Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

Comme d’habitude le MEDEF applaudit les dispositions prises par le gouvernement sur le crédit d’impôt compétitivité qui sera de 4 % de la masse salariale dès 2013. Sarkozy l’a rêvé, Hollande le fait.

 

Non seulement le gouvernement accélère sur le calendrier d’adoption du texte mais il prévoit également une montée en charge plus rapide du dispositif. Le crédit d’impôts qui devait représenter une réduction de la masse salariale de 3 % en 2013, 4,5 % en 2014 et 6 % en 2015, a été fixé à 4 % dès 2013 et 6 % en 2014. Le coût reste inchangé : 10 milliards en 2014, 5 milliards de plus en 2015 et encore 5 milliards supplémentaires en 2016, avec un remboursement différé dans le temps. Les grandes entreprises imputeront ce crédit sur l’impôt des sociétés à payer. Si le crédit dépasse l'impôt des sociétés elles l’imputeront l’année suivante. Pour les entreprises ne payant pas l’impôt des sociétés, il faudra attendre 3 ans et c’est au terme de ce délai que le fisc leur enverra un chèque.

 

LA BOUCLE EST BOUCLEE.

Ce sont les salariés qui vont encore payer la note. Alors que le chômage ne cesse d’augmenter, que le pouvoir d’achat diminue continuellement avec la politique des bas salaires et des pensions faite aux salariés et aux retraités (chacun constate journellement les hausses de loyers, d’énergie, de l’essence, des produits de première nécessité) ; L’augmentation de la TVA, l’impôt le plus injuste qui soit va encore amoindrir le revenu des plus pauvres.

 

Communistes est le seul parti politique en France qui affirme que les responsables de la crise sont les grands groupes capitalistes et personne d’autre. Ce n’est pas à la population de payer leur crise et le gouvernement doit choisir son camp.

 

Les chiffres du chômage sont désastreux (+ 1,5 % en octobre avec prés de 50 000 licenciements) et ce ne sont pas les prévisions en la matière comme à PSA, Sanofi où on brade la recherche, chez Arcelor Mittal, à l’Assistance Publique ou il est prévu 4000 suppressions d’emplois sur Paris et 15 000 nationalement qui inverseront le processus. C’est un bradage systématique du tissu économique de notre pays qui est en cours avec une désindustrialisation programmée au seul profit des actionnaires.

 

Face à cela les confédérations syndicales réformistes veulent « négocier des contreparties » !

 

En Italie,  après 70 jours de discussion les organisations syndicales et patronales ont signé un accord pour « la croissance de la productivité et de la compétitivité » avec comme résultats des accords d’entreprises ou territoriaux qui pourront se substituer aux conventions collectives. On voit de là les conséquences qui en résulteront

 

Chérèque,  l’ancien secrétaire de la CFDT s’est dit d’accord sur le fond sur les grandes lignes du crédit d’impôt. Ce n’est pas lui qui lèvera le petit doigt pour changer de système économique. Son reclassement est compris dans le prix de la trahison des salariés : dès l’arrêt de son activité de secrétaire de la CFDT on lui octroie un poste « d’inspecteur des affaires sociales »  excusez du peu. Il est également pressenti pour une future prise de responsabilité au sein de Terra Nova, un organisme satellite mis en place par le PS. On a les amis que l’on mérite.

 

Si le secrétaire de la CGT déclare que le « patronat va avoir le beurre et l’argent du beurre » avec ce crédit d’impôt (alors que l’on déclare à nos concitoyens que l’on ne sait pas comment boucler le budget de l’état), auquel s’ajoutent les 170 milliards d’aides dont bénéficient déjà les entreprises.

 

Laurence Parisot a dû boire le champagne après l’annonce de tous ces cadeaux.

 

Rien n’est à négocier, seule la lutte fera reculer le MEDEF et le gouvernement à sa botte.

 

La lutte ne viendra que de la base, des travailleurs dans leur entreprise sur des bases de classe et qui ne sont pas déterminés à plier devant les diktats patronaux et gouvernementaux.

 

Seule la lutte des forces vives de la population toutes catégories confondues  pourra faire céder le MEDEF et le gouvernement à sa solde.

Face à la situation dramatique faite à des millions de français il est indispensable de se battre tous ensemble contre « le coût du capital » qui engendre la crise actuelle. Le seul moyen de sortir de cette situation ne peut se faire que par la socialisation des moyens de production et d’échange au service du plus grand nombre.

 

Source : site "Communistes"

Commenter cet article