Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

Le bataillon Azov vu par "Check News" de Libération (8 mars 2022)

Dur, dur, quand tu es "fact-checker" (vérifieur d'informations) à Libé et que ton patron te demande d'enquêter sur le bataillon Azov, pour voir si ce ne serait tout de même pas un peu monté en épingle cette histoire de néonazisme. Et encore plus dur quand, après avoir bien tout vérifié, il ne te reste comme argument que : "euh… certes, ils sont nazis mais…"

Florilège.

"Libération" commence à nous expliquer : "Depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie, des images de défilés de ces combattants, arborant croix gammées et insignes SS ou réalisant des saluts nazis, sont massivement partagées sur les réseaux sociaux."

Et de poursuivre : "Cette focalisation sur Azov est alimentée par la propagande russe".

C'est vrai que ces Russes sont vraiment capables de tout, même de "focaliser". On ne sait vraiment d'ailleurs pas pourquoi ils en font tout un plat de cette histoire de nazisme.

Libé toujours : " Le fondateur d’Azov, Andreï Biletsky (…) énonce parmi les missions de son organisation 'la purification raciale de la nation'. (…) Dans le cadre du conflit russo-ukrainien, il fonde le bataillon Azov, dont le logo renvoie clairement à l’iconographie nazie."

Evidemment les crapules à la solde de Poutine s'arrêteront là avec un ricanement mauvais. Mais Libé nous apprend qu'Andreï Biletsky, depuis, "a beaucoup lissé son discours. Il nie les mots très durs qu’il a tenus dans sa jeunesse lorsqu’il parlait de croisade contre les sémites".

Mots durs en effet. Et qui ont certainement dépassé sa pensée lorsqu'il était en führer.

D'ailleurs le quotidien bien informé recourt ensuite à des historiens ayant le sens de la nuance. Ainsi d'un certain Viatcheslav Likhatchev qui "pointe néanmoins une composition plus hétéroclite qu’il n’y paraît" et rapporte : « Même à l’été 2014 tous les combattants d’Azov n’étaient pas d’ultra-droite. J’ai personnellement connu un anarchiste qui a servi dans Azov ».

Thierry le Luron est resté dans les mémoires avec son "Je ne suis pas raciste, mon chien est noir". Mais "Je ne suis pas nazi, j'ai pris un verre avec Louise Michel au bataillon Azov", il n'y avait pas pensé.

Mais revenons à Libé, toujours très en forme, et qui nous rapporte que dans les principales photographies remontées ces derniers jours sur les réseaux sociaux, plusieurs datent de Mathusalem : pensez, celle où se mélangent treillis, svastika, bannière de l'OTAN et drapeau d'Azov, date de 2014, bref de l'histoire ancienne. Celle où un membre d'Azov pose en groupe autour d'un portrait de Hitler "remonte au moins à 2015". Nous voilà rassurés. Il faut bien que jeunesse se passe.

Nos fact-checkers concluent ensuite sur la "réhabilitation de la figure controversée de Stepan Bandera".

Controversée ? Oui, un peu tout de même. Mais bon… La bio Wikipédia de Stepan Bandera nous rapporte des éléments en effet "controversés", comme celui-ci :

"Du 30 juin au 5 juillet 1941 a lieu un important massacre de Juifs à Lviv. Les Einsatzgruppen organisent les attaques avec l'aide des unités paramilitaires ukrainiennes pro-nazies menées par Stepan Bandera".

Ou encore :

" En 1943, l'UPA [l'armée de Bandera] massacre entre 40 000 à 60 000 Polonais dont beaucoup de femmes et d'enfants en copiant les méthodes de purification ethnique des nazis."

On apprend aussi, au passage, qu'avant d'être "élevé à la dignité posthume de Héros d'Ukraine par un décret signé le 22 janvier 2010 par le président ukrainien Viktor Iouchtchenko", Bandera avait été financé et soutenu par les services secrets occidentaux pour continuer une guérilla en Ukraine contre l'URSS.

Mais tout cela n'est sans doute que le fruit d'une cyberattaque russe visant à nous désinformer.

Retournons donc à une source sûre, d'autant que j'ai gardé le meilleur pour la fin, quand Libé nous dit, à propos du fier bataillon :

"En difficulté sur le terrain militaire, l’Ukraine l'intègre à sa garde nationale (l’équivalent de la gendarmerie nationale en France) dans la foulée, à l’automne de la même année [2014]."

C'est vrai que c'est tout de suite plus apaisant, des néo-nazis recyclés en gendarmes patrouillant sur les routes avec des démangeaisons dans le bras. On se sent tout de suite plus en sécurité et moins tenté par l'excès de vitesse.

Mais, j'aimerais comprendre s'ils sont aussi compris dans le programme de second mandat du président sauveur de l'Europe ces nazis comme "équivalent de la gendarmerie nationale en France" ? Le Wolfsangel, le crochet du loup emblème de la division Das Reich, laquelle a déjà beaucoup servi par chez nous, et qui figure encore en bonne place dans la panoplie du bataillon Azov et du parti Svoboda (qui, soit dit en passant, a donné un vice-ministre et un ministre de la Défense à l'Ukraine post-Maïdan), ça ferait son petit effet pour envoyer disperser les ronds-points de Gilets jaunes, vous ne trouvez pas ?

On avait beau crier "C.R.S. = S.S.", on n'avait encore rien vu.

Aymeric Monville,

Le 10 mars 2022

Source : Facebook:

 

AUTRE LIEN:

Commenter cet article