Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

« Si tu trembles d'indignation à chaque injustice, alors tu es un de mes camarades. »

Ernesto Che Guevara

 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

source: Facebook

Marche contre la vie chère : la NUPES se félicite d'avoir réussi son pari contre le gouvernement

 

La manifestation organisée par la gauche à Paris a réuni 30 000 personnes selon les autorités, 140 000 selon La France insoumise dont les cadres se sont réjouis de la manifestation. Quelques débordements ont été à déplorer.

source: Facebook

Des milliers de personnes ont participé le 16 octobre à Paris à une « marche contre la vie chère et l'inaction climatique » organisée par la gauche unie dans la NUPES, qui veut contribuer à l'ébullition sociale de l'automne.

« C’est la grande conjonction, c'est nous qui la commençons avec cette marche qui est un immense succès » s'est félicité le leader de La France insoumise (LFI) Jean-Luc Mélenchon, sur un camion au milieu de la foule, en annonçant «la construction d'un nouveau Front populaire qui exercera le pouvoir dans le pays le moment venu ».

Avec cette marche, l'ancien candidat à la présidentielle a estimé « avoir le point » face à Emmanuel Macron qu'il juge « à bout de souffle », avant un acte II de la mobilisation le 18 octobre à l'appel de la CGT et de plusieurs syndicats. 

Le message est simple : nous voulons un meilleur partage des richesses

Selon LFI, ils étaient 140 000 participants, mais seulement 30 000 selon une source policière et 29 500 selon un comptage réalisé par le cabinet Occurrence pour un collectif de médias, dont l'AFP.

source: Facebook
source: Facebook

La gauche unie dans cette marche ? 

« Le message est simple : nous voulons un meilleur partage des richesses », a lancé le numéro un du PS Olivier Faure lors de ce « meeting en marchant ».

Au milieu des drapeaux, toute la gauche était représentée, des députés LFI Manuel Bompard et Clémentine Autain aux écologistes Sandrine Rousseau et Eric Piolle, en passant par Philippe Poutou (NPA). Le poing levé, Jean-Luc Mélenchon, cravate rouge et cocarde tricolore au revers de la veste, est arrivé au côté de la prix Nobel de Littérature Annie Ernaux.

« Canicule sociale, le peuple a soif de justice », pouvait-on lire sur une pancarte brandie près de la place de la Nation. Une autre avertissait : « La retraite c'est bien, l'offensive c'est mieux ». 

De nombreux Gilets jaunes, mais aussi beaucoup de retraités, étaient également visibles dans un défilé coloré où l'on pouvait remarquer quelques bonnets phrygiens. Défilé aussi ponctué par des chants, et même par la musique de Star Wars. « Les élus doivent se mettre au service du peuple qui a faim », a plaidé Jérôme Rodrigues, militant emblématique des Gilets jaunes. 

Succursale de banque saccagée et tirs de lacrymo 

Le cortège a avancé par à-coups avant d'atteindre la place de la Bastille. Quelques lacrymogènes ont été lancés par des CRS en marge du défilé, en milieu d'après-midi, après des jets de projectiles dans leur direction, a constaté une journaliste de l'AFP. Les forces de l'ordre ont procédé à plusieurs charges. Une agence de la Société Générale a également été saccagée par des hommes vêtus de noir et masqués, près du square Trousseau (XIIe arrondissement).

De source policière rapportée par l'AFP, plusieurs tentatives de dégradations d'enseignes commerciales (Afflelou, McDonald's) ou d'établissements bancaires (BNP) ont été « empêchées par les interventions des policiers de la préfecture de police, les BRAV », brigades de répression de l'action violente. Les services de police nourrissaient, toujours selon la même source, de « vraies craintes » face « à la venue de personnes violentes de l’ultra gauche, des ultra gilets-jaunes qui voudraient perturber la manifestation ».

La marche survient dans un contexte de grève dans les raffineries de TotalEnergies qui entraîne des pénuries de carburant. Après la mobilisation du 29 septembre, une autre journée interprofessionnelle a été lancée pour le 18 octobre par la CGT, avec FO, Solidaires, FSU ainsi que des mouvements de jeunesse. 

Le patron de la puissante confédération, Philippe Martinez, goûte peu l'initiative de la gauche : « Les syndicats doivent être soutenus et on ne doit pas faire les choses en parallèle », a-t-il confié le 14 octobre.

« La puissance de notre marche est un appui à la mobilisation des salariés, notamment celle qui va avoir lieu » le 18 octobre. « Il faut penser tout ça comme un tout, qui s'entre-épaule, qui s’entraide », a répondu pendant la manifestation Jean-Luc Mélenchon.

Si la coalition de la NUPES, ébranlée par les affaires Quatennens et Bayou, continue de connaître quelques dissensions, ses composantes (LFI, le PS, EELV et le PCF) ont toutes défilé dans le cortège, même si le patron du PCF Fabien Roussel et l'ex-candidat écologiste à la présidentielle Yannick Jadot n'étaient pas présents. 

Vu sur l’application RT News

Commenter cet article