Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

Depuis trois décennies, la politique unique du capital, planifiée dans toute l'Union européenne (traité de Maastricht, Pacte de stabilité, stratégie de Lisbonne, accords de Barcelone, traité de Lisbonne,...) et appliquée nationalement par la droite et les sociaux-démocrates en fonction du degré de résistance des peuples, est imposée aux travailleurs européens : casse des services publics, des statuts et des conventions collectives, compression salariale, délocalisations et casse de l'emploi, destruction progressive des systèmes solidaires de sécurité sociale et de retraites, atteintes aux libertés et au droit de grève... et subventions massives au grand capital.

Comme l'expliquait déjà en 1962 Benoit Frachon, secrétaire général de la CGT, l'Union européenne « n’est pas ce qu’en disent en général ses promoteurs, un moyen d’améliorer le niveau de vie général des populations. C’est une entente, une association des grands capitalistes en vue d’essayer de surmonter leurs contradictions et de renforcer leur puissance sur le dos des masses exploitées. »

Aujourd'hui, prétextant leur crise et leurs dettes, le grand capital, l'UE et les gouvernements nationaux accélèrent la machine infernale à broyer les peuples et leurs droits : en Grèce, au Portugal, en Espagne, en Roumanie, en Irlande... c'est partout la baisse des salaires, l’augmentation des impôts et des prélèvements et la casse de retraites.

En France, Sarkozy annonce le gel des dépenses publiques et donc de nouvelles coupes sombres dans les dépenses sociales et un projet sur les retraites sans aucune surprise : allongement de la durée de cotisation et baisse des pensions ! Le tout au nom d'une dette creusée à coups d’exonérations et de subventions publiques pour le profit privé des banques et des grands groupes capitalistes.

Mais en réalité, des moyens pour financer et améliorer les retraites il y en a aujourd'hui, il y en aura demain : en revenant simplement au partage Capital/Travail de la fin des années 1970 dans notre pays, on libérerait plus de 180 milliards d'euros par an pour les besoins populaires en pensions, en soins, en éducation, en logements...

Il n'y a aucune justification rationnelle aux sacrifices imposés aux masses populaires, il n'y a que l'intérêt des monopoles capitalistes qui cherchent sans cesse à augmenter leurs profits et qui s'attaquent pour cela à toutes les conquêtes sociales et démocratiques du mouvement ouvrier.

Face à cette guerre de classe menée à tous les peuples européens, face à ce gigantesque racket et à la misère qui s'accroît, il n'y a que deux attitudes possibles : collaborer ou résister.

La collaboration, c'est le fond de commerce de la Confédération Européenne des Syndicats, financée par Bruxelles, qui prêche aux peuples la résignation et la perspective de convaincre le Capital d’adoucir sa politique par des discussions institutionnelles entre « partenaires sociaux ». En Irlande, les dirigeants syndicaux de la CES demandent aux travailleurs d'accepter les sacrifices et, au nom de la crise, de s'abstenir de faire grève pendant les 4 ans qui viennent ! En France, B. Thibault espère « peser sur le projet de loi » gouvernemental (à coup de journées d'actions tous les 4 mois ?) et F. Chérèque entend parvenir à un accord avec le gouvernement. Quant au communiqué intersyndical pour le 27 mai, il laisse entendre l'acceptation de nouveaux sacrifices pour les travailleurs en contrepartie de mesurettes donnant l'illusion d'une justice sociale et fiscale.

Cette voie de la collaboration de classe, c'est celle qui mène les travailleurs de défaite en défaite depuis 25 ans.

C'est pourquoi le Front Syndical de Classe travaille à combattre cette orientation perdante pour prendre la défense des travailleurs et des masses populaires appelés à faire les sacrifices de l’offensive des monopoles. A l'image de ce qu'organise le PAME en Grèce, c'est avec le syndicalisme de classe et de masse gagnant en 1936, 1945 ou 1968 qu'il faut renouer, en bâtissant une stratégie de lutte d’une ampleur historique à partir des revendications de la base pour amener au final la classe ouvrière, alliée aux autres travailleurs, à la seule solution possible du problème : l’élimination des monopoles.

Travailleurs, enseignants, étudiants, paysans,... c'est tous ensemble en même temps que le grand capital nous attaque. C'est tous ensemble en même temps que nous devons riposter ou la misère va s'étendre.

En tissant des liens à la base entre secteurs et entre peuples, développons nos actions à partir de mots d'ordre offensifs :

Non à la négociation du recul social !

Non à la casse des retraites !

(Annulation des contre-réformes de 1993, 2003 et 2007, maintien du droit à la retraite à 60 ans et retour aux 37,5 annuités pour tous, privé et public ainsi qu’au calcul sur les 10 meilleures années dans le privé et le maintien du calcul sur les 6 derniers mois dans le public, indexation des pensions sur les salaires)

Aucun sacrifice des travailleurs pour le grand capital !

Le Front Syndical de Classe – mai 2010

Commenter cet article

agir-pour-lavenir 21/05/2010 13:03



[URGENT]


 


Lancée lundi dernier, la “Campagne contre l’Europe Totalitaire – Pour la Liberté et la Démocratie en Europe” connait un succès inattendu et particulièrement encourageant.


Mais cette Campagne ne sera qu’un coup dans l’eau si nous n’arrivons à la diffuser de façon encore plus massive, si nous ne nourrissons pas l’élan de son expansion.


C’est pourquoi je vous demande, vous blogueurs qui diffusez l’information libre, vous qui représentez des opinions alternatives, vous qui par votre réactivité assurez une lutte permanente contre
la désinformation, je vous demande d’apporter votre soutien à la Campagne contre une Union Européenne dont vous avez été parmi les premiers à cerner le caractère fondamentalement antidémocratique
et à percevoir sa dérive totalitaire.


Comme moi, vous savez que votre pouvoir de diffusion est considérable, et que ce pouvoir peut contaminer l’ensemble de la société civile, si nous nous en donnons les moyens.


Alors, n’hésitez pas à écrire des articles autour cette campagne, n’hésitez pas à relayer son Manifeste, et surtout n’hésitez à nous contacter pour apparaitre sur le site, dans la liste de ceux
qui soutiennent cette grande Campagne !


 


Vincent Vauclin


 


Voici les codes html à insérer, pour revendiquer votre soutien à la Campagne :


 


Bannière :


 








 


Logo :


 








 


 


___________


 


http://europe-totalitaire.com