Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

« Si tu trembles d'indignation à chaque injustice, alors tu es un de mes camarades. »

Ernesto Che Guevara

 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

Alors que nous manquons de médecins auprès des patients, depuis quelques années, nous constatons qu’un certain nombre de membres de cette profession se sont lancés dans les affaires en profitant d’un « marché » financé à guichets ouverts par la Sécurité sociale. Le premier exemple est maintenant connu, il s’agit d’Orpéa, société créée en 1989 par un neuropsychiatre, qui est aujourd’hui la 170e fortune de France.

Plus récemment, la promotion de la start-up Nation par E. Macron a donné des ailes et surtout des aides à des médecins. Ils ont flairé le bon créneau que constitue la télémédecine et développé les sociétés Qare ou Medadom qui font de la publicité pour attirer des médecins en leur proposant une prime à l’embauche et des conditions de travail présentées comme idéales, car pouvant s’exercer à domicile avec un ordinateur et un téléphone.

Il faut aussi évoquer Happytal, service de conciergerie, auquel de nombreux hôpitaux ont délégué le paiement des chambres seules. Cette société a profité des financements d’un incubateur mis en place par une université parisienne, donc de fonds publics, pour ensuite développer son business. Il y a aussi Noé Santé choisie par l’AP-HP pour « faciliter » le retour à domicile des patients, mais qui sert en fait à les faire sortir le plus rapidement possible pour libérer les lits.

Et puis il y a Sauv Life dont un article de Mediapart vient de dénoncer le caractère commercial qui se cache derrière une association proposant un service de visite à domicile avec des infirmiers munis d’une mallette de télémédecine. Derrière une intention louable, il est légitime de s’interroger sur un service proposé par un médecin du SAMU de Paris, actionnaire de diverses sociétés présentes derrière l’association.

Ce qui est encore plus contestable est que nous retrouvons comme soutien à la mise en place de ces services financées par les ARS le directeur général des hôpitaux de Paris, Martin Hirsch, qui a depuis quitté ses fonctions et le ministre de la Santé qui était à la manœuvre comme président de l’organisation professionnelle SAMU-Urgences de France et qui a préconisé la mise en place de ce service dans une de ses mesures de sa mission flash, censées résoudre les problèmes d’encombrement des urgences cet été.

Tout cela nous est présenté comme légal mais pour beaucoup apparaît immoral et en contradiction avec la déontologie qui régit la profession. Il semble urgent que la clarté soit faite sur ces affaires car il s’agit d’une part de fonds de la Sécurité sociale, d’autre part, dans la situation de dégradation de notre système de santé, le mélange entre médecine et business apparaît comme particulièrement scandaleux.

Docteur Christophe Prudhomme

sur sa page Facebook:

 

Commenter cet article