Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Diablo

UPR

Communiqué de Presse

de

l'Union Populaire Républicaine

La « fête de l’Europe », qui se déroule le 9 mai, prend cette année un goût particulièrement amer pour les Français.

 

Ces derniers, frappés de plein fouet par les mesures de récession dictées par la Commission européenne et la Banque centrale européenne, sont priés de bien vouloir célébrer la cause principale de leurs malheurs.

 

Alors que tous les indicateurs économiques et sociaux sont au rouge dans tous les pays de la zone euro, l’honnêteté et la décence commanderaient d’annuler cette « fête de l’Europe », qui n’est rien d’autre qu’une opération de propagande pathétique, organisée aux frais des contribuables et décidée par une oligarchie aux abois.

La « fête de l’Europe » est d'autant plus scandaleuse qu'elle fait référence à la prétendue « déclaration Schuman » du 9 mai 1950.

 

Or, il est historiquement avéré que l’initiative de cette déclaration revient au secrétaire d’État américain Dean Acheson, qui avait demandé en septembre 1949 à Robert Schuman, lors d’une réunion à Washington, de définir un projet entre la France et l’Allemagne. Robert Schuman, n’a d’ailleurs jamais rédigé cette déclaration, qui lui fut transmise par Jean Monnet, très proche des intérêts états-uniens.

 

Rappelons aussi que Robert Schuman est un homme dont toute la carrière fut marquée par sa servilité empressée à l’égard des puissances étrangères voulant vassaliser la France. La propagande européiste cache soigneusement aux Français que ce prétendu « père de l’Europe » fut un grand admirateur des régimes de Franco en Espagne et de Salazar au Portugal, et un ardent partisan des Accords de Munich de 1938 ; qu'il milita pour que la France capitule dès le 12 juin 1940 ; qu'il fut ministre du premier gouvernement Pétain le 16 juin 1940, vota les pleins pouvoirs à Pétain le 10 juillet 1940, et prit l’initiative d’aller à la rencontre du Gauleiter nazi Josef Bürckel à Metz au moment de la débâcle, étant ainsi le premier membre d'un gouvernement français à aller bavarder avec les autorités d’Occupation. Ayant préféré passer la fin de la guerre dans des abbayes plutôt que de rejoindre la Résistance, il fut qualifié de « pur produit de Vichy » par André Diethelm, ministre de la guerre de Charles de Gaulle, qui exigea qu’il soit « vidé sur le champ » à la Libération.

 

La « fête de l’Europe » célèbre ainsi un homme qui fut menacé d’« indignité nationale » en 1945, à la demande des résistants gaullistes et communistes, puis qui s’empressa de servir les États-Unis dans les années 50. Les documents Secret défense de l’administration américaine rendus publics à l’été 2000 ont confirmé que Robert Schuman était traité comme un employé par les services secrets américains.

 

Afin de dénoncer cette propagande européiste qui repose sur une falsification odieuse de l’histoire, les militants de l’UPR distribueront des tracts dans plusieurs grandes villes de France (Paris, Lyon, Marseille, Bordeaux notamment) le 9 mai 2013. 

 

Source : UPR

UPR 60 avenue de la République 75011 PARIS

Commenter cet article