Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, or tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par DIABLO

 billets-euro.jpg

La situation économique dans la zone euro continue à se dégrader rapidement.

 

En Grèce, avec la double annonce de la suspension des négociations avec le FMI et de la suspension des prêts de la BCE aux banques, la panique bancaire (bank run) modérée que l’on connaît actuellement peut à tout moment s’amplifier et devenir incontrôlable. Il faut se souvenir qu’en Russie, en 1998, ce fut une telle panique qui sonna la fin du système économique eltsinien. En 5 jours, les banques étaient exsangues et le gouvernement contraint de déclarer un défaut et de laisser flotter le rouble, ce qui aboutit à sa dévaluation de 50 %. Si le système bancaire grec s’effondre dans les prochains jours, il n’y aura plus d’arguments, autres que politiques, pour refuser un défaut et une sortie – à terme – de l’euro.

 

En Espagne, l’adjudication, le 17 mai, d’une somme de 2,54 milliards d’euros s’est faite dans de mauvaises conditions. Les taux à 4 ans sont montés au-dessus de 5 % et les taux à dix ans atteignent 6,3 %. Le rapprochement rapide des taux « courts » avec les taux « longs » est un symptôme indubitable d’une crise de liquidité. L’Espagne est désormais dans la même situation qu’au début de novembre 2011.

 

La dégradation de la note de 16 banques espagnoles par l’agence de notation Moody’s est logique quand on sait que le pourcentage de crédits non remboursés atteint désormais 8,1 % de l’encours total. Et ce chiffre n’est qu’une moyenne. Dans certaines banques, on atteint des taux de plus de 10 %. Le pays est coincé entre une récession qui provoque un taux de chômage historique et une crise bancaire massive, qui vient de l’insolvabilité des ménages. Ceci avait été annoncé en septembre dernier.

 

La solution est que l’État prenne à son compte les dettes privées dont le montant se situe désormais entre 170 et 250 milliards d’euros. Sous la menace d’une panique bancaire - qui peut se déclencher très rapidement -, le gouvernement ne pourra plus tergiverser et devra demander à bénéficier de l’aide du Fonds européen de stabilité financière (FESF). Cette situation entraîne une aggravation rapide de la crise en Italie (où les taux à 10 ans ont atteint 5,8 %), au Portugal (déjà sous perfusion du FESF) mais aussi en France où l’écart des taux avec l’Allemagne a atteint ces derniers jours 1,4 % (142 points de base).

 

La mécanique de la crise de l’euro s’est bel et bien remise en marche, en fait dès la fin du mois de mars. Cette crise s’accélère et se généralise avec la concomitance des problèmes grec et espagnol. Si une panique bancaire se produit en Espagne, ou si le même mécanisme s’accélère en Grèce, la question d’un effondrement à très court terme de la zone euro ne pourra plus être éludée. Faute de réponses structurelles, aujourd’hui impossibles - tant pour des raisons politiques qu’institutionnelles -, une dissolution ordonnée de cette zone apparaît comme la seule solution susceptible de préserver l’avenir et de permettre la survie de mécanismes de coordination monétaire.

Jacques SAPIR

Directeur d’études à l’EHESS et directeur du CEMI-EHESS

 

Source : « Mémoire des Luttes »

Commenter cet article