Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Diablo

Intervention de Pasquale  Noizet

à la réunion du réseau « Faire vivre et renforcer le PCF - Unir les communistes »

à Vénissieux, le 23 mars 2013

-------

Je suis d’accord avec l’analyse de Marie-Christine Burricand et les points que notre camarade a développé en introduction à notre réunion.

Je voudrais commencer par parler de l’Europe parce que l’Europe est le point noir. Notamment la Gauche Européenne. Notre direction veut que le parti change de logiciel et qu’il soit l’outil d’un « communisme de nouvelle génération ». Dans ce contexte comment faire vivre le parti ? L’objectif de notre parti se place essentiellement dans le Front de Gauche. Ce qui devrait être plus généralement un simple rassemblement  dans les luttes va beaucoup plus loin et pose question sur l’avenir de notre parti. C’est bien de métamorphose dont il s’agit. La Gauche comme objectif nous amène à la Gauche Européenne  et au modèle (pourtant raté) d’un die Linke.

Les camarades qui sans sourciller suivent le diktat de la direction disent lutter contre l’austérité  et les retombées de la politique de l’Union Européenne. C’est de la pure hypocrisie ou de l’inconscience que de croire que l’Union Européenne donc l’Europe pourrait être sociale. Ce n’est pas reconnaitre ou ne pas voir que l’Union Européenne représente le Capitalisme à elle seule et ne peut devenir sociale par la seule volonté (ou foi) qu’elle en serait capable (Grâce  au PGE  dont il faudrait mieux connaitre la formation et les rouages pour avoir plus d’arguments). On connait la casse sociale que l’Union Européenne engendre sur les pays européens qui petit à petit perdent leur souveraineté.

L’austérité dans la crise : C’est bien le capitalisme qui tombe le masque dans le contexte de crise : sa propre crise. Et là, le peuple devrait se serrer la ceinture, plier sous le joug du patronat et perdre ses acquis obtenus de hautes luttes ? Il faudrait ainsi colmater les brèches, les failles générées par le capitalisme ?

Quelle est l’utilité actuelle du PCF ? Pleurer lorsqu’il est trop tard ? Gérer le capitalisme à travers des propositions qui ne s’appliquent que dans son cadre ? Oublier l’objectif premier du communisme qui est d’atteindre le socialisme ? Mes camarades et moi qui étions déjà au conseil national au dernier congrès, (élus sur la liste alternative conduite par André Gerin) nous n’avons eu de cesse de dénoncer l’action néfaste de l’Union Européenne et d’annoncer les dérives graves qu’elle engendre et répercutera encore plus fort dans notre société. Nous n’avons pas été pris au sérieux parce que nous étions l’opposition à la direction (considérés comme les identitaires). Pourtant nous entendons (mais avec trop de retard) chez certains de nos dirigeants et camarades des critiques justes issues de nos  propres interventions en Conseil National (du PCF), de nos alertes sur la nocivité de cette Union Européenne qui intervient sur la souveraineté de notre pays (notamment les camarades  élus s’inquiètent des retombées sur le découpage des régions et de la redistribution financière qui dépendent de l’Union Européenne)

Le Front National a réussi à pénétrer sur le terrain qui était dévolu aux communistes. Le parti a laissé un vide, il ne dialogue plus avec les précaires ou ceux qui s’abstiennent. Il a abandonné la lutte des classes.

 

Lu sur Réveil communiste 

 

 

Commenter cet article