Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel LeDiablo

matteo-Renzi-PD-italie.jpg

Après avoir débarqué son propre premier ministre Enrico Letta, le Parti Démocrate a nommé à sa place Matteo Renzi.

 

Celui-ci qui se déclare « pour un changement radical et profond », arrive au gouvernement avec un programme d’urgence. Renzi et le Parti démocrate proposent une coalition très large, élargie au parti de Berlusconi ( Forza Italie) et à Grillo ( du Mouvement 5 étoiles).

 

Il veut continuer, aller plus vite et plus loin, en s’attaquant d’abord au droit du travail et aux prestations sociales.

 

La proposition phare de Renzi : un nouveau code du travail, qu’il appelle : un "projet pour l’emploi" va rendre « le marché du travail plus  flexible » grâce à un contrat unique d’insertion. Selon ce projet, le salaire et l’embauche des salariés ne seront garantis qu’au bout d’une période d’essai de trois ans. Il projette de baisser les salaires et les rémunérations des travailleurs italiens de façon drastique.

 

Le régime de chômage sera supprimé. Les travailleurs pourront être congédiés facilement et obligés d’accepter des emplois à bas salaires du fait d’une indemnisation chômage très faible.

 

Il organise des coupes budgétaires dans l’administration provinciale pour dégager des économies s’élevant à ,5 milliards d’euros dans les dépenses publiques de l'Etat.

 

Au passage, Renzi  réduit de 10 % supplémentaires l’impôt sur les sociétés.

 

Avec de telles propositions il est déjà assuré de pouvoir compter sur le soutien du patronat italien. Il a eu un très long entretien avec le président de la fédération patronale italienne, Giorgio Squinzi, qui n’en dit que des louanges…

 

Ce changement de gouvernement montre une fois de plus que le  Parti Démocrate (PD), cette formation créée il y a six ans par l’union de l’ancien parti communiste et des démocrates-chrétiens de centre-gaucheest aujourd'hui un parti entièrement au service du capitalisme italien et européen.

 

Les programmes d’austérité mis en vigueur par les gouvernements successifs de Berlusconi, Monti ou Letta, ont augmenté la dette publique de plus de 500 milliards d’euros et dépassant l'an dernier 2.000 milliards d’euros. Le produit intérieur brut diminue de façon continue…

 

On a vu le départ d’Italie de la maison mère de Fiat. Depuis 2008 le groupe Electrolux a supprimé 2 000 emplois soit 20% des effectifs, aujourd’hui 2000 de plus sont en passe d’être supprimés. Ce groupe met en pratique ce que le gouvernement a appelé les accords de flexibilité. Electrolux prévoit de diminuer de 40% les salaires de base, les ramenant à 800 euros.

 

Tous ces partis, anciens ou nouveaux ont toujours gouverné contre les travailleurs. Quelle que soit la coalition politicienne qui gouvernera l’Italie, elle le fera dans l’intérêt du système capitaliste.

 

Ils attaquent sur tous les fronts : le pouvoir d'achat, l'emploi, la protection sociale, le code du travail…

 

Les salariés italiens n’ont rien de bon à attendre sinon de se rassembler et lutter. Ils n’ont rien à attendre de certaines organisations syndicales comme, la CGIL (Confédération générale italienne du travail), ou le syndicat des métallurgistes FIOM (Fédération internationale des organisations métallurgistes) ainsi que la SEL (Sinistra Ecologia Liberta), qui couvrent Renzi d’éloges.

 

Seule une lutte puissante dans les entreprises et partout dans le pays permettra de contrer les mauvais coups du patronat et du gouvernement.

 

 

source: site "Communistes"

 

Commenter cet article