Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par diablo

Texte de l'appel:

Depuis plusieurs années, la Mairie de Paris mène une politique active et audacieuse sur la dénomination des lieux publics de la Capitale. Par définition, cette politique suscite débat. La dénomination de ces lieux publics (rues, places, voies... etc) est diverse, voire hétérogène. Rappelons ainsi certains noms:
-Le général pacifiste et parachutiste Jacques Pâris de la Bollardière
-L'écrivain Romain Gary
-L'émir Abd-el-Kader
-L'espalanade du « 9 novembre 1989 »
-Theodor Herzl, fondateur du sionisme
-Célestin Hennion, préfet de police de Paris sous Clémenceau
-Jean Paul II
et bien d'autres.
Pour le moins, certaines de ces dénominations ont suscité controverses. Mais, la Mairie de Paris a décidé de dénommer ainsi ces lieux publics. Elle a donc choisi et tranché, sans rechigner à la polémique.
Nous ne contestons pas les prérogatives d'un Maire, d'une Mairie, d'une Commune, à partir du moment où les choix s'inscrivent dans les valeurs fondamentales de la République : « Liberté, égalité, fraternité » et dans le préambule de la Constitution de 1946, repris en 1958 « La France est une république démocratique, laïque et sociale ».
C'est dans le cadre de ces prérogatives et de ces valeurs que les soussignés demandent à la Mairie de Paris de nommer un lieu public « Robespierre ».
Nous ne demandons pas à la Mairie de Paris de partager l'appréciation qui est à la notre concernant Maximilien Robespierre.
Pour nous, initiateurs de cette demande, Robespierre eut, entre autres mérites, d'être  :
Celui qui agit pour que la devise « Liberté, Egalité » soit complétée par « Fraternité », devise qui devint celle de la République, jusqu'à nos jours.
Celui qui combattit pour l'abolition de l'esclavage et l'obtint,
Celui qui, le premier comme responsable politique, se prononça pour l'abolition de la peine de mort,
Celui qui instaura le « maximum » des prix, ce qui dans les temps que nous connaissons, n'est ni une utopie ni un fantasme.
Celui qui agit pour la Constitution de 1793, première Constitution républicaine de notre pays
Celui qui entra au Comité de salut public en juillet 1793 pour en sortir à sa mort, la Révolution sauvée.
Celui qui resta dans le cœur et dans la mémoire des hommes comme « l'Incorruptible », et à ce titre salué par tant de républicains, au nombre desquels nous ne mentionnerons que Jean Jaurès.
Celui qui fut un des fondateurs de la République.
Celui qui définit la République comme « une et indivisible ».
Celui qui se prononça contre la guerre et contre le militarisme.
Répétons-le, ces mérites que nous reconnaissons à Maximilien Robespierre, comme les mérites que nous reconnaissons à d'autres personnages historiques de la Révolution française, également fondateurs de la République et porteurs de ses valeurs, nous ne demandons à personne d'autre qu'à nous mêmes l'honneur de les porter.
Nous demandons, en toute justice, que le nom de Robespierre soit officiellement inscrit dans le patrimoine topographique de la capitale.

Pour vous associez à cet appel, il suffit de m'adresser un message contenant vos : nom - prénom-qualité -adresse électronique en cliquant sur "Contact" au bas de ce blog.
Premiers signataires
Antonini Bruno, professeur de philosophie
Aurigny Michel, Président de l'Association des Amis de Gracchus Babeuf
Bellon André, ancien député
Bianchi Serge, Professeur émérite des Universités
Blondel Marc, Président de la Fédération Nationale de la Libre Pensée
Brunel Françoise, maître de conférences d'histoire, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Cazals Rémy, Professeur émérite d'Histoire, Univ, Toulouse le Mirail
Chavinier Pierre, Maire-adjoint de Boissy Saint-Léger (94)
Delpont Hubert, Docteur en histoire
Dubois Claude, syndicaliste (75)
Eliard Michel, professeur émérite, sociologie Univ, Toulouse-le Mirail
Eyschen Christain, secrétaire général de Fédération Nationale de la Libre Pensée
Foucault Didier, Maître de conférences d'histoire, Univ, Toulouse Le Mirail
Gainot Bernard, Maître de Conférences Paris I
Gavois Marc Olivier, historien
Goussot Dominique, libre-penseur
Grandazzi François, libre-penseur, syndicaliste
Iafelice Michel, historien
Lacroix-Riz Annie, Professeur Université Paris VII
Lafouge Jacques, franc-maçon et libre penseur
Landron Michel, syndicaliste enseignant
Le Fur Catherine, Libre-Pensée (75)
Marie Jean-Jacques, historien
Marie-Schwartzenberg Nadine, attachée de recherches au CNRS
Marsot Bruno, libre-penseur, fédération de la Côte d'Or
Mazauric Claude, Professeur émérite des Universités
Pena-Ruiz Henri, universitaire
Perron-Bossut Nicole, historienne, libre-penseuse
Picquier Marcel, président de l'Association lyonnaise des amis d 'Etienne Dolet
Roy Pierre, historien, responsable d'association pacifiste
Salamero Evelyne, Libre-Pensée (75)
Schiappa Jean-Marc, Président de l'IRELP (Institut de Recherches et d'Etudes de la Libre Pensée)
Scot Jean-Paul, Universitaire
Singer Claude, syndicaliste, directeur de L'Idée Libre
Violet Paul, Ancien Maire-Adjoint de Paris (1983-1995)
Yon André, Maire-adjoint de Boissy Saint-Léger (94)

Commenter cet article

Astrée 23/10/2008 14:13

moi aussi je voudrais signer, comment on fait??Astrée Questiaux, étudiante en histoire médiévale, paris 7

Jean LEVY 23/10/2008 10:57

Je ne trouve pas le mot 'contact' pour cliquer...et signer.Je tente de reproduire l'appel sur mon blog.JL