Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

TRIBUNE LIBRE 

footballeur.jpgCertains ont coutume de dire que le football c’est l’opium du peuple. Peut-être ceux là ne furent-ils pas très adroits dans la cour d’école lorsqu’il s’agissait de « taper » dans un ballon et qu’ils en conservent un mauvais souvenir.

Le football c’est, quand même, un merveilleux jeu qui nous a été apporté par les anglais. Son aspect ludique et d’accès assez facile permet d’extérioriser des valeurs créatrices proches de la démarche artistique. Comme une ou un jeune peut s’exercer à la peinture ou à la musique, une ou un jeune peut s’exercer au football. N’utilise-t-on pas pour définir les meilleur –e- s,  l’expression d’artistes du ballon rond.

Mais le football, ce n’est évidemment pas que ça. C’est une formidable entreprise commerciale qui permet que des sommes extravagantes circulent dans des circuits le plus souvent opaques. Les joueurs professionnels les plus connus de la planète sont souvent pointés du doigt pour l’argent qu’ils reçoivent. Pourtant  ces sommes ne sont que la face cachée de l’iceberg. Elles ne sont mises en avant que pour mieux cacher le reste. Elles servent d’exutoire populiste pour détourner l’attention.

Comme mon propos n’est pas de citer les blanchiments d’argent via les sports et notamment le football, ni d’aborder les « combines financières » de la coupe du monde africaine, ce que Le Monde diplomatique a très bien fait (voir ci-dessous),  je réserverai ma réflexion à l’aspect français du football.

Le football, c'est avant tout la convivialité du match, des bénévoles dévoués qui accompagnent et encouragent les enfants. En France, c’est environ 350 000 personnes selon la Fédération française de football (FFF). Ce sont des municipalités qui font beaucoup d’efforts pour trouver les moyens de permettre aux jeunes de jouer au sport le plus populaire de la planète. Mais pour les grands médias, le football, c’est le « professionnel » qui permet d’aspirer les annonceurs qui rapportent beaucoup de sous et, le cas échéant, de détourner l’attention du public des problèmes sociaux auxquels ils sont confrontés. Pour nos édiles, mieux vaut parler du football que des retraites !!!

Enfin, en France, comme chez d’autres nations, le sport le plus populaire, le football, est l’objet des attentions (pas très sportives) des politiques. Une bonne image sportive est toujours bonne à récupérer ; lorsque des « amis » tiennent la direction de telle ou telle fédération, c’est l’assurance de retombées financières qu’empocheront d’autres « amis » qui a leur tour se montreront reconnaissants lors des prochaines élections. Dans les services publics, par exemple, il est connu qu’à chaque changement de gouvernement, on change de fournisseurs. Actuellement, en France,  avec l’euro 2016 (championnat d’Europe), ce seront des stades refaits à neuf et beaucoup de contrats pour des entreprises. Comme ces entreprises ne seront pas neutres, ni socialement, ni politiquement, il vaut mieux avoir « les bons décideurs » à la direction de la Fédération française de football.

À leur arrivée en mars 2005 à la tête de la Fédération française de football, Jean-Pierre Escalettes, le président, et Noël Le Graët (ancien maire socialiste de Guingamp), vice-président, trouvent la fédération en grande difficulté financière et en proie à quelques scandales. Depuis, la barre semble redressée, en optimisant les recettes et en contrôlant, très strictement, les dépenses. Ils s’opposent souvent aux « grands » clubs de l’hexagone : Lyon, Marseille et le Paris Saint Germain qui ont déclaré une guerre larvée à la fédération, sous prétexte qu’elle en ferait trop pour les amateurs et pas assez afin de favoriser les plus riches des professionnels pour obtenir des résultats dans les compétions internationales (coupes d’Europe). Le Président Sarkozy, lui, est élu en mai 2007. L’élection du Président de la République intervient après celle de  la Fédération française de football. Les dates sont importantes. Vraisemblablement, pour le Président de la République, la reprise en main du football s’impose. La moindre erreur est guettée. Peut-être encouragée ?

Pour bien jouer au football, il faut éprouver du plaisir. Que vous gagniez des millions d’euros ou un coup à boire à la buvette, la recette est toujours la même : du plaisir. Hors, apparemment, le plaisir n’était pas au rendez-vous dans l’équipe de France en Afrique du sud pour des raisons que je n’ai pas les moyens de connaître précisément. Ce que je sais par contre, c’est que le sélectionneur, Raymond Domenech, fils d’espagnol ayant fuit le franquisme, ne se cache pas pour exprimer ses convictions de gauche. La « tête de turc » était toute trouvée. N’avait- il pas un soir de défaite, demandé devant les caméras, sa compagne en mariage. Au-delà de l’humour, cela voulait rappeler seulement que le football n’a pas toute l’importance que certains font semblant de lui donner et qu’il n’empêchera jamais la terre de tourner. Pour ces derniers, c’était un crime de lèse football. La machine infernale et médiatique s’est mise en branle. Tous les « experts » se sont reportés au « bon » vieux temps de l’inquisition, le journal "l’Equipe" lançant l’hallali. La mort du sélectionneur était annoncée. La coupe du monde devait être la corde pour le pendre. Si les résultats étaient bons, ce serait grâce aux joueurs, s’ils étaient mauvais ce serait à cause du sélectionneur.

Nous sommes dans la dernière ligne « droite », on somme la direction de la fédération de football de démissionner. Certainement, de nouveaux candidats se feront connaître très prochainement. Gageons que ceux-ci seront plus proches de l’Elysée que Le Graët et  Domenech.

Serge Portejoie

Quelques liens intéressants sur le sujet :

Coupe du monde de football : passion, diversion, répression

http://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2010-06-11-Coupe-du-monde-FIFA


Coupe du monde : Quand L’Equipe occulte les turpitudes de la FIFA, par David Garcia.

http://www.acrimed.org/article3397.html

 

Interview de David Garcia par Le Monde au sujet de son livre « La face cachée de l’Equipe ».

http://www.lemonde.fr/sport/article/2008/10/13/david-garcia-certains-quotidiens-sportifs-ne-passeront-pas-l-hiver_1106357_3242.html





Commenter cet article