Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

Krementchouk : accusée de «crime de guerre», la Russie affirme avoir frappé un dépôt d'armes

Accusée par Kiev et le G7 d'avoir bombardé une galerie commerçante à Krementchouk en Ukraine, la Russie affirme avoir frappé un entrepôt d'armes, ce qui aurait causé l'incendie d'un «centre commercial non fonctionnel» à proximité, selon Moscou.

Que s'est-il passé le 27 juin dans la ville ukrainienne de Krementchouk, dont des images d'un centre commercial en feu ont été largement relayées dans les médias et sur les réseaux sociaux ? Alors que Kiev et les pays occidentaux ont condamné d'une seule voix un «crime de guerre» attribué à Moscou – qui aurait fait 18 morts selon les autorités ukrainiennes –, la Russie assure avoir frappé un dépôt d'armes occidentales, ce qui aurait provoqué un incendie dans un centre commercial «non fonctionnel», selon Moscou.

Dans un communiqué le 28 juin, le ministère russe de la Défense rapporte ainsi une «frappe par armes aériennes de haute précision dans la ville de Krementchoug [...] sur des hangars contenant des armes et des munitions fournies par les Etats-Unis et les pays européens», ayant vocation à être envoyées aux troupes ukrainiennes dans le Donbass.

«La détonation de ces munitions pour armes occidentales qui y étaient stockées a provoqué un incendie dans un centre commercial non fonctionnel situé près du territoire de l'usine», poursuit ensuite le ministère russe sans faire état du bilan humain.

Condamnation du G7 et l'ONU 

Par la voix de son président Volodymyr Zelensky, l'Ukraine avait dénoncé dès la veille une attaque ayant ravagé un «centre commercial ordinaire [avec] à l'intérieur des femmes, des enfants, des civils ordinaires».

Le dirigeant avait fustigé «l'un des actes terroristes les plus éhontés de l'histoire européenne», qui aurait fait selon les services de secours ukrainiens au moins 18 morts et des dizaines de blessés.

«Les attaques indiscriminées contre des civils innocents constituent un crime de guerre», avaient déclaré dans la soirée les dirigeants du G7 depuis leur sommet dans le sud de l'Allemagne, dans une déclaration qui «condamne solennellement l'attaque abominable» de Krementchouk et assure que Vladimir Poutine devra «rendre des comptes».

Dans un message publié sur Twitter en français et en russe, Emmanuel Macron avait quant à lui dénoncé une «horreur absolue» et appelé le peuple russe à «voir la vérité» en face.

«[Cela] ne fera que renforcer la détermination [des Occidentaux à soutenir l'Ukraine]», a commenté le Premier ministre britannique Boris Johnson.

A New York, le porte-parole de l'ONU Stéphane Dujarric a rappelé que les belligérants étaient tenus par le droit international de «protéger les civils et les infrastructures civiles», jugeant la frappe «totalement déplorable».

Une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU est par ailleurs prévue ce 28 juin sur le sujet.

Depuis le début de son «opération militaire spéciale» en Ukraine le 24 février, Moscou affirme ne cibler que les infrastructures militaires dans l'objectif de «démilitariser» et «dénazifier» le pays afin de protéger les populations du Donbass. De son côté, Kiev, qui dénonce une guerre d'invasion accuse régulièrement l'armée russe d'être coupable d'exactions envers les civils. Les deux parties s'accusent mutuellement d'être responsables de crimes de guerre.

[Vu sur l’application RT News]

 

Commenter cet article