Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par El Diablo

capture d'écran

Expression directe du 25 avril 1992.

Francis Wurtz, député européen et responsable des affaires internationales au PCF, expose les raisons pour lesquelles les communistes s'opposent au Traité de Maastricht et au tournant ultralibéral qu'il impose à la construction européenne. Il présente la pétition lancée par le Parti pour exiger la tenue d'un débat national sur le sujet.

Francis Wurtz explique que la question de la souveraineté est au cœur du traité de Maastricht : "Ce traité institue une loi au-dessus des lois. S'il est ratifié, vous continuerez à élire vos députés mais le pouvoir réel sera ailleurs, dans des instances non élues, non françaises. (...) Dans quelques années 80% des législations économiques et fiscales seraient transférées vers ces pouvoirs technocratiques. S’ajouterait une Banque Centrale Européenne à Francfort qui gèrerait la monnaie unique future." D'ici là, ces institutions se verront confier la chasse au déficit et la baisse des dépenses publiques dans les domaines social, de la santé, de la formation, des salaires et des retraites, avec sanction à la clé pour les gouvernements qui ne respecteraient pas cette ligne.

Cela aurait des répercussions très concrètes sur la vie des français : la récente autorisation par le gouvernement français du travail de nuit pour les femmes est un exemple parmi d'autres du nivellement pas le bas imposé par cette logique ultra-libérale. Ou le recul social présenté comme une mesure "d'harmonisation" européenne.

Le patronat lui-même estimant que certaines contraintes imposées par le Traité seront inacceptables, Francis Wurtz s'attend à des explosions sociales.
Au nom du PCF, il met en garde contre ce traité : "Il ne faut pas céder à ceux qui disent que c'est Maastricht ou le chaos. C'est faux! Ce sont les mêmes qui demain, si Maastricht passe et que vous les critiquez, utiliseront la mauvaise Europe qu'ils auront construite comme rempart au mécontentement de leur peuple, en disant "On n'y peut rien, les ordres viennent de là-haut"."

A ceux qui croient que l'Europe de Maastricht sera plus forte, Francis Wurtz répond l'inverse : le marché unique européen ne permettra pas de concurrencer les États-Unis et le Japon, dans la mesure où il s’accompagnera d'une libéralisation des mouvements de capitaux et des importations. En outre, cette Europe aura pour effet pervers, dit-il, de niveler les différences culturelles qui font la richesse de chaque pays. Pour une organisation qui se prétend garante de la paix, l'Europe de Maastricht consacre beaucoup d'investissements à l'armement et au renforcement de l'OTAN. Au point de vue diplomatique, le député communiste se fend d'un trait d'humour : "Maastricht interdit à tout gouvernement toute politique étrangère qui ne soit pas conforme à l'opinion de la majorité. Le Général De Gaulle doit se retourner dans sa tombe!"

Fort de toutes ces réserves, Francis Wurtz demande l'organisation d'un débat contradictoire, suivi d'un référendum (comme ce fut le cas dans deux pays, l'Irlande et le Danemark). Elisabeth Guigou, ministre déléguée aux Affaires européennes, a refusé cette proposition une première fois. Il la réitère donc une seconde fois.

L'émission « Expression Directe » est une case de programmation réservée à l'expression des partis politiques français sur les chaînes de la télévision publique. Chaque parti dispose de moyens et d'un budget attribués par l'Etat pour la préparation de ces émissions dont la réalisation lui appartient en propre. A l'origine, elles duraient en moyenne un quart d'heure et étaient diffusées aux heures de grande écoute.


LIEN VERS LA VIDÉO :

Commenter cet article