Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Information

1 Mon blog est un blog militant indépendant, sans prétention, bien évidemment non-commercial et totalement amateur. Les images (photos , dessins, vidéos), les textes dont je ne suis pas l'auteur ainsi que les musiques et chants seront supprimés de mon blog sur simple demande par courriel.

2 Je publie textes et communiqués émanant d'auteurs et d'organisations diverses.Ces publications ne signifient pas que je partage toujours totalement les points de vue exprimés.

3 Je décline toute responsabilité quant au contenu des sites proposés en liens.

Salut et fraternité

El Diablo

Une adresse pour tout contact

et pour commenter les articles : 

moimicdup@gmail.com

Le blog d’El Diablo est un blog indépendant des partis politiques et des syndicats - Sa ligne éditoriale est progressiste et franchement euro-critique.  Il a vocation à nourrir le débat dans un esprit ouvert, hors tout sectarisme et tabous. Dans ce cadre, défenseur de la liberté d'expression, il donne à connaître des points de vue divers, y compris ceux qu'il ne partage pas forcément.

 

 

« Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Bertolt Brecht

Les vérités qu’on aime le moins à apprendre sont celles que l’on a le plus d’intérêt à savoir.

Proverbe chinois

Ça devient difficile d'être de gauche, surtout si l'on est pas de droite

Guy Bedos 

******

DÉCLARATION de l’ACADÉMIE FRANÇAISE

sur l'ÉCRITURE

dite « INCLUSIVE »

adoptée à l’unanimité de ses membres dans la séance du jeudi 26 octobre 2017

Prenant acte de la diffusion d’une « écriture inclusive » qui prétend s’imposer comme norme, l’Académie française élève à l’unanimité une solennelle mise en garde. La multiplication des marques orthographiques et syntaxiques qu’elle induit aboutit à une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité. On voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment il pourrait surmonter les obstacles pratiques d’écriture, de lecture – visuelle ou à voix haute – et de prononciation. Cela alourdirait la tâche des pédagogues. Cela compliquerait plus encore celle des lecteurs.

Plus que toute autre institution, l’Académie française est sensible aux évolutions et aux innovations de la langue, puisqu’elle a pour mission de les codifier. En cette occasion, c’est moins en gardienne de la norme qu’en garante de l’avenir qu’elle lance un cri d’alarme : devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures.

Il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ? Comment les générations à venir pourront-elles grandir en intimité avec notre patrimoine écrit ? Quant aux promesses de la francophonie, elles seront anéanties si la langue française s’empêche elle-même par ce redoublement de complexité, au bénéfice d’autres langues qui en tireront profit pour prévaloir sur la planète.

 

 

Archives

*****

Publié par Michel El Diablo

POURQUOI la GRÈVE à la SNCF le 10 mars 2015 ?

La tension monte entre la CGT et la direction

de la SNCF
 

Toujours opposé à la réforme ferroviaire, le premier syndicat de l'entreprise appelle à la grève le 10 mars.

La CGT persiste dans son opposition à la réforme ferroviaire, pourtant adoptée il y a plus de 6 mois par le Parlement. Le syndicat, première organisation de l'établissement public avec 34,6 % des voix aux dernières élections professionnelles, a déposé hier un préavis de grève (non reconductible) allant du lundi 9 mars à 19 heures au mercredi 11 mars à 8 heures. La date n'a pas été choisie par hasard : c'est le 10 mars que sera consulté le comité central d'entreprise (CCE) sur la mise en oeuvre de la réforme.

En juin dernier, la CGT-cheminot avait déjà appelé à la grève durant une douzaine de jours, aux côtés de SUD-rail, pour protester contre cette réorganisation du système ferroviaire. Et le syndicat n'a pas varié dans son analyse : «  Nos arguments de l'an dernier se vérifient, avance Thierry Nier, le porte-parole du syndicat. La réforme n'est pas financée, elle sera payée par les cheminots et les usagers. »

Cet appel à la grève témoigne, également, d'une dégradation des relations entre la direction et la CGT, à un moment où l'agenda social est extrêmement chargé. Les syndicats doivent notamment négocier, d'ici à juillet 2016, une nouvelle organisation du travail, un enjeu majeur pour gagner en productivité, selon le président du directoire du groupe, Guillaume Pepy. Mais ces discussions capitales s'engagent dans un climat conflictuel, ce dont les deux camps se renvoient la responsabilité.

« Avancer sans eux »

«  La direction a une volonté de nous mettre hors jeu », accuse un vieux militant cégétiste. Un cadre de l'entreprise réfute toutefois toute discrimination syndicale : «  La direction est ouverte à la discussion avec l'ensemble des organisations syndicales représentatives », affirme-t-il, tout en concédant que «  toutes ne s'impliquent pas de la même manière dans les négociations ». Selon un expert du social à la SNCF, le noeud du problème serait là : face à une CGT braquée dans son opposition à la réforme, la direction «  a décidé d'avancer sans eux ». Avec les risques que cela comporte : la CGT et Sud-rail restent majoritaires dans le groupe mais surtout chez les roulants, les cheminots susceptibles de bloquer la circulation.

Signe qu'elle ne cherche pas particulièrement à ménager son syndicat majoritaire, la direction des ressources humaines vient de lancer une négociation pour mettre en place un accord d'intéressement chez SNCF Réseau, l'un des établissements publics créés par la réforme, qui regroupe 1.100 salariés de l'ex-Réseau Ferré de France (RFF) et 50.000 cheminots de l'ex-SNCF.

Mais en attendant de nouvelles élections professionnelles à la fin de l'année, la représentativité des syndicats sera celle prévalant chez RFF… où n'étaient présents ni la CGT ni SUD, ce qui revient à les exclure des discussions. Un «  déni de démocratie » dénonce la CGT dans un tract, forte d'un score de 40 % réalisé chez les 50.000 cheminots transférés. « Un message fort envoyé par la direction », juge un représentant d'un autre syndicat, même si l'analyse sur la représentativité est conforme à la jurisprudence.

Lionel Steinmann, Les Echos

 

SOURCE:

 

LE TRACT DE LA CGT CHEMINOTS (Lien ci-dessous) :

Commenter cet article