Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

******

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

« Si tu trembles d'indignation à chaque injustice, alors tu es un de mes camarades. »

Ernesto Che Guevara

 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

 

Publié par El Diablo

Le rachat par Elon Musk pour 44 milliards de dollars du réseau social Twitter agit sur le système médiatique français comme un étonnant révélateur. Panique à tous les étages du bloc élitaire qui voit l’arrivée du magnat à la tête de ce qui constituait un des supports privilégiés de son intervention dans le débat public.

La liberté d’expression et réseaux

On connaît les péripéties de cette acquisition qui a vu le multimilliardaire changer plusieurs fois d’avis, mais rester constant dans sa volonté de mettre fin, s’il en prenait la direction, à la censure qui régnait sur ce réseau. On connaît les accointances du fondateur Jack Dorsey avec la partie wokiste du pouvoir démocrate dont il était un fidèle soutien.

Toute l’organisation de Twitter était fondée sur cette volonté de maîtriser l’expression dans cette nouvelle agora, en y interdisant l’accès aux idées allant à l’encontre de ses choix. Les deux arguments majeurs des manieurs de ciseaux pour justifier le fait de fouler aux pieds la liberté d’expression, pourtant garantie aux États-Unis comme en France, était d’abord la nécessité de lutter contre la haine et le fait que Twitter était une société commerciale : « Je suis propriétaire, donc je fais ce que je veux ».

Outre son obscénité et alors que ce réseau est devenu un outil d’expression publique majeure, l’argument se heurtait à l’existence de la fameuse « section 230 » de la loi américaine qui pose comme principe légal que les hébergeurs ne sont pas responsables de ce qui est publié par des individus grâce à leurs outils. C’est ce cadre réglementaire qui a permis l’essor des réseaux sociaux dans le monde, pouvant offrir à des centaines de millions de personnes la possibilité de publier des messages en ligne, en évitant que les hébergeurs soient juridiquement responsables des problèmes potentiels liés à ces messages comme le sont les organes de presse. Cette protection pour les plates-formes du Net n’est cependant pas absolue.

POURSUIVRE LA LECTURE :

Commenter cet article