Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel LeDiablo

augmentez-salaires.jpg

A la veille de l’ouverture de la conférence sociale de juillet 2013, la ministre Marylise Lebranchu annonçait que le point d’indice des fonctionnaires resterait gelé jusqu’à la fin 2014, anéantissant de fait la perspective ouverte par le gouvernement lui-même d’une négociation à la mi-2014, en cas de reprise de la croissance.

 

Le point d’indice de la fonction publique, qui détermine le calcul des salaires, a déjà reculé de 13,8 % par rapport à l’inflation depuis le 1er janvier 2000.

Depuis le 1er juillet 2010, date à laquelle il a été gelé après une revalorisation de 0,5 %, il a reculé de 5,5 %, toujours par rapport à l’inflation.

 

Un gel du point d’indice jusqu’à la fin 2014 représente 120 à 150 euros de perte par an pour un agent de catégorie C (employé et ouvrier). Une étude de l’INSEE publiée le 8 août et portant sur l’année 2011 conclut à une baisse globale des rémunérations des agents de la fonction publique, compte tenu de l’inflation.

  • => Ainsi, les agents de la fonction publique d’Etat, dont près de la moitié relève de l’Education nationale, ont perçu en moyenne 0,1 % de moins qu’en 2010.
  • => Pour les agents de la fonction publique territoriale, la baisse est de 0,8 % et pour ceux du secteur hospitalier de 0,6 %.

Plus d’un million de fonctionnaires – la moitié des agents de la fonction publique – ont un traitement proche du salaire minimum.

Ils représentent 75,9 % des agents de la fonction publique territoriale, 49,5 % de la fonction publique hospitalière et 22,9 % de la fonction publique d’Etat.

 

Le refus d’une augmentation du point d’indice par le gouvernement a été justifié par le choix de concentrer ses maigres marges de manœuvre sur les agents les moins rémunérés.

Pour la CGT, cette démarche isolant une catégorie par rapport à une autre est une impasse.

 

Il faut une négociation sur l’ensemble de la grille, toutes catégories confondues. La grille indiciaire de la fonction publique doit rester la référence Pour la CGT, l’augmentation du point d’indice est nécessaire pour relever les salaires et les ressources des régimes de retraite des fonctionnaires. La grille indiciaire de la fonction publique doit rester la référence qui construit la rémunération des agents, suivant leur niveau de qualification, du plus modeste au plus élevé.

 

 

Les primes ayant valeur de complément de traitement doivent être intégrées dans la grille et le système de fonds de pension sur les primes doit disparaître !

 

 

Les organisations syndicales de la fonction publique (CGT, FO, FSU, Solidaires, CFTC et CGC) considèrent dans un communiqué commun qu’elles n’ont pas été entendues sur les revendications relatives aux rémunérations des agents. Elles sont en désaccord avec la volonté gouvernementale de ne pas aborder la question de la valeur du point d’indice avant 2014, consacrant ainsi un gel inacceptable de quatre années des salaires – et soulignent la nécessité d’en finir avec les suppressions d’emploi.

Toutes ces convergences sur les revendications exigent des mobilisations de grande ampleur !

 

Le 15 octobre c'est l'occasion de se mobiliser sur ce sujet, car le gel du point d'indice a un effet catastrophique sur tous les départs en retraite: tout ce passe aujourd'hui comme si un fonctionnaire qui part en retraite avait reculé d'un échemon par rapport à un fonctionnaire dans la même situation parti en retraite en 2010 !

 

Tous dans l'action ! Tous dans les manifestations !

Lire aussi :

 

 

Source : UL CGT Dieppe

Commenter cet article