Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Le Diablo

TER.jpg

L’Association des Régions de France, à majorité PS, vient de publier son «Manifeste pour le renouveau du système ferroviaire». Douze ans après la régionalisation du transport TER, elle demande maintenant au gouvernement l’ouverture à la concurrence. L’achat du matériel, la maintenance réalisés par la SNCF coûteraient trop cher et manqueraient de productivité.

 

Pour Jacques AUXIETTE, Président de la Région Pays de la Loire et de la Commission Infrastructures et Transports de l’ARF, il faut «rendre possible l’accès des régions à la concurrence dans le cadre de «Délégations de Services Publics», ou bien que la possibilité leur soit offerte pour une «Régie». Il ajoute: «nous demandons que la France adapte sa législation dès maintenant et que la Réforme ferroviaire, qui sera discutée en juin, soit en ligne avec le règlement européen de 2007 qui prévoit que les «autorités administratives» puissent choisir le mode d’attribution des contrats». L’ARF veut donc la possibilité de s’adresser à des concurrents de la SNCF pour se fournir en matériel roulant. Elle demande aussi la polyvalence des cheminots pour faciliter par exemple l’ouverture des guichets des petites gares.

 

 

Neuf régions viennent de créer une «Association d’études sur le matériel roulant» pour s’engager davantage dans ce processus de concurrence et s’affranchir de la SNCF; y ont été auditionnés les constructeurs et exploitants du rail français. Ce Manifeste s’inscrit dans l’ouverture à la concurrence du service voyageur prévue par les directives européennes pour 2019.

 

source: POI

 

Commenter cet article

Gilleron Bernard 16/03/2014 11:03


C'est dans la pure logique de la décentralisation mise en place par Defferre (avec 4 ministres communistes au Gouvernement dont le Ministre des Transports Charles Fitermann) et de l'ouverture du
rail à la Concurrence par L'UE!


S'il ne s'agissait pas de l'initiative de la pire association corporative de territoires: l'ARF (du sinistre, autoritaire, antidépartemental et ambitieux Alain Rousset), cette volonté pourrait
être une bouée de sauvetage pour le Service Public Ferroviaire.


En effet, l'attribution de la compétence de Transport public ferroviaire de voyageurs à été saucissonnée par la loi Deferre (acte I de la décentralisation) et répartie entre Transports
interurbains nationaux et internationaux attribués à l'Etat, et Transports interurbains régionaux et inter-régionaux attribués aux Régions.


En ajoutant à cette organisation la privatisation quasi totale de la SNCF privée de la création et l'entretien des  reseaux ferrés, confiés à Réseau Ferré de France, ce qui permet à la SNCF
de faire des profits "au grand profit" des actionnaires privés.


...On constate que le système mis en place n'ait plus rien à voir avec le Service Public. Toute l'architecture repose sur le statut d'opérateur unique de la SNCF au service de deux "autorités
organisatrices" distinctes,pour 1/le transport inter-urbain national et international (l'Etat) et 2/le transport interurbain régional (la Région).


Loin de tout sens de la chose publique (au contraire) les Régions qui s'imaginent déjà entreprises, voire empires "colbertistes", et la SNCF se disputent le morceau dans le vaste terrain de jeu
européen dont les règles de "concurrence libre et non faussée" sont respectées.


Les présidents de Régions, grands barons sur leurs terres étendues ( qui le seront encore plus après la réduction du nombre des Régions de 22 à 15 (puis à 7-8)) veulent le pouvoir sur tout ce qui
est régional (en piquant des pouvoirs aux Départements, le cas échéant, ou en essayant de les chapeauter) et suportent mal la dépendance de la SNCF.


Donc ils veulent recréer un réseau mutualisé d'opérateurs régionaux, concurrent de la SNCF, elle-même soumise à la concurrence des autres sociétés ferroviaires des pays voisins en Europe.


Bénéfice secondaire: s'attaquer (pour le briser) au pouvoir technique et social des cheminots, un peu trop remuants.


Le tout avec la bénédiction des bonnes âmes technocrates et soucieuses de la logique, appuyés surement par une commuunication habile pour "vendre" l'idée à la population, notamment aux électeurs
( qui votent l'an prochain).


Selon moi, le seul allié pour casser cette "belle" logique, c'est dans la résistance des Départements qui, ça tombe bien, résistent (par la voix de l'ADF, qui changera bientôt de Président).