Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Diablo

terrain-des-luttes

Une irréversible montée des luttes

 

Mardi 29 janvier 2013 plus de 1.000 salariés en lutte contre les licenciements se sont retrouvés devant ministère du travail à Paris.

Celles et ceux qui étaient présents tels les Sanofi, Goodyear, Valeo, 3 Suisses, Ford, Samsonite, PSA, Faurécia, Sodimédical, Virgin, Sony, Bigard, Crédit Agricole, Fralib, Coca-cola, Merck Serrano, Pilpa, Air France, Harribo, Candia, ont prouvé qu’ils se battent pour garder leur emploi.


Des salariés venus de toute la France, tous avec le même langage : Non aux licenciements, aux fermetures d’entreprises, non à la désindustrialisation de notre pays. Ce n’est pas à nous de payer la crise engendrée par la politique capitaliste des grands groupes avec l’aval des gouvernements, qu’ils soient de droite ou socialiste.


Les luttes se développent partout. Ce même 29 janvier 2.000 salariés de la Banque de France manifestaient contre les 2500 licenciements annoncés par la direction ; plusieurs usines Renault étaient en grève.


Cette irréversible montée des luttes prouve que même sans les diverses confédérations syndicales de plus en plus réformistes, seuls des syndicats d’entreprises avec les salariés conscients peuvent relever la tête.

Seule une poussée unitaire venant des luttes d’entreprises avec les salariés, sous les différents drapeaux vus mardi (CGT en majorité mais aussi CFDT, SUD) fera échouer la politique récessive du Medef et du gouvernement.


Les salariés et leur famille ne doivent pas faire les frais de la concurrence que se livrent les entreprises pour s’accaparer la richesse que créent les travailleurs. Si loi il y a, celle-ci se doit de protéger tous les salariés victimes de licenciements, sans prendre en compte le nombre de postes supprimés ou la taille de l’entreprise.


Au moment où publions cet article, nous sommes informés que la direction de Goodyear vient d’annoncer au Comité Central d’Entreprise la fermeture du site d’Amiens Nord. La lutte des salariés s’organise. Une manifestation est programmée pour le 12 février devant le siège de l’entreprise.


Les différentes discussions de la délégation de notre parti avec plusieurs salariés en lutte montrent s’il en était encore besoin que ceux-ci ne sont pas près de baisser les bras. Un travailleur de Goodyear avec 30 ans d’ancienneté disait « j’aurais pu partir avec plus de 140 000 euros de prime si la CGT avait signé le Plan de Départ Volontaire, mais sans aucune garantie pour les emplois restants, je comprends la position de la CGT et comme je le fais depuis le début de la lutte en 2007, je suis là aujourd’hui et s’il  le faut je le serais aussi demain. On a commencé la bagarre à 1200, il n’y a eu depuis le début aucun licenciement et on la finira tous ensemble ».


Ce mardi n’a été qu’une étape, des luttes ont lieu dans la fonction publique et chez les cheminots ce jeudi 31 janvier, le 12 février pour les enseignants.


Et comme les salariées de SANOFI chantaient si bien mardi « on ne lâche rien, tout est à nous, rien n’est à eux ».

 

------

 

Renault, Peugeot et les autres.

 

29 janvier 2013, nouvelle journée de ‘’négociations’’ chez Renault où la direction réaffirme ses objectifs : 8200 suppressions d’emploi, mobilité d’un site à l’autre, augmentation du temps de travail, blocage des salaires et menace de fermeture d’usines si les syndicats n’acceptent pas son diktat.


Mais aussi journée de lutte. A l’appel de la CGT et de FO, débrayages au Mans, Flins, Douai. C’est le meilleur moyen de rappeler à la direction que les salariés ne sont pas prêts à se laisser écraser d’avantage pour accroître les profits au seul bénéfice des actionnaires.

 

Le 28 janvier 2013, les ouvriers de Peugeot Aulnay, après dix jours de fermeture de l’usine ou la grève rendait impossible la production décident de la poursuivre malgré la provocation de la direction d’amener des gros bras et des cadres d’autres usines pour tenter de casser la mouvement. C’est un échec pour cette dernière, la grève continue. Elle le reconnaît en annonçant que seule 23 voitures sont sorties des chaînes.

Pour essayer d’intimider les grévistes elle recourt à la vieille méthode du patronat en prenant cinq otages parmi ceux qui luttent. Scandaleux, les casseurs sont les patrons.

 

A propos du salaire de Carlos Ghosn

Le Ministre Moscovici appelle à un effort de décence, mais aussi des syndicats de Renault s’élèvent contre le salaire exorbitant de Carlos Ghosn. Plus de 12 millions, sans compter les avantages en nature liés à la fonction.


Un bel exemple de l’exploitation capitaliste des salariés de Renault dans le monde entier. C’est avec elle qu’il faut en finir. Les salaires des dirigeants redeviendront dans la norme.

 

Source : site Communistes

 


Commenter cet article

cotty 01/02/2013 10:56


"ils cassent la France et la République! chassons les!slogan valable pour nos dirigeants actuels!