Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par eldiablo

Au terme de cinq ans pendant lesquels les travailleurs, les jeunes et les retraités ont subi une offensive permanente de la part de Chirac, Raffarin et de Villepin, on pourrait penser que même les plus « modérés » des dirigeants syndicaux auraient compris qu’il n’y a rien à espérer d’un « dialogue » avec des rapaces pareils. Si la soi-disant « concertation » avec eux n’a rien donné, elle donnera moins encore avec Sarkozy. Ce dernier a dit très clairement qu’en plus de mener une politique de régression sociale particulièrement agressive, il prendrait des mesures pour limiter sérieusement le droit de grève.
Et pourtant, les déclarations et communiqués des centrales syndicales, entre les deux tours et depuis la victoire de Sarkozy, laissent penser que les dirigeants confédéraux de la CFDT et de FO – mais aussi de la CGT – vivent sur une autre planète que nous autres. Pour parler franchement, l’approche qu’ils ont adoptée face à l’implacable brutalité de Sarkozy, de l’UMP et du MEDEF, est exactement l’inverse de ce qui est nécessaire.
Les dirigeants des trois centrales syndicales semblent surtout s’inquiéter de la méthode du nouveau président et du nouveau gouvernement, et se permettent de leur donner des conseils sur l’approche qu’ils devraient adopter. Jean-Claude Mailly, François Chérèque et Bernard Thibault ont tous la même préoccupation : ils demandent qu’avant d’agir, le gouvernement négocie avec eux, les consulte. Surtout, ils disent redouter un « passage en force » peu compatible avec le « dialogue social ». Pour citer Bernard Thibault : « Les attentes sociales sont fortes, et naturellement les organisations syndicales sont aussi des interlocuteurs avec lesquels il faut prendre le temps du dialogue et de la négociation. J’attends que Nicolas Sarkozy précise les modalités par lesquelles il entend, au moins, mener une concertation et, au mieux, une négociation sur un certain nombre de sujets ». Pour François Chérèque, la méthode choisie pour mieux « impulser les réformes » sera déterminante.
Il y a tout de même quelque chose de surréaliste dans cette attitude. Premièrement, qui peut sérieusement croire que Nicolas Sarkozy a la moindre intention de répondre aux « attentes sociales » ? Dans un communiqué publié entre les deux tours, le 24 avril, le bureau confédéral de la CGT déclarait qu’il s’attendait à ce que les deux candidats encore en lice répondent aux exigences d’une « large majorité de citoyens » dans les domaines de l’emploi, du pouvoir d’achat, des conditions de travail, des retraites, de la santé, etc.
Qu’est-ce que c’est que cette fausse naïveté avec laquelle la CGT prétend – et c’est pareil, voire pire, chez les autres confédérations – qu’elle devra « juger sur pièce » l’action du gouvernement ? Ne sait-on pas déjà ce que Sarkozy veut faire ? Au lieu de feindre ne pas savoir ce qu’il nous prépare, au lieu de donner des conseils à l’ennemi sur la façon dont il devrait s’y prendre, la responsabilité d’une direction syndicale digne de ce nom est de faire clairement comprendre à tous les travailleurs ce qui les attend, de les mobiliser, de préparer la défense en mettant le mouvement syndical tout entier sur le pied de guerre, pour mieux résister aux attaques certaines et inévitables que les travailleurs subiront dans les mois à venir.
Dans le contexte actuel, toutes ces histoires de « concertation » ne sont qu’une mauvaise farce. Bien sûr, nous ne sommes pas opposés, par principe et en toute circonstance, à la négociation. Si on peut obtenir des résultats positifs par le simple dialogue, pourquoi pas ? Mais face à Sarkozy, seul un fou pourrait croire qu’une négociation pourrait aboutir à quelque chose de mieux que ce qui existe actuellement. L’objectif de Sarkozy et du MEDEF, c’est de détruire les acquis sociaux, et non de nous en accorder de nouveaux. Alors que veut-on négocier, au juste – si ce n’est, à la limite, les modalités de la régression sociale ? Au lieu d’endormir les salariés, en « attendant de voir » ce qui se passe, il faut de toute urgence engager la préparation psychologique et organisationnelle des travailleurs. Il faut s’efforcer de les soulever contre Sarkozy et sa bande de réactionnaires. Ceux qui n’ont pas compris cela devraient se trouver une autre occupation que celle de haut responsable syndical. Les enjeux des batailles qui nous attendent sont trop importants pour qu’on en confie la direction à des gens qui ne rêvent que de « dialoguer » avec l’ennemi.
"La Riposte"
le  13 mai 2007

Commenter cet article

Yvon 31/08/2007 23:03

Pourquoi des gens illégitimes discutent d'emplois qu'ils ne connaissent pas avec le spolitiques à la place des véritables travailleurs?

Eugène 18/05/2007 07:49

Voir l'information diffusée en interne dans la CGT faisant le compte rendu de la rencontre sur le blog "Où va la CGT", (http://ouvalacgt.over-blog.com/article-10451795.html) et lien avec la loi de modernisation du dialogue social...

E.M. 13/05/2007 23:10

Bien vu El Diablo !
Les syndicats ne veulent pas mélanger syndicalisme et politique... Je me demande bien pourquoi ! C'est quoi la différence dans le fond ?