Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

CHILI : le candidat de la gauche, Gabriel Boric, remporte l’élection présidentielle - Le jeune député de 35 ans a battu, avec 56 % des voix, le candidat d’extrême droite, José Antonio Kast,

 

Le 21 décembre 2021

Rien ne nous empêchera de nous réjouir infiniment de son accession au pouvoir. On se réjouit encore plus de la mobilisation militante, surtout celle du parti communiste, qui a modifié la participation populaire entre les deux tours. Espérons qu'elle se maintiendra car elle seule peut transformer les promesses en réalités. Faire du berceau de l'ultra libéralisme un pays interdit à l'ultra libéralisme se heurtera à un mur. On voit bien comment, au Pérou, Pedro Castillo est empêché de gouverner.

Par ailleurs, au Chili comme ailleurs, des dirigeants de gauche sincères conservent des œillères. Lors d'un débat avec Daniel Jadue, Gabriel Boric déclarait soutenir, non le gouvernement de Cuba mais les "Cubains qui manifestaient dans la rue". On n'a pas vu de manifestation d'opposants à Cuba, et Yunior Garcia qui les convoquait, a été exfiltre en Espagne par ses protecteurs. Revenu à un anonymat bien subventionné, il y coule sûrement des jours heureux. Cela devrait, espérons-le, aider le nouveau président du Chili à modifier son jugement et en tous cas à se méfier des propos rabâchés et idées toutes faites.

Qu'on le veuille ou non, la position concernant Cuba, est un marqueur en Amérique latine et ailleurs. Même si cela n'empêche pas le débat et les divergences sur le parti unique et les libertés.

Ceci dit, après les réjouissances légitimes, le court état de grâce de la victoire électorale, on va entrer dans la vraie épreuve du feu. L'enjeu chilien, quelles réformes et jusqu'où, est d'importance pour tout le continent. L 'exercice du gouvernement va rapidement obliger le nouvel hôte de La Moneda à reconnaître et s'appuyer, ou non, sur les larges avenues qui ont précipité et fêté sa victoire avec tant d'espoir. On se réjouit donc comme tout le monde, on se dit bien sûr que chaque chose en son temps, que tout va se jouer maintenant. Cependant, il s'y mêle aussi le souvenir de toutes les fois, où en Amérique latine et ailleurs, le même espoir a été déçu ou transformé en eau tiède. Il suffit de regarder la situation au Salvador après deux présidences du Front Farabundo Marti, celle du Brésil après deux présidences du PT. Les réformes sociales sont vite remises en cause quand on ne s'attaque pas au pouvoir de l'argent, sans réforme des structures de l'état. Et on finit par se dire que les intermèdes de gauche mollasonne au pouvoir semblent constituer des sortes de respiration au capitalisme pour mieux resserrer ensuite son emprise sur l'économie, le pouvoir, les cerveaux.

En effet, au Chili comme ailleurs, quand la gauche au gouvernement s'accommode, temporise, ménage la chèvre et le chou, elle crée une désillusion très difficile à effacer. On espère que le peuple chilien saura s'éviter cette épreuve mais la question lui est posée.

Maïté Pinero

Journaliste

Sur sa page Facebook :

 

Commenter cet article