de faire des propositions en ce sens : police de proximité pour recréer les liens polices populations, suppression de l’IGPN et création d’un organe de contrôle indépendant, dissolution des BAC et renforcement de la police judiciaire pour démanteler les réseaux, paiement des heures supplémentaires dues, limitation des contrôles d’identité et mise en place d'un récépissé, plan de rénovation des commissariats, création de nouvelles écoles de police et passage de la formation à deux ans, valorisation des agents administratifs et scientifiques, mise en œuvre de la désescalade dans la gestion du maintien de l’ordre, etc. Rien de tout cela n’est à l’ordre du jour de cette manifestation. Nous n’irons donc pas  puisque nous sommes pour une véritable police nationale républicaine de proximité au service de l’intérêt général et du peuple français."

Jean-Luc Mélenchon pour la France Insoumise

 

Manifestation policière : « République souveraine » ira et soutiendra.

Jean-Luc Mélenchon et La France Insoumise viennent de sortir une tribune complètement hors sol à propos de la manifestation des policiers du 19 mai. C’est une énième exemple d’un décalage par rapport aux attentes populaires.

C’est un long texte qui se termine par un étonnant : "Nous n’irons donc pas puisque nous sommes pour une véritable police nationale républicaine de proximité au service de l’intérêt général et du peuple français".

Jean-Luc Mélenchon, par ces propos, nie le caractère républicain de la police et sous-entend qu'elle ne serait ni au service de l'intérêt général, ni du peuple français. A quoi ça sert d'avoir fait la campagne présidentielle de 2017, si c'est pour écrire ça en 2021 ?

Si j’étais policier, je serais blessé et furieux de lire cela.

Quels intérêts serviraient les policiers si ce n’est celui de l’intérêt général ?

Oui, il y a des policiers racistes et des policiers violents. Ce n’est pas la majorité du genre, c’est même une très petite minorité.

La plupart des policiers se sont engagés dans un métier difficile au service de leurs concitoyens. Ils travaillent rarement dans de bonnes conditions, sont mal payés et doivent palier au manque de courage de la plupart de nos dirigeants. Pire ils doivent faire face à la perte de sens de notre société, ils doivent face aux conséquences de la destruction des services publics, de la paupérisation, face aux conséquences de la désindustrialisation et au délitement organisé de la Nation.

En dehors de leur travail de répression de la criminalité – ce qui est censé être leur mission première – les policiers sont, avec les pompiers, le seul recours pour beaucoup face à des problèmes sociaux qui généralement les dépassent ; tout politique honnête devrait savoir qu’ils sont, aussi, des assistants sociaux.

Combien ont été sauvés par un policier ou une policière ? Combien ont vu l’uniforme bleu comme le dernier recours ?

Combien ont été aidés sur le bas-côté de la route, protégés contre une agression, rassurés, écoutés par un policier ou une policière ?

Oui, il y a des manquements, il a des fautes graves parfois, oui, il y a des erreurs d’appréciation. Certes. Cela doit être puni et l’est souvent – fantasmer que nous serions dans un Etat policier est ridicule et insultant pour ceux qui vivent dans de véritables Etats policiers.

Oui, la police est sûrement à réformer partiellement, à réorganiser, en particulier lorsqu’il s’agit de la période d’enseignement, elle doit être refinancée, et revalorisée aussi. Oui, il faut renforcer la police judiciaire, oui, il faut une police de proximité, oui, il faut arrêter la politique inepte du chiffre, que d’ailleurs beaucoup de policiers critiquent. Mais tout cela dépend du politique, pas de la police qui exécute les ordres et fait avec ce qu’elle a, comme tous les services publics.

Jean-Luc Mélenchon compte être élu Président de la République. Soit. 

Comment compte-t-il gouverner en se mettant la police à dos ? 

Ce n’est pas simplement une question électorale, c’est une question de capacité à gouverner.

Il faut le répéter : sans police, la société s’effondre.

La sécurité est un des premiers droits et une des premières libertés. Sans elle, personne ne pourrait vaquer à ses autres occupations.

Il faut bien entendu ne jamais baisser la garde sur la sûreté, que l’on confond trop souvent avec la sécurité et dont les dispositions protégeant les citoyens contre l’arbitraire ont été magistralement gravées dans le marbre par nos illustres ancêtres de la Grande Révolution Française dans la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789.

Les articles 2 et 7 y sont parfaitement articulés et on voit bien avec les drames que nous vivons aujourd’hui, que ce soient les violences contre les policiers, les incivilités à leur encontre ou les exactions de certains policiers, combien tout a déjà été formidablement pensé : 

Art. 2. « Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l'Homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l'oppression ».

Art. 7. « Nul homme ne peut être accusé, arrêté ni détenu que dans les cas déterminés par la Loi, et selon les formes qu'elle a prescrites. Ceux qui sollicitent, expédient, exécutent ou font exécuter des ordres arbitraires, doivent être punis ; mais tout citoyen appelé ou saisi en vertu de la Loi doit obéir à l'instant : il se rend coupable par la résistance ». 

Et puis c’est oublier qu’avec 246 000 policiers, sans compter leurs familles et les retraités de la police, il s’agit d’une institution totale, sociologiquement et politiquement complexe.

Si les dirigeants de la France Insoumise et tous ceux qui vouent la police aux gémonies se donnaient la peine d’écouter ce que disent les syndicats policiers (tous les syndicats policiers), de lire les livres et analyses que font certains policiers, ils se rendraient compte alors que :

1) Nos policiers sont pour la plupart des citoyens honorables, engagés dans la police pour servir le bien commun et leurs concitoyens, souvent au détriment de leur vie de famille et de leur santé.

2) Que les relations avec leur hiérarchie ne sont pas toujours simples, c’est le moins que l’on puisse dire.

3) Que comme beaucoup de fonctionnaires (personnels soignants et enseignants), qui n’ont pas les moyens de mener à bien leurs missions de service public, beaucoup trop de policiers se suicident – ce qui est le signe d’un profond malaise de notre société.

4) Que leur métier n’est pas de pallier x conséquences du néolibéralisme de gouvernants ineptes.

5) Que si on leur fait confiance et qu’on les intègre à un renouveau politique de la Nation, ils seront parmi les plus fidèles et ardents éléments pour refonder une République plus juste.

On pourrait aussi critiquer, et je l’ai fait, la DÉLIRANTE répression du mouvement des Gilets Jaunes, qui n’a rien à envier à Poutine : 12000 arrestations, 3000 condamnations immédiates, 1200 peines de prison, des centaines de blessés graves (blessures qualifiées par les chirurgiens de blessures de guerre) et tout cela face à des manifestant n’ayant pour la plupart aucun casier judiciaire, ni le plus souvent aucun engagement politique préalable. Les Black Blocs, idiots utiles de la "macronie", qui ont contribué à discréditer, aussi, cet immense mouvement populaire, eux, n’ont rien subi, ni blessures, ni prison. Et bien des policiers ont condamné cela.

Mais dans ce cas, la police n’est que le bras armé des fonctionnaires OBÉISSANT aux décisions criminelles du pouvoir politique qui, lui, a voulu cette répression. Mettre la répression sur le dos de la police, c’est faire le jeu d’Emmanuel Macron et de son gouvernement.

Cette tribune de la France Insoumise montre surtout le décalage complet face aux attentes populaires de sécurité, au fait que le laxisme et le laisser-faire sont de moins en moins acceptés par les catégories populaires, qui sont les premières victimes de cette insécurité. 

Il est étonnant également de lire l’argumentation selon laquelle on ne saurait aller à une manifestation où le RN se rendrait. Mais Le RN n’a pas signé l’appel à cette manifestation, contrairement à la FI qui avait signé l’appel à manifester le 10 novembre avec des organisations islamistes et fascistes.

Le Parti Communiste Français participera à cette manifestation, en particulier Fabien Roussel que je soutiens dans cette décision. Sérieusement, le PCF serait contre le peuple ? Pourtant c’est ce qu’on peut lire lorsqu’on voit toutes les attaques qu’il subit par des gauchistes qui, sociologiquement, sont largement issus des rangs de la bourgeoise et qui, parce que leur classe sociale les protège de l’insécurité, peuvent s’autoriser de tels propos envers la police.

Comme Georges Marchais, Fabien Roussel sait que les victimes de l’insécurité sont d’abord les classes populaires ! Ne pas le comprendre, c’est faire le jeu de l’extrême-droite et lui offrir un boulevard qu’elle ne mérite pas !

Il faut incarner politiquement la lutte contre la criminalité, contre le laxisme face à une certaine délinquance, et soutenir la police républicaine.

Oui, cela doit aller de pair avec une lutte pour le renversement total des politiques néolibérales qui provoquent les injustices sociales et la misère, mais sûrement pas avec un tel dénigrement de la police.

C'est parce que la police en France EST une VÉRITABLE police nationale républicaine au service de l'intérêt général et du peuple français que République souveraine manifestera à ses côtés ce 19 mai.

Georges Kuzmanovic

Président de République Souveraine

SOURCE :

 

image d'illustration

Villejuif réforme sa police municipale

Héritage de la mandature Le Bohellec (Libres), la police municipale de Villejuif va s’adapter aux orientations politiques de l’équipe de Pierre Garzon (PCF). Alors que de nombreux agents ont quitté le service après les élections, la mairie a décidé de se lancer dans sa réorganisation en s’appuyant sur les préconisations d’un cabinet spécialisé.

LIRE LA SUITE :

Commenter cet article