Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO


Chaque jour des suppressions d'emploi et des fermetures d'entreprises sont annoncées par centaines...

Les journées de grève et de manifestations dès 29 janvier et 19 mars, même si elles ont été un incontestable succès, ne suffiront pas à obliger le gouvernement et le patronat à reculer.

L'ampleur des attaques contre nos acquis atteint un niveau inégalée : tous les secteurs sont touchés.

Dans cette situation, nous devons mettre en place une véritable riposte à la hauteur des attaques.

Nous réclamons immédiatement l'arrêt des licenciements et suppressions de postes.

Comme en Guadeloupe, nous exigeons une augmentation de 200 euros pour tous, salariés, retraités, chômeurs et minima sociaux.

Pour gagner, un mouvement d'ampleur doit se mettre en place. Nous ne voulons pas attendre le 1er mai.

Il faut que la CGT organise une manifestation nationale dans les meilleurs délais et si possible dans l'unité.

Il faut que la CGT annonce son intention de bloquer le pays par une grève générale reconductible si possible dans l'unité jusqu'à satisfaction de nos revendications. Il faut que cette idée soit débattue, réfléchie afin de pouvoir être mise en œuvre.

Nous savons qu'il n'est pas facile d'entamer une grève illimitée mais c'est la seule réponse à la hauteur des attaques que nous subissons.


L' Assemblée Générale des Militants CGT réunie ce jour.

Au Havre, le 19 mars 2009

Lettre à Bernard THIBAULT, Secrétaire Général de la CGT


Cher Camarade,

Les luttes menées depuis 2 mois dans l'Enseignement supérieur, et leur élargissement à la Recherche et à l'Education, voient maintenant la création de coordinations et de collectifs nationaux divers, axés sur des revendications catégorielles, avec des appels différents, risquant defaire éclater le mouvement en cours, faute de perspectives plus rassembleuses.

La construction du rapport de force interprofessionnel permet, à l'inverse, de maintenir la mobilisation et renforce en même temps l'idée que « l'on peut gagner tous ensemble ».

Dans ce cas, suite au 19 mars, les confédérations ne peuvent renvoyer au 1er mai la prochaineétape interprofessionnelle de luttes.

Le Bureau de la FERC demande à la CGT, même si le contexte unitaire ne peut être maintenu, de décider d'une nouvelle date d'action dans les jours qui viennent.

Reçois, cher Camarade, mes fraternelles salutations.

Richard BERAUD

Secrétaire Général

de la fédération de l'éducation de la recherche et de la culture CGT 

Montreuil, le 18 mars 2009

APPEL À CONSTRUIRE LA GRÈVE GÉNÉRALE

Après l'énorme mobilisation des 29 janvier et 19 mars et au regard de toutes les luttes qui se mènent depuis des mois partout en France et dans tous les secteurs (industrie, commerce, distribution, universités, écoles, collèges, lycées, chercheurs, hôpitaux, culture, grèves administratives dans l'enseignement, la psychiatrie...)

Alors que la grève générale s'est propagée dans les territoires d'Outre-mer avec une responsabilité et une conscience exemplaires et avec succès.

Au lendemain de l'intervention du premier ministre qui a clairement affiché son mépris

Il est urgent de répondre à la question : « Et maintenant que fait-on ? »

Le temps est venu, nous semble-t-il, de coordonner nos combats et d'étendre le domaine de la résistance. Pour cela nous devons nous organiser, tous ensemble, salarié-e-s du public, du privé, privé-e-s d'emploi, précaires et sans papiers !

Nous, salarié-e-s de l'audiovisuel public subissons de plein fouet les attaques contre le service public et les conventions collectives. Ce sont 206 postes menacés de suppression à RFI, 1000 départs non remplacés à France Télévision, et pour tous, la remise en cause de la convention collective et ses avenants.

C'est bien la coordination et la convergence de nos actions dans tous les secteurs qui nous permettront d'imposer nos revendications.

Suite au 19 mars, les confédérations ne peuvent renvoyer au seul 1er mai. Il faut une véritable riposte à la hauteur des attaques, maintenant, tout de suite.

Nous voulons l'arrêt immédiat des licenciements et des suppressions de postes.

Nous voulons l'abandon de toutes les réformes qui ont remis en cause des droits fondamentaux dans les domaines de la santé, de la justice, de l'éducation et de la protection sociale.

Comme en Guadeloupe, nous exigeons une augmentation de 200 € pour toutes et tous, salari-é-s, retraité-e-s, chômeuses et chômeurs et minima sociaux.

« La grève générale ne se décrète pas » entendons-nous souvent. C'est juste, mais ça ne tombe pas du ciel non plus ! La grève générale se prépare et s'organise.

Fort-e-s de la légitimité créée par les mobilisations du 29 et 19, de la grève générale en Guadeloupe et en Martinique, des mouvements partout en France la CGT doit organiser la seule riposte possible : la grève générale car, comme en 1995, c'est tous ensemble que nous devons nous battre ! 

Il faut que la CGT annonce son intention d'organiser rapidement une grève générale dans l'unité jusqu'à satisfaction de nos revendications. Il faut que cette idée soit débattue, réfléchie afin de pouvoir être mise en œuvre rapidement.

Pour construire cette riposte, pour ne plus rester isolé-e-s dans nos entreprises il est indispensable que chacun de nos syndicats et des sections de la CGT se retrouvent afin de coordonner les luttes et d'opposer à cette attaque globale et sans précédent une riposte globale et sans précédent.

C'est la seule perspective qui puisse rassembler et fédérer le plus grand nombre. C'est ce que nous voulons !

La Bureau de la CGT Radio France lance un appel à toutes celles et ceux qui ne veulent pas rester isolés.

Paris, le 23 mars 2009

Le Bureau du SNRT-CGT Radio France





Commenter cet article