Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

andre

 

Une étude récente publiée dans la revue de l’Académie des Sciences américaine (PNAS) s’est intéressée aux liens entre les comportements contraires à la morale et la position sociale. Les différents tests pratiqués par les chercheurs californiens et canadiens confirment l’existence d’un lien statistique net entre des comportements non éthiques et l’appartenance à une catégorie socio-économique élevée.

J’ai présenté cette étude sur France-Inter, lors de l’émission Les Grosses Têtes au Carré du 27 avril 2012. Le débat était animé par Mathieu Vidard, avec Dominique Leglu, Serge Tisseron et Marc Gozlan. Les autres sujets abordés (innovation en France, hikikomoris et rats-taupes glabres) étaient tout aussi intéressants.

Voici le lien vers la publication originale (en anglais) et un résumé de l’étude ci-dessous.

Les auteurs débutent leur article par une revue de littérature qui montre une corrélation positive (et qui pourrait sembler paradoxale) entre une position sociale élevée et des comportements contraires à la morale ou à l’éthique.

Le protocole retenu par Piff, Stancato et all a consisté à associer 7 tests différents pour confirmer ce lien statistique et en étudier les déterminants.

Note : Cette version définitive du 29 avril a introduit quelques modification qui peuvent rendre incompréhensibles certains commentaires de la version initiale (sous-titre, langues).

Protocole

Les deux premiers tests ont été réalisés en milieu naturel : le comportement spontané des automobilistes à un carrefour est noté sur deux critères 
- Refus de priorité 
- Absence d’arrêt et passage en force face à un piéton qui s’engage pour traverser la voie.

Pour chaque automobiliste, les observateurs ont noté le modèle de voiture et son aspect pour apprécier la catégorie socio-économique du conducteur.

Les voitures coûteuses refusent deux à trois plus souvent la priorité.

Le troisième test, comme les suivants, est expérimental. Il est réalisé avec des étudiants volontaires, mais qui ne connaissent pas la finalité du test. Ils remplissent un questionnaire qui précise leur profil social, ethnique et économique. Ils prennent ensuite connaissance de scénarios impliquant un acteur au comportement égoïste ou malhonnête et doivent indiquer leur jugement vis-à-vis de ce comportement.

Les membres des catégories socio-économiques supérieures (CSE+) sont nettement plus tolérants vis-à-vis de comportements dictés par l’intérêt et la cupidité.

Le quatrième test comporte une part de conditionnement : les étudiants sont renforcés dans la conscience de leur position sociale par des images leur montrant des pauvres ou des riches. Le test final consiste à distribuer des sucreries à des enfants, tout en pouvant au préalable se servir pour son propre usage. Le renforcement de la conscience d’appartenir à une CSE+ renforce l’intensité du "prélèvement" initial.

Le 5ème test simule un entretien d’embauche. Face à un candidat qui cherche un travail en CDI et qui négocie son salaire, le sujet testé sait que le travail en question est pourtant temporaire. Le test étudie la corrélation entre la CSE du sujet, et le fait qu’il va informer ou non le candidat à l’embauche du caractère précaire de l’emploi proposé. Là encore, la malhonnêteté vis-à-vis du candidat augmente parallèlement à la CSE.

Le 6ème test mesure la propension à tricher. Un jeu de dés électronique est proposé aux étudiants, mais le jeu est truqué et le score est bridé par l’ordinateur qui gère le jeu. Les étudiants doivent rapporter eux-mêmes leur score en le notant sur un papier et certains trichent en indiquant un score qu’ils n’ont pas pu obtenir. La tricherie est plus fréquente chez les étudiants aisés.

Le 7ème test est particulièrement intéressant. Il comporte de nouveau un conditionnement préalable qui consiste à présenter positivement des comportements égoïstes et cupides. Ce conditionnement renforce les comportements ultérieurs contraires à l’éthique chez les membres des CSE+. Mais les auteurs notent que ce conditionnement amènent également les membres des CSE- à se comporter de la même façon que les CSE+. Ce test tend à montrer que les comportements non-éthiques sont plus liés à la conscience de classe qu’à la structure de la personnalité du sujet.

Discussion

Les auteurs insistent sur les trois versants de leurs tests qui permettent une approche détaillée de ce lien statistique. 
- Etude en milieu naturel avec le comportement des automobilistes. 
- Etude expérimentale à partir de CSE identifiées par questionnaire. 
- Etude après manipulation des sujets pour changer leur représentation de leur classe sociale ou des comportements amoraux.

 

Explications proposées

Comme toutes les études qui constatent un lien statistiques, elles ne doivent pas conduire à affirmer un lien de causalité. Les auteurs ne tombent pas dans ce piège. Dans leurs hypothèses, ils privilégient une approche multifactorielle.

Une CSE+ conduirait à : 
-Une peur moindre des conséquences d’un comportement non éthique. 
-Un sentiment de légitimité dans les comportements non éthiques. 
-Une moindre empathie envers les problèmes et les besoins des autres 
-Un faible intérêt pour l’opinion des autres à son égard 
-Une tendance à se concentrer sur l’objectif à atteindre plus que sur la validité des moyens mis en œuvre.

Ces représentations seraient partagées culturellement par les élites. Les leaders sont souvent des gens qui ont reçu une formation les prédisposant à privilégier leur propre intérêt.

Toujours pour les auteurs, l’enseignement de l’économie centrée sur le profit peut conduire à valider l’avidité et la cupidité comme des valeurs positives.

Ils soulignent bien sûr (ce sont des chercheurs prudents...) qu’il y a des mécènes et des vertueux chez les riches, et admettent l’existence d’une forte association statistique entre criminalité et la pauvreté.

Les auteurs terminent avec une citation d’E Durkheim : "La cupidité s’éveille avec l’ascension sociale" (“From the top to the bottom of the ladder, greed is aroused,”).

Ce travail résonne avec ma réflexion sur la domination dans La Revanche du Rameur . Il me semble qu’une hypothèse unificatrice pourrait résider dans l’instinct de domination. Serge Tisseron, lors du débat sur France-Inter, m’a demandé judicieusement si les auteurs avaient étudié un lien éventuel entre le comportement non éthique des CSE+ avec la CSE de leur victime. Cet aspect n’a pas été pris en compte par les auteurs, mais Serge Tisseron a rappelé que "les loups ne se mangent pas entre-eux". J’ajouterai "pas quand il y a des agneaux à proximité".

L’instinct de domination est présent chez la majorité des mammifères. Il est réfréné en présence de dominants plus forts et se libère face à des congénères plus faibles comme l’a montré Laborit avec ses expériences convaincantes sur les rats. C’est l’équilibre entre notre soumission aux dominants et notre domination des inférieurs qui fonde en grande partie notre structure sociale hiérarchique.

À mon sens, ces travaux alimentent la théorie qui veut que les instincts de domination restent très puissants et structurants dans le fonctionnement social de l’homme moderne. J’adhère à la vision de Christine Arnothy quand elle écrit "La moralité est faite pour les pauvres. Pour les mieux tenir".

Dominique Dupagne

 

Source: "La revanche du rameur"

 

 

 

 

Commenter cet article